28 septembre 2022
spot_img
AccueilCommuniquéAlgérie-France : pour un partenariat d'exception

Algérie-France : pour un partenariat d’exception

Tebboune Macron

L’Algérie et la France se sont accordées, jeudi, à la faveur de la visite officielle en Algérie du président français Emmanuel Macron, sur la nécessité de consolider la coopération bilatérale et de renforcer le partenariat entre les deux pays dans les secteurs économique, culturel et scientifique, conformément aux principes du respect et de la confiance mutuels et l’équilibre des intérêts.

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a souligné, à l’issue d’un entretien avec son homologue français, que les deux dirigeants « ont évoqué ensemble tous les volets ayant trait à la coopération bilatérale et les moyens de la renforcer en vue de servir les intérêts communs de nos deux pays et de garantir à nos relations, tous domaines confondus, un élan qualitatif à même d’assurer une consécration de la nouvelle orientation que nous avons convenus d’ancrer ».

Une orientation fondée sur « l’établissement d’un partenariat global d’exception conformément aux principes du respect et de la confiance mutuels et l’équilibre des intérêts entre les deux Etats », a affirmé le Président Tebboune, dans une déclaration de presse commune.

Dans ce contexte, il a fait savoir que les deux parties ont renouvelé « leur détermination à aller de l’avant pour l’intensification des efforts en vue de rehausser les relations bilatérales suivant des étapes pratiques étudiées et un calendrier précis pour l’activation des mécanismes de coopération et la consolidation de la dynamique positive à l’horizon des prochaines échéances bilatérales ».

- Advertisement -

De son côté, le Président Macron a souligné l’opportunité pour les deux pays de coopérer dans plusieurs secteurs, notamment économique, culturel et scientifique.

« Nous voulons avancer sur notre industrie, notre recherche, nos hydrocarbures et nos métaux rares et sur des sujets d’innovation, sur lesquels nous souhaitons aller plus vite et plus fort », a indiqué

M. Macron, tout en citant deux secteurs de coopération entre les deux pays, à savoir le numérique et la création cinématographique.

Macron a fait part, également, de la volonté de son pays de développer avec l’Algérie un projet de création d’un incubateur de startups, en impliquant « des soutiens du secteur privé connectés avec d’autres incubateurs ».

Le nouveau partenariat entre les deux pays, a ajouté le chef d’Etat français, doit aussi « intégrer des projets de coopération dans les domaines universitaires et scientifiques ».

A propos des questions de la mobilité et de la circulation des personnes, le Président Macron a assuré que des décisions « ont été prises » dans ce sens.

Tout en félicitant, par ailleurs, l’Algérie pour le succès des récents Jeux méditerranées à Oran, le président français a indiqué que « le sport, qui est une passion commune, est également au cœur des partenariats », assurant de la disponibilité de la partie française de « nouer une nouvelle coopération avec de jeunes sportifs » qu’il aura à rencontrer durant sa visite à Oran. Le Président de la République française, M. Emmanuel Macron a entamé jeudi après-midi une visite officielle de trois jours en Algérie, à la tête d’une délégation.

Il a été accueilli, à son arrivée à l’aéroport international Houari-Boumediene, par le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, qui lui a réservé un accueil officiel, en présence de hauts responsables de l’Etat et de membres du Gouvernement.

Le président français s’était rendu ensuite au Sanctuaire du Martyr (Alger) où il a déposé une gerbe de fleurs et observé une minute de silence à la mémoire des martyrs de la glorieuse Guerre de libération nationale.

Au siège de la Présidence de la République, le Président Tebboune s’est entretenu avec son homologue français, avant que les entretiens s’élargissent aux délégations des deux pays.

Des rencontres bilatérales entre des ministres algériens et leurs homologues français ont également eu lieu au siège de la Présidence.

Ces rencontres ont concerné le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ramtane Lamamra, avec son homologue Catherine Colona, le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Kamel Beldjoud, avec son homologue Gérard Darmanin, le ministre des Finances, Ibrahim Djamel Kessali, le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab et le ministre de l’Industrie, Ahmed Zerghdar, avec le ministre des Finances et de l’Economie, Bruno le Maire, en présence du Président-directeur général de Sonatrach, Tewfik Hakkar.

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Abderrezak Sebgag, s’est entretenu, quand à lui, avec son homologue Emilie Castra et la ministre de la Culture, Soraya Mouloudji, avec son homologue Ryma Abdelmalek.

APS

ARTICLES SIMILAIRES

1 COMMENTAIRE

  1. Un partenariat d’exception suppose dans le cas franco/Algérien ou Algéro/Français une confiance et une approche globale de la situation. les Algériens doivent pouvoir se déplacer en France comme les Français en Algérie, sans aucune entrave, même pas de visa ! Il faudrait revenir à l’article concernant la libre circulation de 1968 entre l’Algérie et la France. Il faudra créer les conditions de séjour et les conditions de retour dans un cadre clair, applicable et tenable, par un accord entre les deux parties. L’usage de la langue Française, la révision du comportement « anti France » d’une grande partie de la jeunesse Algérienne, ( qui intéresse le président macron ) qui rejette la France parce qu’elle n’y a pas accès par refus de visa…Il s’agit d’un pari gagnant /gagnant, certes loin des calculs des uns et des autres, mais possible, souhaitable et ouvert. On le voit, depuis quelques années, l’Europe se barricade…et fait front lorsque l’un de ses membres a « une querelle » avec un état hors Europe ( cas Espagne /Algérie, avec la tentative du représentant Européen… ) Actuellement il y a le feu dans cette maison avec les problèmes de la guerre en Ukraine. Ces pays Européens se réveillent et cherchent à sortir de l’isolement (Energies, produits électroniques…) en se rappelant que le monde ne tourne pas autour de l’Europe mais qu’ils doivent aussi penser aux autres…Il n’y a aucune amitié entre deux états, juste des intérêts ! L’Algérie peux négocier le retour à l’application des accords de 1968 pour défendre les intérêts de sa population …qui a de la famille en France, qu’elle ne peut pas aller voir, certains étudiants qui n’arrivent pas , malgré leur inscriptions dans les universités Française à accéder au visa…Qui ne tente rien n’a rien m’avait dit l’un de mes professeurs…

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Algérie-UE : connivence des parlementaires

La déclaration qui a sanctionné la première session de la commission mixte parlementaire  Algérie- Union européenne  qui s'est tenue, à Alger, le 19 septembre  2022, est...

Les plus populaires

Commentaires récents