9 février 2023
spot_img
AccueilA la uneTizi-Ouzou : des élus indépendants invitent Tebboune à faire une visite officielle

Tizi-Ouzou : des élus indépendants invitent Tebboune à faire une visite officielle

Ouahab Ait Menguellet chez Tebboune

Des parlementaires et des élus locaux de la wilaya de Tizi-Ouzou sans étiquette partisane se sont réunis, samedi dernier, à la maison de la culture Mouloud-Mammeri. Objectifs : faire venir Tebboune et créer éventuellement un nouveau parti.

L’assemblée générale à laquelle ont pris part les représentant du Haut conseil à la jeunesse (un appendice créé dans le sillage des élections présidentielles de 2019) et le chef du groupe des indépendants au conseil de la nation a abouti à la création d’une association dénommée « Union des élus indépendants de Tizi Ouzou ».

Ses initiateurs affirment inscrire leur action dans un projet visant « le renforcement de l’union des forces vives de la nation ». Ils promettent que leur association « ne ménagera aucun effort pour le développement de la wilaya ».

Portée à bras-le-corps par l’ex P/APC de Tizi-Ouzou et actuel président du groupe de députés indépendants à l’APN, Ouahab Aït Menguellet que l’on dit bien en cours dans le giron d’Abdelmadjid Tebboune, cette structure  a tout l’air d’être un agrégat de plus dans l’échafaudage politico-institutionnel du chef de l’Etat.

En tout cas, les éléments de langage contenus dans l’intervention de l’ex-maire de la ville des Genêts, lors de la réunion de samedi dernier, permettent d’accréditer la thèse d’un projet politique qui s’inscrirait dans la  feuille de route des « spin doctors » d’Abdelmadjid Tebboune, un chef de l’Etat sans attaches partisanes, qui chercherait néanmoins à se construire une profondeur populaire à la hauteur de sa stratégie de conquête d’un deuxième  mandat présidentiel.

- Advertisement -

D’emblée, Ouahab Aït Menguellet annonce la couleur et explique : «Ce nouveau cadre est une initiative de tout le monde, de tous les élus indépendants de Tizi-Ouzou, il reste ouvert à toutes les personnes qui veulent agir pour le bien du pays ».

« Nous avons créé cette union dans le seul but de servir l’intérêt du pays et de notre wilaya. Nous l’avons lancé de Tizi-Ouzou mais elle va s’étendre aux 58 wilayas », ajoutera le chef du groupe des  indépendants à l’APN qui ne circonscrit pas l’appartenance à cette association aux seuls élus indépendants.

« Ce nouveau cadre est une initiative de tout le monde, de tous les élus indépendants de Tizi-Ouzou, et qui reste ouvert à toutes les personnes qui veulent agir pour le bien du pays », annoncera-t-il. « Nous lançons l’appel au président de la république avec un message clair : la wilaya de Tizi-Ouzou n’a jamais été en dehors de la république et elle ne le sera jamais. Nous sommes des enfants légitimes de ce pays, des enfants qui veulent aller de l’avant et qui veulent travailler pour ce pays et l’initiative d’aujourd’hui va porter bonheur à ce pays », a t-il lancé avec un lyrisme qui en dit long sur la posture de l’homme qui avait l’air de battre la couple, cherchant à s’amender d’un crime de lèse-nationalisme fantasmé à propos de la  Kabylie cycliquement accablée d’une sorte d’irrédentisme menaçant pour la cohésion  nationale.

Puis, se faisant le porte-voix de la région qui aspire au mieux-être et au développement comme toutes les autres régions du pays, Ouahab Aït Menguellet assène avec une assurance décoiffante : « Nous sommes là pour porter le message en haut lieu et nous appelons le président de la république, M. Abdelmadjid Tebboune pour l’inviter à Tizi-Ouzou, dans sa wilaya, dans son pays ». En réalité, Ouahab Aït Menguellet énonce ici les objectifs qu’il s’est assigné depuis son divorce d’avec le RCD en 2017.

Le  chef de file de la liste indépendante Tagmats, bannière sous laquelle il a été élu en 2017 pour un deuxième mandat à la tête de l’APC de Tizi-Ouzou, et qui lui permettra de conquérir en 2020 un siège à l’APN au cours d’une élection législative largement boycottée, en 2020, ne cache pas ses ambitions.

Il avait offert même son parrainage, lors des dernières  élections locales (également largement boycottées), à de nombreux candidats devenus élus aux APC et à l’APW. Donc Ouahab Aït Menguellet se voit un destin national et ne cache pas son ambition  de damner le pion aux partis politiques au point où certains n’hésiteront pas à prêter à l’homme la  volonté de créer le sien.

Le  projet, en effet,  pourrait séduire. Y compris l’actuel locataire du palais El Mouradia qui ne dédaignerait pas à s’en servir comme un tremplin  pour lever  des soutiens,  créer un appel d’air en faveur de son deuxième  mandat présidentiel dans une région politiquement fragmentée et en perte de repères car ébranlée par les traumatismes successifs de ces dernières années. Mais tout n’est jamais gagné.

Samia Naït Iqbal

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Séisme en Turquie et en Syrie : le bilan dépasse les 11 700 morts

Les sauveteurs continuent de tirer de sous les décombres des survivants du tremblement de terre qui a ravagé des villes entières de Turquie et...

Les plus populaires

Commentaires récents