13 juin 2024
spot_img
Accueil360°Arabie saoudite : les exécutions ont doublé sous le règne du roi...

Arabie saoudite : les exécutions ont doublé sous le règne du roi Salmane et MBS

Arabie saoudite

Le taux annuel d’exécutions en Arabie saoudite a atteint des proportions qui a alarmé les organisations de défense des droits humains, depuis l’arrivée du roi Salmane et de son prince héritier, Mohammed ben Salmane. 

Raisons de sécurité ou répression politique ?

La réponse à cette question se trouve dans l’enquête conjointe de deux organisations indépendantes des droits de l’homme est sans équivoque. L’amalgame de sécurité intérieure et de maintien de la cohésion nationale est sciemment  entretenu pour faire taire les voies dissidentes, en s’appuyant  sur un régime  juridique trop rigide et coercitif qui tire sa substance du dogme religieux et de la charia.

De fait, l’ambition de moderniser le royaume et l’esprit d’ouverture prôné par Bensalmane sont d démentis par le taux  annuel des exécutions en depuis l’arrivée au pouvoir du roi Salmane et de son prince héritier, le prince Mohammed ben Salmane, en 2015.

Une situation rapporté  dans son édition du  1er février 2024, le portail électronique de la télévision Al Hurra appartenant au réseau  américain Middle East Broadcasting Network (MBN), une société financée par le Congrès américain et qui gère et exploite les chaînes « Al-Hurra » et « Al-Hurra-Iraq », les stations de radio « Sawa » et « Sawa-Iraq », ainsi que les sites Internet Al-Hurra et Sawa et le réseau numérique plateformes : Raise Your Voice, Aswat Magharebia et Al-Saha.

- Advertisement -

L’article du media arabophone basé à Washington cite un rapport publié par deux organisations indépendantes  des droits humains qui évoque la torture et les violations des droits de l’homme dans le royaume, qui dément ces accusations.

Le rapport conjoint de l’organisation anti-peine de mort « Reprieve » et de l’Organisation européenne saoudienne des droits de l’homme indique que le Royaume a procédé en moyenne à 70,8 exécutions par an au cours de la période de 2010 à 2014, et au cours de la période de 2015 à 2022. , il a procédé à 129,5 exécutions par an en moyenne annuelle, soit une augmentation de 82 %.

Le document consulté  par Al-Hurra, parle de « violation flagrante du droit à la vie » par l’Arabie saoudite et indique que « le Royaume a exécuté pas moins de 1 390 personnes au cours de la période de 2010 à 2022.

En 2022, l’Arabie saoudite a exécuté 147 personnes, selon l’enquête, le même nombre recueilli par l’Agence France-Presse sur la base de données officielles, note le média américain, estimant que l’Arabie saoudite, l’un des plus grands bourreaux au monde, a exécuté 81 personnes en une seule journée en mars dernier pour des accusations liées au terrorisme, suscitant une grande condamnation internationale.

Le rapport confirme que les exécutions les plus sanglantes de l’histoire moderne du Royaume ont eu lieu depuis que le roi Salmane est monté sur le trône du Royaume le 23 janvier 2015, l

D’autre part, ajoute Al Hurra,  l’expert saoudien en sécurité, Ahmed Al-Rukban, considère les exécutions comme un moyen  « pour préserver la sécurité intérieure et l’humanité et non pour perturber la sécurité saoudienne », notant que le mot (la peine de mot) n’existe pas dans la constitution saoudienne, mais qu’il s’appelle plutôt « la mise en œuvre des règles de la charia. »

Il a déclaré dans des déclarations à Al-Hurra : « Nous avons des sanctions légales et des tribunaux qui examinent divers cas, et nous sommes un pays souverain qui a le droit d’organiser et de maintenir sa sécurité intérieure à sa manière. »

Il a ajouté : « L’exécution peut être effectuée pour avoir agressé d’autres personnes ou pour avoir participé à un acte terroriste ».

Le prince héritier saoudien a déclaré dans une précédente interview au magazine « The Atlantic » que le royaume s’était « débarrassé » de la peine de mort, sauf en cas de meurtre ou lorsqu' »une personne menace la vie de nombreuses personnes », selon un texte cité de l’interview publiée par les médias locaux en mars dernier.

« Faire taire les dissidents »

Cependant, note encore le média, le rapport précise  que « la peine de mort est couramment utilisée pour des crimes autres que le meurtre, mais aussi  afin de réduire au silence les opposants et les manifestants ».

