1 octobre 2022
spot_img
AccueilCultureAmine Zaoui charge l’Arabie Saoudite, le Wahhabisme et les frères musulmans

Amine Zaoui charge l’Arabie Saoudite, le Wahhabisme et les frères musulmans

Il est l’un des rares intellectuels algériens à secouer les consciences

Amine Zaoui charge l’Arabie Saoudite, le Wahhabisme et les frères musulmans

Dans une tribune qu’il tient sur le journal Liberté, Amine Zaoui, charge violemment l’Arabie Saoudite et dit les quatre vérités au prince héritier Bin Salmane. Cet intellectuel algérien, originaire de Tlemcen, commence sa tribune par un salut bien particulier. « Je suis fils de Tamazgha, un Algérien, arrière-arrière-fils de Chachnaq, de Juba 2 et de Massinissa ». Puis, il rentre dans le vif du sujet, dans un ton, d’une rare violence, que très peu d’intellectuels algériens osent. « … de toute ma vie intellectuelle, je n’ai jamais adhéré à la politique de l’Arabie Saoudite, culturelle soit-elle, religieuse ou politique, qu’importe. Dans mes écrits, j’ai toujours rangé l’Arabie Saoudite, plutôt le régime saoudien, dans le clan des méchants. Bien que le royaume de l’Arabie Saoudite (El Hedjaz) soit située dans cette terre sur laquelle le Prophète Mohamed est né, a fait ses premiers pas, a accompli ses prières et ses guerres, la terre où le Prophète a reçu la Révélation, où il est mort, où il a été enterré, j’ai toujours assimilé cette terre au pays de Satan », écrit-il en préambule.

Puis, il continue dans le même ton utilisant des mots durs à l’encontre de l’Arabie Saoudite tels que « complots, tricheries, impurs ou malédiction pour les femmes ». « Quoique cette terre, dans l’imaginaire musulman, soit liée au sacré musulman, je l’ai toujours imaginée, vue, comme un lieu de complot, de corruption et de tricherie. Bien qu’il y ait sur cette terre la Kaâba avec la pierre noire, le sacré musulman par excellence, j’ai toujours vu cet édifice comme un lieu qui cache en lui, derrière ses prières, en ses prieurs et ses hadjis, d’énormes enjeux politico-économiques impurs. À l’image de beaucoup d’autres observateurs, j’ai toujours pensé que cette terre riche par sa nature et par le Ciel, demeure l’essence de la malédiction qui frappe la femme, pas uniquement dans votre terre (l’Arabie Saoudite) mais aussi dans la nôtre et dans toute la terre d’Islam. »

Amine Zaoui ne s’arrête pas là, puisqu’il accuse littéralement le régime saoudien d’être derrière le malheur des algériens et d’autres pays dits arabe.  « C’est de cette terre sainte musulmane, à partir de votre pays, par les écrits de ses ulémas salafistes et acharnés, à travers vos prédicateurs pervers qui habitent les écrans de vos télévisions et les nôtres, que la foudre malédiction a été lancée contre la femme, contre sa liberté.(…) Par cette horde de charlatans religieux, votre islam violent a envahi le nôtre, et confortablement, il a été installé dans notre pays, dans nos mosquées, dans nos écoles, dans nos familles, dans nos plats et dans nos verres.(…)  Ces mêmes frères musulmans étaient, et ils le sont toujours, la source de tous les maux, ou presque, dans notre pays, l’Algérie. Ils étaient et ils le sont toujours,  source du mal dans le monde musulman. Ils sont, ces mêmes frères musulmans, aussi la source du mal qui embrase l’Occident, là où les communautés musulmanes se sont installées dans l’espoir de vivre et de partager le bonheur humain. En toute franchise, Majesté le prince héritier, je vous dis aussi bravo. Bravo pour votre déclaration contre le mal du wahhabisme, semence diabolique. Cette idéologie fasciste qui a gangrené notre pays, le Maghreb, la terre de Tamazgha. »

- Advertisement -

Avant de conclure par un constat implacable : l’islamisation de la société algérienne, infestée par les dogmes Wahhabite et Ikhwandji, au moment où l’Arabie Saoudite entame une ouverture sur le monde, et au moment où, nous algériens, faisons le chemin en sens inverse. « Chez nous, à cause de votre idéologie wahhabiste associée à celle des frères musulmans, à cause des prêches de vos prédicateurs dans nos mosquées et dans nos têtes, nous avons fermé six cents salles de cinéma !!! Et nous avons fait retourner les sœurs de Djamila Bouhired et les petites-filles de Djamila Bouhired à la cuisine et à la vaisselle ! », écrit courageusement l’intellectuel algérien.

« Vous rêvez de faire de votre pays une terre de vie, une vie émouvante pour les vivants, et c’est légitime, en cette même heure, nous en Algérie, nous activons pour faire de la vie de notre peuple une vie du Jugement dernier ! L’Algérien qui représentait l’image de l’homme émancipé dans le Monde arabe et dans le Maghreb, s’est  métamorphosé en saoudien wahhabiste ou en khwandji, dans le costume, dans la barbe, dans les paroles, dans le rêve, dans la haine de l’autre. Vous, de plus en plus, vous détachez de vous-mêmes et nous, de plus en plus, nous collons à vous et nous nous détachons de nous-mêmes ! Nous sommes le pays de cheb Khaled et de Mohammed Dib, de cheikha Remiti et de Kateb Yacine, de Dahmane El Harrachi et de Tahar Djaout, de Maurice El Madioni et de de cheikha Titma et de Mohamed Khadda, de cheikh Raymond et de Mouloud Mammeri… ce pays de tout ce beau monde est devenu pays des choyoukhs wahhabistes et les prédicateurs des frères musulmans. », conclut Amine Zaoui.

Auteur
H. K

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

L’avenir du sport après Covid-19

De nombreux événements sportifs en direct sont désormais joués dans des stades presque vides. Voici donc les trois façons dont le coronavirus affecte l'industrie...

Les plus populaires

Commentaires récents