2 octobre 2022
spot_img
AccueilCultureḤ’nifa, la poétesse révoltée au destin maudit !

Ḥ’nifa, la poétesse révoltée au destin maudit !

Impérieuse culture du terroir 

Ḥ’nifa, la poétesse révoltée au destin maudit !

Voilà une artiste dont les hommages, aussi bien en audio-vidéos qu’en articles écrits, sont si nombreux qu’il est difficile de faire le tri ou de tout inclure dans une seule chronique.

Pour glisser un peu d’originalité dans ce modeste hommage, nous avons choisi de vous relater une anecdote méconnue du grand public concernant la fuite de son village, telle que rapportée par un descendant de témoins directs, qui énonce tout de go, que certaines de ses chansons lui donnent les larmes aux yeux, ou tout au moins la chair de poule.

Selon l’histoire recueillie auprès de ce natif de la région d’Azzefoun, elle aurait été mariée à l’âge de 15 ans avec un ami de son père (ça rappelle étrangement l’histoire de la petite Aïcha, la fille d’Abu-Bakr Essedik, compagnon du prophète). L’histoire colportée çà et là dit qu’il était commerçant. Toutefois, il semblerait que c’était plutôt un truand notoire. 

Ce premier mari aurait été abattu par l’armée française, en tant que vulgaire bandit. Elle y fait référence dans une de ses chansons : « Lukan », dans laquelle elle exprime :

- Advertisement -

Lukan d argaz ay telliḍ 

A ţedduḍ d’ w at ukeṛṭuc 

Imi d axeddaɛ amcum

Lmut ik daxel u tercuc 

« At ukeṛṭuc », ce sont les maquisards. Dans les vers ci-dessus, elle dit bien que s’il avait été un homme, il aurait pris les armes contre la France au lieu de finir comme un vulgaire truand, mort dans un buisson (atercuc).

On dit qu’il l’enchaînait dans « adaynin » (étable) avec le bétail. 

Un jour, elle a réussi à s’enfuir. Elle avait pris le bus Azeffoun-Alger, appartenant à Aït Ouarab, cousin d’El Anka, pour s’enfuir à Alger. Le bus démarrait très tôt le matin, dans le noir, en hiver. Elle savait que son mari pressentait sa fuite vers Alger. Elle a donc demandé au chauffeur de la cacher dans la soute à bagages jusqu’à ce qu’ils aient dépassé un endroit appelé « Agouni u Khendeq », entre Aghriv et Azeffoun. 

Comme elle s’y attendait, son mari leur a coupé la route, armé d’un fusil. Menaçant le chauffeur et le receveur de son arme, il est entré dans le bus et vérifié qu’elle n’était pas parmi les passagers. Satisfait qu’elle n’y fusse pas, il est descendu, et le chauffeur a sorti Hnifa de la soute, quelques kilomètres plus loin. 

Le bus qu’elle a pris s’appelait « L’Oiseau Blanc » des Transports Aït Ouarab. Les gens l’appelaient « Loizoubla », mais plus communément « Tamlaluct ». Elle mentionne « Tamlaluct » et « Agouni u Khendeq » dans la chanson « A zehriw anda tenzid ».

Est-ce que je peux documenter tout ça ? Malheureusement non. Mais c’est ce qui se racontait quand j’étais petit, relate donc ce natif de la région d’Azzefoun. Cette histoire a été rapportée par les vieux d’Azeffoun et Aït Djennad, durant la période d’après-guerre.

Biographie (*)

Zoubida Ighil Larbaâ de son vrai nom, Ḥ’nifa est née le 4 avril 1924. Elle est originaire du village d’Ighil-Mehni, petite localité maritime dans la commune d’Azeffoun. Sa famille, comme tant d’autres, a fui l’hostilité de la campagne kabyle pour chercher à Alger, des conditions de vie plus clémentes. La seconde guerre mondiale et le débarquement allié dans la capitale précipitent le retour au village d’origine où la jeune fille mène l’existence sans relief d’une montagnarde berbère.

Ḥ’nifa se passionne pour la poésie et, comme toute femme kabyle, agrémente chacun de ses instants par des chants. C’est aussi tout naturellement qu’elle exprime publiquement son talent lors des fêtes de femmes organisées au village où sa présence est particulièrement appréciée.

Comme il est alors d’usage, Ḥ’nifa est mariée au sortir de l’enfance. Ce mariage convenu n’est qu’une parenthèse qui se referme bien vite par la séparation du couple. De retour auprès des siens, elle est le témoin de l’émiettement progressif de son cocon familial ; la mort accidentelle de l’un de ses frères, puis la répudiation de sa mère, quelque temps après, finissent par faire éclater les derniers vestiges de son univers. C’est ainsi que débute « le prélude à la vie d’errance » de la jeune femme.

A la fin des années 1940, Ḥ’nifa s’installe à Alger, chez son frère aîné, dont elle épouse l’un des proches amis. Second mariage et seconde désillusion. De cette union naît son unique fille, celle qui apaise sa solitude et partage tout le poids de sa misère.

À nouveau « libre » mais livrée à elle-même, elle est contrainte à de petits emplois qui lui permettent de glaner quelques subsides. Sa rencontre, en 1951, avec Lla Yamina change le cours de son destin et constitue le premier jalon de sa carrière artistique. Celle-ci la présente à madame Lafarge qui anime alors une chorale féminine dans laquelle se côtoient des artistes précurseurs dont Chérifa, l’autre grande dame de la chanson kabyle. Ḥ’nifa fréquente assidûment la chorale entre 1951 et 1957. Elle s’y affirme et ne tarde pas à faire son apparition à la Radio sous la direction de l’orchestre de Cheikh Noredine, s’y produisant une fois par semaine, accompagnée de la chorale ou en solo. C’est ainsi que Zoubida, la fière villageoise, disparaît à tout jamais et laisse place à Ḥ’nifa, l’artiste marginale qui chante son vécu et ses souffrances.

