3 février 2023
spot_img
AccueilCulturePublication : comment choisir "le bon éditeur"

Publication : comment choisir « le bon éditeur »

Ecrivain

Comme dans tout domaine impliquant des interactions entre homo-sapiens, le monde de l’édition est complexe et semé d’embûches. Cette modeste contribution a pour objectif de dresser un état des lieux en termes généraux des maisons d’éditions à éviter et celles à conseiller.

Depuis la globalisation des réseaux sociaux, tout le monde l’aura remarqué, les gens, surtout les jeunes, ne lisent plus ou tout au moins beaucoup moins qu’avant. Corollaire : les ventes de livres et le monde de l’édition subissent une crises sans précédent ! Et, comme dans toute crise, les charlatans poussent comme des champignons.

Pa ailleurs, depuis l’épidémie du Covid-19, nombreux sont celles et ceux qui se sont découvert des talents d’écrivains et tenté l’aventure de la publication. Résultat : les étals de librairies et les sites internet spécialisés sont saturés de nouveaux ouvrages. Ce qui a fait dire à un ami qu’il y a maintenant plus d’auteurs que de lecteurs.

On peut classer les maisons d’édition en trois catégories. Pour des raisons évidentes, nous n’en citerons aucune :

-Celles que l’on peut qualifier de mammouths, et qui raflent l’essentiel des parts de marché en écrasant tout sur leur passage.

- Advertisement -

-Les modestes qui se démènent comme elles peuvent pour offrir des services honnêtes

-Et enfin celles qui versent dans une arnaque absolue.

Pouvoir se faire publier par un mammouth est un exploit difficile à réaliser par de « petits » auteurs, et les délais de lecture sont tellement longs qu’ils vous donnent le temps de verser dans le désespoir… c’est donc peine perdue de tenter sa chance pour un premier ouvrage.

Il ne reste donc que la deuxième catégorie. Le tout est de savoir comment reconnaître une maison honnête pour éviter celles de l’arnaque.

C’est simple, car la troisième classe est celle que l’on qualifie de maisons à compte d’auteur. Ces maisons ne sont pas trop regardantes et vous avez de fortes chances de faire accepter votre ouvrage rapidement (un peu trop pour certaines) si tant est que vous acceptiez une participation initiale qui peut se chiffrer en milliers d’euros !

La deuxième catégorie ne vous réclame aucune participation initiale. Tout se fait à compte d’éditeur. Cependant, ce qui différencie ces « petites » maisons des mammouths, c’est le fait qu’on vous demande de commander un certain nombre d’ouvrages à prix réduit. Ce que n’exigent pas les mammouths ! Si vous êtes suffisamment actif, vous pouvez écouler votre stock en participant à diverses rencontres littéraires. Mais comme on a envie d’épater les copains et la petite famille, une grande partie de ce stock s’épuise rapidement en cadeaux…

Cette deuxième catégorie vous propose, en général, une autre formule qui n’exige aucune commande, mais elle s’en remet à votre bonne volonté pour écouler le livre via votre propre réseau de connaissances…

Voilà ! j’espère que ces quelques éléments encourageront les hésitants à tenter l’aventure passionnante de la publication.

La maison que j’ai choisie pour mon dernier ouvrage fait partie des maisons honnêtes. Pour la découvrir, il vous suffit de lancer votre moteur de recherche à la poursuite de « mémoire(s) en dents de scie ».

Kacem Madani

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Izerfan n umdan, tdel-iten tariḥt n lgaz d pétrole ?

Adabu n Lezzayer igdel taseqqamut n izerfan n umdan (Ligue algérienne de Défense des Droits de l’Homme - LADDH) di ctamber 2022. Igdel-itt s...

Les plus populaires

Commentaires récents