« Les autorités saoudiennes suivent cette voie sanglante à des fins d’intimidation et de répression politique », a déclaré à l’AFP Taha al-Hajji, directeur juridique de l’Organisation euro-saoudienne des droits de l’homme.

« L’énorme augmentation du nombre d’exécutions en Arabie saoudite sous le règne de Mohammed ben Salmane représente une crise que la communauté internationale ne peut continuer à ignorer », a déclaré Maya Foa, directrice de Reprieve, à ABC.

D’autre part, Al-Rukban a déclaré à Al-Hurra que « le royaume ne peut pas utiliser de sanctions dissuasives contre les opposants politiques, mais il veut plutôt préserver la sécurité et ne pas perturber la cohésion saoudienne ».

Il a ajouté : « Quiconque veut perturber cette structure et cette sécurité et atteindre certains objectifs, des dispositions légales doivent lui être appliquées, qui peuvent le condamner à la prison, prendre des gages ou modifier son comportement par le biais de certains instituts créés pour faire face à son état psychologique. .

Et il a estimé que « ce ne sont pas des opposants, mais plutôt qu’ils sont confus, et nous les traitons selon des données psychologiques », ajoutant que « l’Arabie saoudite est l’un des meilleurs pays du monde en termes de stabilité matérielle, économique et sécuritaire ». , et tout le monde prend son droit, qu’il soit homme ou femme, et donc il est très difficile de croire que les propos de dizaines de Seule l’opposition est correcte, et le reste du peuple, 30 millions de citoyens, ne réussissent pas. équation incorrecte. » ,

Discrimination dans l’application de la loi

Le rapport a conclu, « Détaillant les violations flagrantes des droits de l’homme à la suite de l’application continue de la peine de mort aux enfants, aux femmes, aux ressortissants étrangers et aux auteurs non-homicides accusés. »

Il considère que « l’application de la peine de mort par l’Arabie saoudite est entachée de discrimination et d’injustice, et que le régime saoudien a toujours menti à la communauté internationale sur son application de cette peine ». Cependant, Al-Rukban nie toute distinction entre les Saoudiens et les étrangers.

Le rapport souligne : « Les exécutions en Arabie saoudite ont toujours été entourées de secret.

Le gouvernement refuse de publier des données sur les exécutions, malgré les avertissements répétés des Nations Unies à cet égard, et n’informe pas les familles des exécutions ou du retour des corps à leurs familles.

Le rapport considère que « ce manque de transparence permet à l’Arabie saoudite de dissimuler ses violations et entrave les efforts d’autres pays et organisations pour la tenir responsable ».

Cependant, Al-Rukban estime que « le rapport n’était pas juste sur cette question particulière, car toute personne exécutée a de la famille, des parents et des amis, et il est donc très difficile de cacher une telle question, et c’est une grave exagération dans critiquer le royaume. »

Il a déclaré que les procès traversent de très longues étapes, allant de l’enquête préliminaire à la cassation, et un certain nombre de juges de la cour royale ont confirmé la validité du verdict. La majorité de ce qui est approuvé par le Haut-Commissaire est faite après s’être assuré que la décision est correcte à 200 %.

Il a déclaré : « Certains cas s’étendent jusqu’à dix ans dans l’espoir que la famille de la victime renoncera à l’exécution de la peine de mort, et la peine n’est pas exécutée directement, même si la personne avoue ».

Et l’Arabie saoudite a exécuté en 2022 le double de ceux qui ont été exécutés en 2021, selon une statistique révélée par l’Agence France-Presse, et indique une forte augmentation de cette procédure, vivement condamnée par les organisations internationales de défense des droits de l’homme.

Le rapport de 58 pages détaille la torture « systématique » et les violations de la légalité, y compris les procès inéquitables et la torture des mineurs et des femmes accusées.

Cependant, Al-Rukban considère que « les organisations qui soulèvent ces questions sont sans preuves et veulent troubler le royaume et enflammer certains opposants ou fugitifs de la justice qui se trouvent à l’étranger ».

Synthèse Samia Nait Iqbal

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

La bourde de Nathalie Saint-Cricq sur France2

Nathalie Saint-Cricq fait partie de cette légion d'analystes faiseurs d’opinion qui professent pour leur clan sur les chaînes publiques. Ici c’est pendant le journal...

Les derniers articles

Commentaires récents