23 avril 2024
spot_img
Accueil360°Amira Bouraoui pourrait être expulsée vers l'Algérie

Amira Bouraoui pourrait être expulsée vers l’Algérie

Amira Bouraoui

Arrêtée par la police en Tunisie, la militante et journaliste franco-algérienne Amira Bouraoui risque d’être expulsée vers l’Algérie, ont indiqué lundi à l’AFP ses avocats et l’ONG Human Rights Watch.

Son avocat affirme qu’il la vu « dans une cage en verre, elle pleure ».

Militante antisystème, Amira Bouraoui faisait l’objet d’une interdiction de sortie du territoire et risque de devoir purger une peine de deux ans de prison en Algérie. Elle est arrivée en Tunisie vendredi.

« Elle a été interpellée alors qu’elle cherchait à embarquer avec son passeport français sur un vol pour la France », a indiqué à l’AFP son avocat tunisien, Hashem Badra.

- Advertisement -

Médecin de formation et activiste politique, Amira Bouraoui a été placée en détention provisoire jusqu’à sa comparution devant une juge lundi, qui a décidé sa remise en liberté, en ajournant son dossier au 23 février, a précisé Me Badra, selon l’AFP.

Cependant, Amira Bouraoui n’en a pas fini. Selon cet avocat, malgré sa remise en liberté, elle a été ensuite emmenée à un poste de la police des frontières à Tunis et « va être expulsée vers Alger » lundi soir. Il a dit l’avoir vue « dans une cage en verre, elle pleure ».

Contacté par l’AFP, le ministère tunisien de l’Intérieur n’était pas en mesure de confirmer ni d’infirmer ces informations.

« Ma cliente a fait l’objet d’une tentative d’enlèvement et de séquestration de la part de certaines autorités dépositaires de la force publique en Tunisie, à la demande des autorités algériennes », a dénoncé son avocat français, Me François Zimeray, par ailleurs ancien ambassadeur de France au Danemark.

« J’ai fait savoir cet après-midi que je n’hésiterais pas à déposer une plainte au parquet de Paris pour enlèvement-séquestration si elle n’était pas immédiatement libérée sachant que, en droit français, la détention arbitraire commise par un agent dépositaire de la force publique est un crime. Et que lorsque ce crime est commis à l’étranger sur un citoyen français, les tribunaux français sont compétents », a-t-il poursuivi.

« Le Quai d’Orsay est très mobilisé et c’est bien », a par ailleurs affirmé Me Zimeray.

Selon une responsable du bureau de l’ONG Human Rights Watch à Tunis qui a été saisi de l’affaire, « il ne faut en aucun cas la renvoyer vers un pays où elle a été emprisonnée et fait l’objet d’une série de poursuites pour son militantisme pacifique et ses opinions ».

L.M./AFP

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents