24 juin 2024
spot_img
AccueilA la uneLes Syriens reprennent les manifestations contre le régime

Les Syriens reprennent les manifestations contre le régime

Syrie

Plusieurs milliers de Syriens ont manifesté mercredi dans la ville d’Idleb pour marquer le 12e anniversaire des premières manifestations contre le régime du président Bachar al-Assad en 2011 et exprimer leur refus de toute « normalisation » avec Damas.

Les Syriens refusent de se résigner en dépit de la bestiale brutalité avec laquelle le régime du dictateur Al Assad réprime la révolte populaire depuis 2011.

La répression brutale de ce soulèvement dans le sillage du « Printemps arabe » avait déclenché une guerre civile meurtrière, qui s’est complexifiée avec l’intervention de plusieurs acteurs au fil des années, et entraîné l’isolement de Bachar al-Assad sur le plan diplomatique.

Le conflit entre mercredi dans sa 13e année avec plus de 500 000 morts, plusieurs millions de déplacés et une profonde crise économique et humanitaire. Le pays a en outre été durement touché par le séisme meurtrier du 6 février qui a également frappé la Turquie voisine.

« Si nous n’obtenons pas de financement supplémentaire, nous devrons couper (l’aide) à 3,8 millions de personnes sur un total de huit millions d’ici juillet », a déclaré à des journalistes Corinne Fleischer, directrice régionale du Programme alimentaire mondial (PAM) à Dubai.

- Advertisement -

Les besoins atteignent un record depuis 2011, avec 12,9 millions de personnes touchées par l’insécurité alimentaire, souligne Mme Fleischer précisant que le PAM a besoin de 700 millions de dollars jusqu’à fin 2023.

Pour sa part, l’Unicef a averti mercredi que des millions d’enfants étaient exposés à un risque accru de malnutrition après 12 ans de conflit et le récent tremblement de terre.

L’organisation a dit avoir besoin de 172,7 millions de dollars pour une assistance vitale immédiate aux 5,4 millions de personnes (dont près de la moitié sont des enfants) touchées par le séisme du 6 février.

Dans un communiqué conjoint, le coordinateur humanitaire régional de l’ONU pour la crise en Syrie, Muhammed Hadi, et le coordinateur résident de l’ONU en Syrie, El-Mostafa Benlamlih, ont cependant estimé que la seule aide humanitaire n’était « ni suffisante ni durable », soulignant la nécessité d’une « solution durable et globale pour mettre fin au conflit ».

« Toutes les parties prenantes doivent montrer leur détermination à poursuivre la recherche d’une paix durable », affirment-ils.

«Liberté et dignité»

Entre-temps, le président Assad effectue une visite officielle à Moscou, qui a apporté un soutien militaire décisif à l’armée syrienne dans la guerre, alors qu’à Idleb (nord-ouest), dernière enclave résistant à son régime malgré des années d’offensives meurtrières soutenues par la Russie, des milliers de personnes ont manifesté arborant des drapeaux et banderoles de l’opposition syrienne.

« Le peuple réclame la chute du régime » ou « Liberté et dignité pour tous les Syriens », pouvait-on lire sur deux banderoles de la façade d’un bâtiment de la place principale de la ville.

Les régions échappant au contrôle de Damas dans le nord de la Syrie comptent actuellement plus de quatre millions d’habitants, dont au moins la moitié sont des déplacés.

« Nous sommes venus célébrer l’anniversaire de la révolution, une grande date que tout Syrien libre porte dans son coeur », dit à l’AFP Abou Chahid, un manifestant de 27 ans : « Nous sommes fiers de ce jour où nous sommes parvenus à briser la barrière de la peur et manifester face au régime criminel ».

Des manifestations ont également eu lieu mercredi dans la ville de Tabqa, tenue par les Kurdes, dans la province de Raqa (centre-nord), a rapporté un photographe de l’AFP.

Les Kurdes, hostiles à la Turquie, craignent de faire les frais d’un éventuel rapprochement entre Ankara et Damas, au moment où le Kremlin accentue ses efforts pour réconcilier la Turquie et la Syrie, brouillées depuis 2011.

Le séisme dévastateur du 6 février a donné lieu à une intense « diplomatie du séisme » ayant permis au président Assad de sortir quelque peu de son isolement, plusieurs pays arabes ayant repris contact avec lui pour envoyer de l’aide à son pays.

Mais, « même si tous les pays du monde normalisent (leurs relations) avec le régime, la révolution continuera », promet à l’AFP une manifestante à Idleb, Salma Seif, 38 ans, déplacée de Damas.

« Je suis contre tout compromis avec un régime criminel », dit pour sa part à quelques mètres de là Ali Hajj Sleimane, 24 ans et handicapé depuis une frappe aérienne du régime qui l’a grièvement blessé. Avec AFP

 

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents