27 janvier 2023
spot_img
AccueilIdéeAhmed Baba Nedjar met fin à sa grève de la faim

Ahmed Baba Nedjar met fin à sa grève de la faim

Détenus mozabites: Après 109 jours

Ahmed Baba Nedjar met fin à sa grève de la faim

Après 109 jours de grève de la faim, un triste record en Algérie, le détenu mozabite, Ahmed Baba Nedjar,  a décidé de mettre fin à son action de protestation. L’information a été donnée ce matin par un autre activiste politique Mozabite, Kameledine Fekhar, lui aussi a connu plusieurs fois les geôles du pouvoir et les grèves de la faim. 

« Baba Nedjar a décidé d’écouter la voix de la sagesse, suite à la visite de sa famille à l’hôpital de Blida où il est hospitalisé », a annoncé le docteur Fekhar qui n’a cessé d’alerter l’opinion nationale et étrangère sur le cas Nedjar,  depuis les premiers jours de sa grève de la faim.

Le détenu, qui n’a jamais cessé de clamer haut et fort son innocence du fond de sa cellule, réclame, en effet, un procès « équitable qui démontrerait son innocence ». Le jeune Baba Nedjar a été condamné, pour rappel,  la première fois par le tribunal de Ghardaïa dans l’affaire jugée en première instance en 2006  suite au décés par immolation de Bazzine Brahim, chef de la section locale du Croissant-Rouge algérien. 

- Advertisement -

Le même verdict a été prononcé contre l’accusé dans un procès en appel au tribunal de Médéa en 2009. Un procès qui a été très médiatisé à l’époque. L’accusé et ses proches dénoncent depuis un verdict politique, puisque Ahmed Baba Nedjar était un militant actif au sein du FFS et de la cause Amazighe à Ghardaïa.

« Le dossier de l’accusation est complètement vide. Aucune preuve n’a été présentée devant le juge ni détectée par les enquêteurs, pourtant on l’a condamné à perpétuité. La seule preuve était la déclaration de l’un des enfants de la victime arguant que Nedjar avait l’habitude de s’assoir non loin de la demeure de Bazzine Brahim, un endroit qui est une mosquée au fait », a déclaré le docteur Fekhar.  « Un autre enfant de la même victime a même affirmé qu’une personne aurait déjà menacé son père, mais la police refuse catégoriquement de prendre en charge cet élément important », ajoute Dr Fekhar qui n’a pas manqué au passage de dénoncer un emprisonnement injuste et un acharnement systématique de la justice algérienne contre les militants opposants Mozabites.

Pourquoi la justice et les services de sécurité s’acharnent de la sorte sur Baba Nedjar ? A cette question, le docteur Fekhar estime qu’Ahmed Baba Nedjar est tout simplement victime d’un complot monté de toutes pièces par « les services de sécurité ». « Baba Nedjar avait refusé de citer mon nom dans cette affaire d’assassinat de Brahim Bazzine, donc on lui a fait payer son courage et sa sincérité », explique le docteur Fekhar dans une récente vidéos postée sur les réseaux sociaux. « Le  fait de militer pour les droits de l’homme et les droits culturels et linguistiques dans un parti opposant a suffit au régime pour briser la vie d’un jeune Mozabite », regrette Fekhar qui dira que le jeune Baba Nedjar a été choisi parmi dix activistes Mozabites pour lui coller ce meurtre. 

Auteur
Abdenour Igoujil

 




ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Tizi-Ouzou : des élus indépendants invitent Tebboune à faire une visite officielle

Des parlementaires et des élus locaux de la wilaya de Tizi-Ouzou sans étiquette partisane se sont réunis, samedi dernier, à la maison de la...

Les plus populaires

Commentaires récents