13 juin 2024
spot_img
AccueilCommuniqué15 ans de prison ferme requis contre l'ancien ministre Arezki Berraki

15 ans de prison ferme requis contre l’ancien ministre Arezki Berraki

L'ancien ministre des Ressources en eau, Arezki Berraki,
L’ancien ministre des Ressources en eau, Arezki Berraki,

Le procureur de la République près le Pôle pénal économique et financier du tribunal de Sidi M’hamed (Alger) a requis, mercredi, une peine de 15 ans de prison ferme contre l’ancien ministre des Ressources en eau, Arezki Berraki, poursuivi pour corruption. 

La même peine a été requise contre l’ancien Secrétaire général du même ministère, Mustapha Karim Rahiel, ainsi qu’une peine de 10 ans de prison ferme contre l’ancien directeur de l’Agence nationale des barrages et des transferts (ANB), Abdennacer Kalli qui est en fuite et fait l’objet d’un mandat d’arrêt international.

Dans cette même affaire, des peines allant de 3 à 8 ans de prison ferme ont été requises à l’encontre des accusés restants.

En qualité d’ancien directeur général de l’Agence nationale des barrages et des transferts (ANB), l’ancien ministre, Arezki Berraki est poursuivi, avec ses coaccusés, anciens cadres de cette agence, pour dilapidation de deniers publics, abus de fonction, octroi d’indus avantages et autres.

APS

1 COMMENTAIRE

  1. Question simple. Que quelqu’un me réponde svp. Y a-t-il un autre pays au monde où autant de premiers ministres, ministres (avec portefeuilles bien bourrés) et généraux (qui n’ont gagné aucune guerre ou escarmouche) se sont retrouvés en prison pour corruption et dilapidation des bien du peuple en l’espace de moins de 3 ans? Avec un tel record excessivement difficile à battre, la Nouvelle Algérie mérite une inscription en lettres d’or au Guiness de la corruption. Et ce n’est là que la partie émergée de l’iceberg. Les centaines, voire milliers, d’autres pourris qui sont protégés par le pouvoir actuel ou qui se cachent à l’étranger ou quelque part en Algérie se comptent par milliers. À l’image du lézard qui peut régénérer sa queue plusieurs fois dans sa vie, la Issaba d’hier et d’aujourd’hui se projette déjà en 2024 ou 2025, c’est selon le calendrier qui sera arrêté. Une chose est sûre, encore une fois, elle prendra l’Algérie en otage. Et avec cette Issaba, même en 2026 on risque, encore une fois, de rater lamentablement notre qualification au mondial alors que le Maroc jouera la finale. Bien entendu, l’ENTV et ses satellites ne diront mot de cette finale et, comme à leur habitude, adopteront la posture des 3 singes, posture qui leur sied si bien depuis un certain février 2019.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

La bourde de Nathalie Saint-Cricq sur France2

Nathalie Saint-Cricq fait partie de cette légion d'analystes faiseurs d’opinion qui professent pour leur clan sur les chaînes publiques. Ici c’est pendant le journal...

Les derniers articles

Commentaires récents