30 mai 2024
spot_img
AccueilCultureSortie en France du tome III des mémoires de Saïd Sadi

Sortie en France du tome III des mémoires de Saïd Sadi

 

Le troisième  tome des mémoires de l’ex-président  et membre fondateur du RCD, Saïd Sadi sera en vente, à partir du 1er février 2023, pour les lecteurs en France, en Europe et en Amérique du Nord. « La haine comme rivale » est disponible sur toutes les plateformes de vente en ligne (Amazon, Chapitre, Decitre, Cultura, etc…) ou en  libraire préféré.

La sortie de l’édition algérienne est prévue pour le 19 février, annonce l’homme politique sur sa page Facebook.

Intitulé « La haine comme rivale », ce troisième opus des mémoires de Saïd Sadi, qui vit depuis fin 2019 en France, restitue les événements de la période située entre l’année 1987 à 1997. Ce livre est publié par les éditions Altava, une maison d’édition créée par  Ameziane Sadi (fils de l’auteur), en 2022.

- Advertisement -

« Les révélations sur les plus hauts responsables de l’époque comme Kasdi Merbah, Larbi Belkhir, Reda Malek, Khaled Nezzar, Mouloud Hamrouche, Mohamed Betchine, Mohamed Mediene dit Toufik et, évidemment, Boudiaf et les leaders de l’opposition, islamistes et nationalistes, tels Ali Belhadj, Abassi Madani, Hocine Ait Ahmed, Ben Bella éclairent d’un jour nouveau une crise trop longtemps livrée aux interdits et aux propagandes.

Mais l’intérêt de ce témoignage – illustré par de poignantes et précieuses anecdotes, c’est l’humanisme qui le traverse. Confrontés à une haine générale et au rejet des socialistes français rongés par la culpabilité post-coloniale et pour lesquels les militants de la génération d’après-guerre étaient des éléments illisibles, « les miraculés de l’histoire » ont su éviter la contagion de la violence et de l’anathème, sources et leviers de l’action politique algérienne », écrit Amar Ingrachen, directeur des éditions Altava sur sa page Facebook.

Pour autant qu’il soit marqué par le prisme de la subjectivité qui caractérise tout écrit  mémoriel, le récit de l’auteur,  un acteur immergé dans la vie politique du pays et au fait des soubresauts d’une vie publique qui reste souvent  marquée par le sceau de l’opacité sous un régime qui cultive le culte du secret, ne perd rien de sa valeur de témoignage et constitue pas moins un indicateur qui donne une certaine  lisibilité à cette période marquante de l’histoire récente de l’Algérie. Saïd Sadi, contrairement à nombre des hommes politiques algériens, écrit beaucoup et témoigne.

« La haine aveugle qui s’abattit sur la génération d’après-guerre fut générale » écrit l’ex-président  du RCD en incipit du texte donne un aperçu général de son livre.

« Pour le régime, les jeunes qui contestèrent le mythe d’une nation otage du jacobinisme, du léninisme et, déjà, de l’intégrisme menaçaient la patrie. Les anciens opposants furent exaspérés par des prétentieux s’immisçant dans une scène réservée à l’aristocratie guerrière. Pour les islamistes, les laïcs souillaient la Oumma. Le courant socialiste français diabolisa des intrus réfutant la fable islamo-tiers-mondiste qui devait, sinon occulter, du moins relativiser ses coupables égarements.

Exception notable : de son exil, le vieux Boudiaf observait l’antagonisme pouvoir-société. Sitôt rentré, il se voua à la nouvelle cité. Lui aussi fut rattrapé par la haine. »

Dans ce tome III, on suit l’émergence d’une génération atypique qui transcenda la peur, récusa la haine, osa les rêves d’une Algérie démocratique, d’une Afrique du nord réconciliée avec son histoire et d’une entente adulte avec l’Europe. Un projet qui manqua d’aboutir avec l’insurrection citoyenne de février 2019″, écrit Saïd Sadi dont les deux tomes de ses mémoires déjà publiés  ont connu un succès de librairie en Algérie.

Fourmillant  de références factuelles et portés par une langue  incisive qui  ne sacrifie rien à la beauté d’un style alerte et franchement polémique, les livres de Said Sadi suscitent  toujours la controverse. Ils  ne laissent jamais indifférent quels que soit l’ancrage  idéologique et les orientations politiques de celui qui les a entre les mains.

Fidèle à son style et se voulant à la fois pédagogue et didactique, Saïd Sadi balance ses vérités et ses idées qu’il défend avec la hargne de ses convictions chevillées à un long et indéniable parcours politique. L’homme politique et désormais écrivain ne craint pas d’aller à l’affrontement, de dénoncer et de discréditer ses adversaires qui n’hésitent pas à lui rendre la pareille.

Samia Naït Iqbal

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents