21 avril 2024
spot_img
AccueilPolitiqueTaɣdemt n Lezzayer teteddu mgal tamurt n Lezzayer (1)

Taɣdemt n Lezzayer teteddu mgal tamurt n Lezzayer (1)

ministère de la Justice

Taneggarut-a i yeḍran di Wehran, tadyant n « la Cour criminelle d’Oran », tin i yessurgen iseggasen d iseggasen n lḥebs i yelmeẓyen n tmurt, tekkes ccek ma yella kra n ccek ar ass-a : taɣdemt n Lezzayer ur tbedd ɣef izerfan n tmurt.

Anda i tebla, ihi ?

Taɣdemt (s ɣerraq d umezarfu n yal amkan) tettban-d zun d afus i tyita n tarwa n tmurt, si talast ar talast, mačci kan di tmurt n Leqbayel, ɣas din i d-tettban ugar tyita, acku llan aṭas n imeɣnasen i yettwarzen.

Ma taɣdemt d afus i truẓi n usirem yellan akken azekka ad tbeddel tmurt ɣer wussan yelhan, anwa i yesedduyen, i yesseqdacen afus-nni ?

D tuttra iwumi yessefk ad yili lejwab, akken ibɣu yili.

- Advertisement -

Qbel ad nekcem di fettu n temsalt, akken ad d-nefsi tundar seg wansi d-tekka tyita, izwar wawal akken ad nẓer amek tella tyita-nni, anwa i d iswi n tyita-nni.

Awal inna-t yiwen uzzayri : « adabu ikkat ad issenger aẓar n tnekra deg wallaɣ n izzayriyen, ad issenger yal asirem izemren ad d-islal tanekra n talwit/Hirak n 2019, ad d-tlal tnekra yugaren ayen i nessen ar ass-a ».

Izzayriyen mɣin-d seg idammen n imezwura-nsen i yellan yakan ddaw uzaglu n Ruman, n Terk, neɣ n Fransa ; ssnen acu i d senatus consult akked code de l’indigénat. Maca di tallit-nsen, nitni wten s wayen iwumi zemren, ur knin, ur fkin mayna.

Taɣdemt illan ass-a di tmurt n Lezzayer, tedda deg ubrid-nni n yimnekcem, mačci d taɣdemt n tmurt seg uẓar.

Tadyant n wass-a tefka anza ɣer « l’affaire des bleus», neɣ la Bleuite (2)

Adabu n wass-a yufa-d abrid i tsertit-is : ad yerr ɣer lḥebs yal win/tin ikkren ɣef yiman-is si furar 2019, yal win illan di yal akabar ur neddi deg usalu n udabu. D taɣdemt i d-isbedd d azduz s usaḍuf-nni, art. 87bis, i yesselsen aqelmun n trebrabt i yal yiwen ittwaṭtfen.

Tamuɣli-s ad d-isseɣḍel « qawsas » akken ad ttagaden medden tili-nsen.

Ur illi d abrid issuffuɣen, acku ur izmir yiwen ad ikkes asirem illan deg wulawen, ur tezmir tmurt ad terfed iman-is s warraw-is, ma yella adabu d axsim-is yal ass.

Ugur ameqqran, d tuttra-nni d-iwḍen ɣer yixef n yiles : adabu i yesedduyen tasertit-a, d adabu n tmurt neɣ d win i seqdacen wid n berra ? anwi ? Anta tamurt ? Anti timura ?

Di tedyant n ’’la bleuite’’, SDECE n Fransa yessekcem tawekka deg ALN, armi yiwen ur ittamen wayeḍ deg umadaɣ, taggara msenɣen, mmuten wid illan d tagejdit n ALN, amur ameqqran deg-sen d ifesyanen, d wid iɣran, d wid issnen amek teddunt temsalt ur d-neqqim akken ad bnun tamurt si mi tefra. D tidet, amur ameqqran di wilaya 3.

Ass-a, adabu ibges akken ad issenger ayen d-iqqimen, akked wid d-ilulen i yeddan deg ubrid n imeɣnasen imezwura. I wammud/lfayda n wanta tamurt ?

Aumer U Lamara

Timerna/Notes.

1) traduction du titre :  « le ministère algérien de la Justice joue contre l’Algérie »

2) « L’affaire des bleus’’ (la bleuite), en wilaya 3 en 1957-1958 :

La « Bleuite », appelée parfois le « complot bleu », est une opération d’infiltration et d’intoxication à grande échelle, montée par le SDECE (services secrets français) pendant la guerre d’Algérie, à partir de 1957, en riposte à l’affaire « Oiseau bleu ».

Cette opération, restée longtemps méconnue du grand public tant algérien que français, consistait à dresser des listes de prétendus collaborateurs algériens de l’armée française et à les faire parvenir jusqu’aux chefs de l’Armée de libération nationale (ALN), le bras armé du FLN, pour y susciter des purges internes.

Ces listes étaient acheminées par différents biais, notamment :

  • envois d’Algériens « retournés » ;
  • diffusions de rumeurs dans les villages et les maquis des wilayas ;
  • documents compromettants laissés sur des rebelles abattus.

Pour comprendre comment le virus de la suspicion (que l’on baptise plus tard la « bleuite ») a pu pénétrer la Révolution algérienne, il faut revenir à la bataille d’Alger.

D’anciens membres des réseaux de Yacef Saâdi avaient décidé de travailler avec les parachutistes français. C’était une idée du capitaine Paul-Alain Léger, parachutiste, agent du SDECE et chef du GRE (Groupe de renseignements et d’exploitation). Il avait proposé à son supérieur hiérarchique le colonel Godard de retourner d’anciens compagnons de Yacef :

Quand un élément du FLN est identifié et arrêté, il est interrogé, compromis et piégé. On lui offre de changer de camp. Les capacités de psychologue de Léger constituent l’essentiel du processus de retournement2. Les anciens du FLN rejoignent ainsi le groupe habillés de bleus de chauffe, d’où le nom de « bleuite » ou le « complot bleu ». À l’origine, ce groupe est composé de 70 hommes et leur rôle était de dénoncer leurs anciens camarades des réseaux clandestins, mais aussi de tenter de retourner la population en faveur des Français. Ils circulaient ainsi dans la Casbah bavardant avec tous ceux qui voulaient bien leur adresser la parole, essayant de reconnaître dans la foule les hommes avec qui ils avaient été en contact. Mais leur rôle principal restait, bien sûr, l’infiltration des réseaux FLN encore existants. Ils permettent l’arrestation de Yacef Saâdi, Zohra Drif et la localisation de la cache d’Ali la Pointe. En mars 1958, ce groupe compte plus de trois cents hommes et femmes2 avec pour la plupart un statut de harki.

Cette opération d’intoxication fut aussi à l’origine d’une campagne de purges dévastatrices dans toutes les wilayas, qui causa plus de pertes à l’ALN et au FLN que les combats eux-mêmes, et provoqua le ralliement de nombreux combattants affolés à l’armée française, seul moyen de sauver leur vie face aux soupçons de trahison, en particulier dans la wilaya III dirigée par le colonel Amirouche. Le principe du cloisonnement dans l’ALN et le devoir de réserve des principaux concernés aggravaient la situation.

 

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents