14 avril 2024
spot_img
AccueilIdéeAh ces Kabyles ! Du complot de cap Sigli aux conspirations ciblant le...

Ah ces Kabyles ! Du complot de cap Sigli aux conspirations ciblant le pays !

OPINION

Ah ces Kabyles ! Du complot de cap Sigli aux conspirations ciblant le pays !

Nous sommes en décembre 1978. Le président Boumediene venait d’entrer dans sa quatrième semaine d’agonie à l’hôpital Mustapha, lorsque dans la nuit du 10 au 11 décembre, un avion Hercules C 130 marocain, tous feux éteints, larguait à proximité du cap Sigli sur la côte kabyle entre Bejaïa et Azzefoun plusieurs ballots d’armes et de munitions, qui auraient permis d’équiper quelque cinq cents hommes.

Révélant le parachutage une semaine après qu’il eut lieu, la presse algérienne annonçait également l’arrestation d’une dizaine de personnes qui avaient monté cette opération en liaison avec les services secrets de Rabat.

Le chef du complot était un ancien officier de l’Armée de libération, M. Mohamed Sadek Benyahia, quarante-huit ans, reconverti dans les affaires après une courte carrière de préfet. Il avait recruté ses adjoints parmi d’anciens maquisards de la Wilaya III (Kabylie).

L’un d’eux, Tahar Saadi, quarante ans, ingénieur des eaux et forêts à Akbou, devait faire des aveux circonstanciés devant les caméras de la télévision. Il se serait ensuite suicidé à la prison militaire de Constantine, où il était détenu. Les dirigeants algériens avaient vu dans cette affaire une tentative des autorités marocaines de « déstabiliser » l’Algérie, alors que celle-ci traversait une « période douloureuse » en raison de la maladie du chef de l’État.

- Advertisement -

L’hypothèse selon laquelle les armes auraient été réellement destinées à des maquis était exclue, et la presse mettait l’accent sur le loyalisme des paysans de la région, qui avaient eux-mêmes signalé à la gendarmerie la présence des colis tombés du ciel.

La promptitude avec laquelle les arrestations avaient été effectuées permettait de penser que les autorités n’avaient pas été prises au dépourvu. Parfaitement renseignées, elles auraient laissé les événements se dérouler pour pouvoir prendre les coupables en flagrant délit.

Voilà ce qu’écrivait le journal Le Monde après la condamnation des « comploteurs du cap Sigli  » à des peines allant de trois à douze ans de prison par le tribunal militaire de Blida.

Et voici ce que déclare le MDN, ce 25 avril 2021 :

« Dans la poursuite des investigations sécuritaires relatives à l’opération menée, la fin du mois de mars 2021, par les services de sécurité relevant du MDN, ayant permis le démantèlement d’une cellule criminelle composée de partisans du mouvement séparatiste « MAK », impliqués dans la planification d’attentats et d’actes criminels lors des marches et des rassemblements populaires dans plusieurs régions du pays, en sus de la saisie d’armes de guerre et d’explosifs destinés à l’exécution de ses plans criminels, une dangereuse conspiration ciblant le pays, fomentée par ledit mouvement a été dévoilée ».

Il est évident que craignant des troubles après la disparition du dictateur Boumediene, le pouvoir avait monté cette affaire de cap Sigli de toutes pièces pour stigmatiser la Kabylie et tétaniser le reste du pays. Force est de constater que plus de 40 ans plus tard, ce sont les mêmes méthodes et les mêmes cellules de propagande qui sont actionnées pour, encore une fois, tenter de dresser le pays contre son ennemi de toujours, la Kabylie. 

Ce n’est pas sérieux tout ça ! D’autant que Ferhat Mehenni n’a pas attendu longtemps pour réagir et réitérer son attachement à un combat pacifique !

Les fauteurs de troubles, il faut aller les chercher du côté de Londres.

Ce pouvoir ne changera jamais ! Il reprend ses bonnes vieilles méthodes comme si le temps était figé aux années Boumediene et que l’information n’était transmise que par l’inénarrable El-Moudjahid !

Yaw fakou ! 

S‘il y a quelconque dérapage, ce que personne ne souhaite, il ne peut provenir que de la 3issaba (le gang) qui continue d’ignorer les revendications d’un peuple pacifique d’Est en Ouest et du Nord au Sud, le barycentre de ce pacifisme se situant nulle part ailleurs qu’en…Kabylie !! Alors cette énième affaire est trop grosse pour être avalée..

Auteur
Kacem Madani

 




LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents