25 mai 2024
spot_img
AccueilMondePegasus : des militants marocains espionnés portent plainte aux USA

Pegasus : des militants marocains espionnés portent plainte aux USA

L’affaire du logiciel espion israélien Pegasus continue de parler d’elle. Des militants marocains qui affirment avoir été ciblés par Pegasus ont antnoncé mercredi leur intention de se joindre à l’action en justice menée aux Etats-Unis par Meta contre la société israélienne NSO, propriétaire du logiciel espion. Le Maroc a été mis en cause dans cette affaire d’espionnage.

Selon un communiqué reçu par l’AFP, six « victimes marocaines d’intrusions illégales dans leurs téléphones » ont décidé d’intervenir dans la procédure en cours en Californie par le biais d’un recours collectif (« class action »).

Ce collectif précise avoir « reçu une lettre formelle de la société WhatsApp, détenue par le groupe Meta, les avertissant que leurs téléphones personnels avaient fait l’objet d’une intrusion criminelle par le logiciel espion Pegasus, via l’application WhatsApp ».

« L’intrusion criminelle a causé aux victimes de graves préjudices, en raison de leurs activités en tant que défenseurs des droits humains, journalistes, avocats et hommes politique », souligne le communiqué.

- Advertisement -

Parmi les membres du collectif, figurent trois militants des droits de l’Homme: Fouad Abdelmoumni, Abdellatif El Hamamouchi et Hicham Mansouri, ainsi que Khouloud Mokhtari, épouse du journaliste emprisonné Soulaimane Raïssouni, Ali Reda Ziane, fils de l’avocat Mohamed Ziane, également détenu, et le journaliste et universitaire Omar Brouksy.

« Ces pratiques doivent s’arrêter immédiatement. Pegasus a été utilisé pour écraser des militants des droits humains, des opposants politiques, des journalistes, des avocats. C’est inacceptable et il est évident que nous devons profiter de ce procès aux Etats-Unis pour que justice soit faite », a expliqué Fouad Abdelmoumni à l’AFP.

La Cour suprême américaine a autorisé le 9 janvier la poursuite de NSO par la société Meta, à la suite d’une première demande d’abandon de cette poursuite par NSO qui remonte à octobre 2019 devant un tribunal fédéral de Californie.

La maison mère de WhatsApp reprochait à NSO d’avoir pénétré sur les serveurs de son application de messagerie et d’avoir, par ce biais, installé Pegasus sur les téléphones portables de 1 400 utilisateurs, à leur insu.

Le Maroc fait partie d’une dizaine de pays accusés en juillet 2021 par Amnesty International d’avoir utilisé Pegasus dans le but de pirater les téléphones de journalistes, politiciens et militants des droits humains marocains et étrangers.

Avec AFP

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents