30 novembre 2022
spot_img
AccueilIdéeCe que doit l’hécatombe à l’irresponsabilité !

Ce que doit l’hécatombe à l’irresponsabilité !

OPINION

Ce que doit l’hécatombe à l’irresponsabilité !

Des citoyens font la chaîne pour une bouteille d’oxygène à leurs proches atteints par le Covid-19. Que fait l’Etat ?

La troisième vague de la Covid-19 continue à faire des ravages dans notre société. Des milliers de contaminations et des dizaines de pertes humaines sont hélas recensées quotidiennement à l’échelle nationale.

Les infrastructures sanitaires sont débordées par l’afflux massif des malades , tandis que, les moyens de réanimation , les générateurs d’oxygène médical et autres consommables manquent terriblement pour palier aux urgences. 

Nous sommes au bord d’une hécatombe sanitaire nationale !

Évidemment, cette situation grave et désastreuse, nous recommande de rester lucides pour éviter de céder à la fatalité.

- Advertisement -

Le personnel médical et paramédical, toutes corporations confondues sont confrontés depuis 16 mois à ce terrible marasme sanitaire, avec énormément de courage et d’abnégation. Ils continuent à souffrir le martyre tout en persévérant dans l’accomplissement de leur noble mission. Sauver des vies au périls des leurs ! 

Malheureusement, malgré ces sacrifices, la situation s’aggrave et se complique. 

Ce qui est navrant et incompréhensible c’est que malgré les expériences dramatiques que nous avions engrangées à l’occasion des deux premières vagues de cette affreuse pandémie, notre système médical, nos infrastructures et nos capacités à prévenir et à circonscrire le reflux de cette tempête virale demeurent dérisoires. 

D’évidence, la gestion chaotique de cette énième crise sanitaire par les pouvoirs publics dévoile au grand jour , l’incapacité de la tutelle à apporter des solutions promptes et efficaces aux urgences de l’heure. On continue à naviguer à vue, sans tableau de bord et sans prospective, abandonnant le gouvernail à l’improvisation et à l’amateurisme.

Pendant ce temps-là, les gens meurent, suffoquent par manque d’oxygène médical ou par manque de personnel médical qui est hélas, submergé par l’ampleur du drame sanitaire.

Dans le même sillage, nous regrettons surtout l’absence de statistiques fiables et scientifiques qui permettent dans d’autres pays, européens notamment, à connaître les périmètres des clusters et les catégories des personnes les plus touchées et puis, les répercussions de l’opération de vaccination sur l’évolution de cette pandémie et le nombre exact de variants dans ces pays.

Chez nous, malheureusement, c’est la confusion générale ! 

Nous savons déjà, que les campagnes de sensibilisation pour alerter les gens, les harceler à adopter les gestes barrières, puis , pour les exhorter à aller se faire vacciner massivement, influent timidement sur l’attitude collective du peuple algérien. Par défiance peut-être, par manque de confiance, c’est certain. 

Ce qui est évident, et au-delà de toutes ces considérations exogènes et endogènes à la détérioration de la situation sanitaire dans le pays, il subsiste surtout un marasme économique profond et général qui a déjà anéanti « l’immunité financière » de la majorité du peuple algérien. 

Là aussi, la responsabilité des dirigeants est entière, car, au moment des embellies financières, les autorités de l’époque avait orienté ces gigantesques recettes en pétrodollars, vers l’alimentation des affaires scabreuses, l’enrichissement illicite et le démantèlement de l’économie nationale. Évidemment, les lois scélérates, les options économiques furent toutes adoptées pour la prolifération des réseaux mafieux et clientéliste et ce, au détriment de l’essor économique national, de la sauvegarde des ressources énergétiques et des richesses minières algériennes. 

D’autres choix, dans un contexte libre et démocratique, auraient sans doute permis à notre pays et à notre peuple d’investir convenablement et en toute transparence, dans la construction d’une économie productrice, pluridisciplinaire et moderne, dans l’édification d’un système de santé performant et autonome et dans la construction d’une école qui formerait les élites qui prendraient vaillamment, le relais.

Ces manquements aux responsabilités ont occasionné des faillites incommensurables à tous les échelons de notre nation. Cependant, il faudra reconnaître et rappeler aussi,  que la crise économique mondiale a frappé de plein fouet l’économie nationale occasionnant d’une manière subite et violente , un déclin vertigineux du pouvoir d’achat de l’ensemble du peuple algérien. Et ce, malgré les assurances , moult fois, ressassées, par les discours officiels. 

Des milliers de licenciements, la multiplication des emplois précaires et la dévaluation de la valeur de notre monnaie nationale sont hélas devenus, un rituel macabre dans notre pays. 

Il faudra dire aussi et sans ambages et sans hésitation, que cette crise économique accrue empêche plusieurs familles d’aller se  faire soigner, d’acheter des médicaments ou pour faire des scanners pour mieux diagnostiquer l’étendue de la contamination par ce virus mortel. Oui, c’est une réalité amère, mais qui reflète  parfaitement, un segment du marasme multiforme national.

Face à ce cataclysme sanitaire, les autorités du pays devront agir et efficacement afin d’éviter l’effondrement de bouclier sanitaire. 

Elles doivent surtout et immédiatement prendre  des mesures sociales concrètes afin d’amortir l’impact de ce tsunami socio-sanitaire sur l’écrasante majorité du peuple algérien, comme :

– La couverture financière effective et intégrale, des frais que supposeraient la prise en charge médicale de cette pandémie, à l’instar des frais d’analyses médicales et radiologie.

– Décréter un confinement général ou limité dans les localités qui connaissent une forte contamination,  évidemment en étroite concertation avec les spécialistes et les collectivités locales.

Contrairement aux épisodes précédents, les autorités locales et nationales devront veiller au maintien d’un service minimum au niveau des prestations de grandes nécessités, à l’instar des commerces de proximité , des infrastructures financières , administratives et médicales .

– La libération de tous les détenus politiques et d’opinion puis veiller à leurs réhabilitations professionnelle et sociale. 

Face à cette tragédie nationale, renforcée par un climat général délétère et un contexte régional et international menaçant, seule la reconstruction d’une nouvelle cohésion nationale, permettrait de barrer la route aux multiples incertitudes qui guettent notre souveraineté nationale. 

Évidemment, toutes les mesures sociales et sanitaires qui encourageraient l’amélioration de la prise en charge des malades, des conditions de travail du personnel médical et la maîtrise du contexte sanitaire national , seront bénéfiques et salutaires .

Aujourd’hui, tout le monde devra assumer ses responsabilités entières et sans équivoque. Ce qui est évident, le combat pour la vie est indissociable du combat pour la démocratie ! 

Mes pensées les plus reconnaissantes seront affectées aux praticiens de la santé. Ils sont la fierté de la nation algérienne. 

Je souhaite un prompt rétablissement à l’ensemble des malades et m’incline devant la mémoire des victimes de ce désastre sanitaire mondial .

Protégez-vous !

Que Dieu nous garde toutes et tous .

Dr Hakim Belahcel, membre de l instance présidentielle du FFS. 

Auteur
Dr Hakim Belahcel

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Rapport de la BAD : l’Algérie larguée derrière

Le nouveau rapport de la Banque africaine de développement (BAD) et de ses partenaires montre le retard de l'Algérie en matière d'industrialisation. Ce rapport révèle que...

Les plus populaires

Commentaires récents