1 décembre 2022
spot_img
AccueilCommuniquéAïn-Beida : Roud Saymine entre hier et aujourd’hui

Aïn-Beida : Roud Saymine entre hier et aujourd’hui

REGARD

Aïn-Beida : Roud Saymine entre hier et aujourd’hui

Le boulevard Abbas-Laghrour d’Aïn Beida est connu depuis longtemps sous le nom de Roud Saymine.

Jadis en période du mois de jeûne, ce boulevard abritait toutes les activités commerciales formelles et informelles c’est la loi du plus fort qui prime dans cet endroit, fréquenté par des jeunes, des adultes, des vieux, des femmes et mêmes des délinquants parce qu’il est situé en plein centre de la ville de la capitale des Hraktas.

De plus, beaucoup de gens viennent d’autres  communes de la wilaya d’Oum El Bouaghi, et de d’autres wilayas limitrophes le week-end. Pour acheter des légumes, des fruits, du poisson, des  vêtements, des épices et des olives et même des quotidiens nationaux exposés par cette librairie connue depuis belle lurette sous le nom : la librairie du 05-Juillet.

Mais les habitués se dirigent directement pour déguster la zalabia de Hamid Djerbi, le Tunisien, installé depuis belle lurette à Ain Beida. Sa zlabia est fortement demandée, son goût est fait chavirer les palais. Eh oui, elle est préparée par ce professionnel reconnu non seulement au niveau local mais sa réputation a dépassé les frontières de la wilaya d’Oum el Bouaghi.

- Advertisement -

Roud Saymine est considéré comme le lieu le plus prisé pour s’approvisionner en différents produits de consommation.

Certains produits alimentaires sont exposés en plein soleil à des prix moins chers par des  vendeurs informels, qui ne laissent nulle place dans ce boulevard, un endroit rentable puisqu’ils ne paient ni impôts, ni loyers au détriment des commerçants légaux qui réclament depuis longtemps que soit mis fin à cette situation déplorable.

En revanche, d’autres trouvent dans Roud Saymine un endroit idéal pour tuer le temps. Pendant le ramadan, on les voit arpenter ce boulevard en long et en large en attendant la nuit tombée.

Il faut dire que la capitale des Hraktas est dépourvue presque de lieux de distraction

Aujourd’hui, le boulevard Abbas Laghrour n’est plus ce qu’il était. Il a été vidé de son charme surtout en période de ramadan, regrette un citadin.

Les citadins attendent des actuels élus des deux assemblés APC et  APW la transformation de l’ancien Souk el Fellah en centre commercial par excellence comme ceux qui existent dans d’autres villes similaires. Cette initiative donnera un nouvel élan au développement local de la capitale des Hraktas économiquement et  financièrement.

Auteur
Bouchene Fateh

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

L’ancien ministre Abdelkader Kadi condamné à 12 ans de prison ferme

Le Pôle pénal économique et financier du Tribunal de Sidi M'hamed (Alger) a condamné, mardi, l'ancien ministre des Travaux publics, Abdelkader Kadi, jugé avec...

Les plus populaires

Commentaires récents