Le succès est immédiat. En 1957, comme des milliers de ses compatriotes, Ḥ’nifa fait « le choix » de l’exil, dans l’espoir d’un horizon moins sombre, et sans doute aussi afin de s’émanciper de la tutelle d’une société oppressante à bien des égards. Elle franchit la méditerranée et pose sa valise à Paris. Ḥ’nifa y mène la vie d’une bohème, se produit dans les cafés devant un public exclusivement masculin, bravant ainsi le code strict de la morale kabyle. Elle vit son art comme un exutoire à ses souffrances, chante avec force la triste condition de l’exilé, le désarroi des femmes délaissées et les tourments de ses sœurs kabyles.

A Paris, son chemin croise, à nouveau, celui de Kamal Hamadi rencontré quelques années plus tôt à Alger. Il devient son ami et l’auteur de textes qui la sublimeront. Ensemble, ils enregistrent, en 1959, un duo mémorable, « yid-em yid-em », puis il compose pour elle, douze autres titres taillée à la mesure de sa vie et de ses sentiments. Des œuvres, aujourd’hui, devenues patrimoine de la chanson kabyle.

De retour à Alger, quelque temps après la proclamation de l’indépendance, dans un pays en quête d’identité, Ḥ’nifa essaye, tant bien que mal, d’exister. Elle se résout finalement, en 1973, à reprendre le chemin de l’exil. Sans le savoir, elle quitte son pays pour ne plus jamais y retourner de son vivant.

Durant les dernières années de sa vie, ses apparitions sur scène sont rares. Minée par la solitude et rongée par la maladie, Ḥ’nifa « la Rebelle », Ḥ’nifa « la poétesse maudite », Ḥ’nifa celle qui a erré entre Azeffoun, Alger et Paris, rejoint son domicile éternel parmi les étoiles. Le 23 septembre 1981, elle s’éteint dans l’anonymat. Son corps est rapatrié et inhumé au cimetière d’Al Alia, à Alger. Elle laisse un répertoire riche d’une centaine de chansons dont beaucoup retentissent encore « sur les lèvres des hommes ».

Les tubes de cette grande artiste à la voix harmonieuse sont aussi nombreux que variés. Citons « Sers tabalizt », « Afous a l’ɛambar », « Ma čči d leɣna », « Ellah ya rebbi feraǧ », « Ma tebɣiḍ a d amengal », sans oublier « D eṛṛay-iw i t-ixedmen d eṛṛay-iw », dont nous vous proposons la piste audio et la transcription. Ce titre est sans doute l’un des plus connus de son répertoire.

À noter la parodie de « Attas ay sevragh » de Slimane Azem et Bahia Farah, qu’elle interprète en duo avec Mohamed Hilmi. Le «Atin hemlaɣ » se transformant en « atin kerhaɣ » ! Un titre qui vaut le détour.

D eṛṛay-iw i t-ixedmen d eṛṛay-iw

 

D eṛṛay-iw i t-ixedmen d eṛṛay-iw

Macci d nekk macci d medden d eṛṛay-iw 

 

Asmi d-yussa eẓẓheṛ-iw nekk yufa-yid di lexla

Lxalat meggrent irden nekk la meggreγ taẓudla

Asmi d-yussa eẓẓheṛ-iw nekk yufa-yid di lexla

Lxalat meggrent irden nekk la meggreγ taẓudla

Yessetma wagi d eẓẓheṛ Yerna-yas eṛṛay yexla 

D eṛṛay-iw i t-ixedmen d eṛṛay-iw

Macci d nekk macci d medden d eṛṛay-iw 

 

Asmi d-yussa eẓẓheṛ-iw nekk yufa-yid di tegzirt

Lxalat meggrent irden nekk la meggreγ tamezirt

Asmi d-yussa eẓẓheṛ-iw nekk yufa-yid di tegzirt

Lxalat ẓẓadent irden nekk la meggreγ tamezirt

Yessetma tid eεzizen ay gura-tid af tenyirt 

 

D eṛṛay-iw i t-ixedmen d eṛṛay-iw

Macci d nekk macci d medden d eṛṛay-iw 

 

A yessetma lukan d anεam a taruγ di tebṛatin

Yessetma lukan d lmaεna ar neffeγ ar medden ar nissin

A yessetma lukan d anεam a taruγ di tebṛatin

Yessetma lukan d lmaεna ar neffeγ ar medden ar nissin

A yessetma wagi d eẓẓheṛ ay gura di tgunziwin 

 

D eṛṛay-iw i t-ixedmen d eṛṛay-iw

Macci d nekk macci d medden d eṛṛay-iw 

(*) Source : http://www.music-berbere.com/artiste-hnifa-ia-125.html#ixzz6vNo6diA7

Auteur
Kacem Madani

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Sommet d’Alger : Tebboune invite officiellement Mohammed VI

  Le ministre de la Justice Abderrachid Tebbi a remis au ministre des Affaires étrangères marocain, Nasser Bourita, l’invitation officielle d’Abdelmadjid Tebboune adressée au roi...

Les plus populaires

Commentaires récents