5 février 2023
spot_img
Accueil360°"Alger confidentiel" : l'APS décoche la première salve contre ARTE

« Alger confidentiel » : l’APS décoche la première salve contre ARTE

Photo : ARTE

C’est par un article de l’agence officielle APS que la première réaction est venue en réaction à la série « Alger confidentiel ».

La première partie n’est même pas terminée que les autorités algériennes réagissent par le biais de l’APS à la série « Alger confidentiel » coproduite par la chaîne franco-allemande ARTE. Les auteurs de l’article prennent à témoin les Algériens dont ils convoquent la colère pour la circonstance. Nous vous livrons la dépêche dans son intégralité :

Les Algériens ne décolèrent pas contre les médias du service public français. Visiblement pour l’audiovisuel public français, le dossier de la décennie noire n’est pas clos.

Le poids de la haine de l’Algérie, de son peuple et de ses institutions légitimes est encore fort dans l’audiovisuel public français.

La fiction, qui n’en n’est pas une, produite par la chaîne franco-allemande, ARTE, sur la décennie noire et qui a pour objectif de remettre au goût du jour la thèse du « qui tue qui » confirme encore une fois que ces médias ne désespèrent pas du retour d’un invraisemblable chaos en Algérie.

- Advertisement -

Les médias publics français qui avaient déroulé le tapis rouge au FIS dissout, un parti responsable de plus de 200.000 morts, sont en train de faire preuve que la thèse du « qui tue qui » bat toujours son plein dans les médias du service public français.

Et pourtant, la tutelle de ses médias qui accueille à bras ouverts le mouvement terroriste Rachad, héritier du FIS, devrait tirer les conclusions de l’échec des « printemps arabes » qui ont véritablement viré au chaos et au génocide en Syrie et en Libye.

N’est-il pas temps pour ceux qui ont décidé de la production de ce navet de rétablir les vérités sur cette mémoire toujours traumatique chez les Algériens ? En commençant par bannir l’idée véhiculée des années durant que Rachad et son géniteur le FIS sont des mouvements révolutionnaires, une autre thèse largement entretenue dans cette production du média public français.

Après France 24, Amar Belhimer s’en prend à Al Arabiya

Visiblement, l’audiovisuel du service public français qui soutient une organisation terroriste en Algérie, n’est pas sur la même longueur d’onde que la France officielle engagée dans une guerre contre le terrorisme islamiste dans le Sahel.

Il y a une volonté manifeste d’essayer de créer les conditions d’un chaos en Algérie que les Algériens n’ont aucune envie de revivre, pas plus d’y plonger. Ils tiennent à la stabilité de leur patrie, à leur sécurité assurée par leur vaillante Armée nationale populaire et à leur liberté garantie et protégée par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune. »

Ammar Belhimer retire l’accréditation à France 24

On se souvient de toutes les polémiques lancées suite à des reportages de chaînes de télévision françaises France 5, France 24 et M6. L’ancien ministre Ammar Belhimer en avait fait son beurre en distillant sa logorrhée sur l’éthique, le professionnalisme, etc.

Là encore, gageons qu’on assistera les prochains jours à un tir de barrage sur la chaîne franco-allemande ARTE.

L.M.

Suite à un entretien de France 24, l’Algérie convoque l’ambassadeur de France à Alger

ARTICLES SIMILAIRES

2 Commentaires

Comments are closed.

Les plus lus

La perte de soi et l’espoir en soi dans « Les lumières de l’ombre » d’Iris

De l’encre noire pour prévenir et beaucoup d’espaces blancs – pour ne pas dire transparents – pour assainir dans ce recueil de réflexions et...

Les plus populaires

Commentaires récents