6 octobre 2022
spot_img
AccueilCommuniquéViolations des libertés en Algérie : Riposte internationale interpelle Mme Bachelet (HCDH)

Violations des libertés en Algérie : Riposte internationale interpelle Mme Bachelet (HCDH)

APPEL

Violations des libertés en Algérie : Riposte internationale interpelle Mme Bachelet (HCDH)

Riposte internationale interpelle Mme Bachelet, Haut-Commissaire aux droits de l’homme aux Nations-Unies (HCDH) sur les violations des libertés et les arrestations qui ont lieu en Algérie.

Madame Michelle Bachelet, présidente du HCDH. Votre Excellence,

Permettez-nous de vous alerter encore une fois sur les exactions du régime en Algérie qui continue de maltraiter et d’emprisonner les manifestants algériens pour délit d’opinion et pour avoir exprimé une revendication populaire à savoir «le changement du régime, et ce depuis plus de 2 ans». Ils manifestent habituellement chaque mardi, pour les étudiants, et vendredi, jour emblématique de la contestation pour réclamer le démantèlement du « système » en place depuis l’indépendance de l’Algérie en 1962. Au jour d’aujourd’hui, en période de jeûne du mois sacré du Ramadan pour les musulmans, 23 prisonniers sont aux arrêts, suite à une marche du mouvement anti-régime du Hirak.

Poursuivis pour « atteinte à l’unité nationale et attroupement non armé » ils placés sous mandat de dépôt le 5 avril 2021. Ces 23 activistes (Manifestants arrêtés samedi 3 avril 2021 à la marche d’Alger) croulent dans les geôles du régime, à la prison d’El Harrach, banlieue Est d’Alger, pour délits d’opinion, ont entamé une grève de la faim depuis mercredi 7 avril, la détérioration de l’état de santé de l’un des grévistes de la faim (A. Bachir) mis sous sérum de nutrition médicale. Leurs avocats des 23 détenus, Intervenant lors d’une conférence de presse animée à Alger, évoquent une volonté du régime de ternir leur image, en leur collant des accusations en lien avec la délinquance.

- Advertisement -

« Le Procureur général a affirmé que les prévenus étaient des repris de justice. Grave mensonge, car Mohamed Tadjadit et ses amis ont fait auparavant de la prison non pas pour des faits de délinquance, mais pour avoir participé au Hirak populaire. Ce sont des condamnés politiques », déplorent leurs avocats.

Le peuple algérien souffre de nombreuses dérives graves d’un pouvoir autoritaire, et votre récent appel avait marqué un point d’arrêt des violations des droits humains avec la grâce présidentielle accordée a de nombreux de prisonniers du Hirak. Malheureusement nous déplorons que le pouvoir arbitraire sévit de nouveau.

Au lieu de s’orienter vers un apaisement, il ne cesse d’infliger des souffrances aux citoyennes et aux citoyens avec une répression violente et arrestations arbitraires qui continuent de s’abattre sur les manifestants à chaque marche bihebdomadaire.

Nous, Riposte Internationale, Organisation non gouvernementale, condamne la répression violente qui continue de s’abattre sur les manifestants à chaque marche bihebdomadaire et apporte son soutien aux détenus d’opinions et au collectif de défense de Mohamed Tadjadit et ses amis, sous mandat de dépôt actuellement en grève de la faim. Riposte Internationale dénonce une exagération des éléments a charge tant par le procureur général près la Cour d’Alger que par les médias soumis au dictat du pouvoir.

Madame Michelle Bachelet, votre Excellence,

Votre récente interpellation des autorités algériennes a permis la libération de nombreux détenus et soulagé les souffrances de nombreuses familles, nous espérons vivement qu’elles soient renouvelées avec plus de fermeté et de détermination par le Haut-commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme que vous présidez pour venir au secours de grévistes de la faim, qui commencent à avoir de graves complications.

Riposte Internationale vous interpelle, Mme Bachelet pour ne plus revivre les drames tragiques qu’ont connue feu Tamalt et feu Kamel Eddine Fekhar, détenus d’opinion et décédés en prison, et pour faire cesser les exactions et tortures à l’encontre de manifestants pacifiques et d’un peuple a la recherche d’une véritable démocratie et d’un état de droit, et condamner ces dérives extrêmement graves par l’exigence d’une enquête sur les auteurs des nombreuses atteintes à la dignité humaine et à l’intégrité physique des personnes arrêtées.

Ci-joint deux liens : Le Parisien et Le Matin d’Algérie

Veuillez agréer Madame l’expression de notre profond respect.

Fait à Paris le 15 avril 2021

Riposte internationale

Pour le bureau fédéral, Ali Ait Djoudi

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Faites-nous vivre aujourd’hui et jetez-nous dans l’enfer demain !

En Afrique du Nord,  il n’y a pas des cités mais des douars. C’est la mentalité du douar qui domine dans les sociétés. Pour...

Les plus populaires

Commentaires récents