3 octobre 2022
spot_img
AccueilChroniqueLa fuite en avant de Tebboune

La fuite en avant de Tebboune

COMMENTAIRE

La fuite en avant de Tebboune

En quelques jours, le chef de l’Etat Abdelmadjid Tebboune a décidé la dissolution de l’Assemblée populaire nationale (APN), signé l’ordonnance portant loi organique relative au régime électoral, avant d’annoncer la tenue d’élections législatives pour le 12 juin prochain.

Une fuite en avant que rien ne justifie, sachant que les élections législatives, locales ou même présidentielles ont ceci de particulier qu’elles ne règlent rien en Algérie, parce qu’elles n’ont aucune incidence sur la nature profonde du système et son corollaire le mode de gouvernance.

Les prochaines élections législatives ne dérogeront donc pas à la règle. Elles n’attireront sans nul doute que des opportunistes prêts à participer au passage en force en préparation, moyennant une situation des plus lucratives.

Celui qui a proposé (ou imposé) cette feuille de route à Abdelmadjid Tebboune ne semble pas mesurer la gravité de la situation, car même si tout se passe bien le 12 juin, le problème demeurera entier, puisque le hirak/tanekra sera toujours là avec ses marches et ses slogans habituels.

- Advertisement -

Les Algériens n’ont pas besoin d’élections, du moins pas avant l’assainissement d’une situation rendue délétère par une bande de malfaiteurs qui a régné sans partage durant vingt longues années. Les élections, le moment venu, seront le couronnement d’un processus, non son début.

Mais gageons que le président Abdelmadjid Tebboune s’en tiendra à « sa » feuille de route. Et quand il s’apercevra qu’il aura fait fausse route, il imitera ses prédécesseurs, Chadli Bendjedid, Liamine Zeroual et Abdelaziz Bouteflika, en démissionnant sur le champ.

Les présidents algériens sont comme ça, ils gouvernent selon une feuille de route, si ça ne marche pas, ils tenteront une fuite en avant, si ça coince, ils démissionneront (de plein gré ou forcé par l’homme fort du moment) et iront se la couler douce, en toute impunité.

Un modus operandi qui a fait ses preuves, mais qui risque de devenir obsolète avec l’avènement du hirak/tanekra. Gare aux imprudents ! 

 

Auteur
Ahcène Bettahar    

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Téléphonie mobile : 47,66 millions d’abonnés en Algérie

Le nombre d'abonnés à la téléphonie mobile (GSM, 3G et 4G) a atteint 47,66 millions durant le 2ème trimestre de 2022 en Algérie, contre...

Les plus populaires

Commentaires récents