https://linebetslots.com/en/mobile
4 mars 2024
spot_img
AccueilCultureClôture de la 40e édition du festival international de Timgad 

Clôture de la 40e édition du festival international de Timgad 

Evénement

Clôture de la 40e édition du festival international de Timgad 

Le premier festival international de Timgad sans les chanteurs étrangers a baissé ses rideaux dans la soirée du mercredi. Pour autant, elle a recueilli la présence d’un nombreux public qui n’a pas boudé son plaisir.

Avec le nouveau commissaire Youcef El Batni, le festival a pris un nouveau chemin. En fin connaisseur du pays chaoui, El Batni a imprimé sa touche personnelle. “Je tiens à féliciter la bonne gestion de cette édition”, a indiqué Azzedine Mihoubi au Matin d’Algérie lors d’un point de presse.

Durant toutes les quatre soirées qu’aura duré le festival, les gradins du théâtre de plein air de Timgad étaient bondés de monde. En symbiose avec le public, les chanteurs ont réussi à créer une excellente ambiance. “C’est la meilleure que nous ayons connue depuis pas mal d’années”, apprend-on auprès de quelques familles habituées de l’événement.

- Advertisement -

C’est Kader Japonais et le groupe Raina Rai  qui se sont chargés de faire monter l’ambiance,  mettant le feu dans les travées du théâtre en gratifiant leurs fans de leurs meilleures chansons. De son côté, Djohra, la comédienne et metteure en scène du Théâtre régional de Bejaia a fait prestation sans faute du répertoire de chant et de danse tiré du patrimoine musicale de l’institut régional de la musique classique. Elle a joué une fresque où le théâtre et la danse se coudoient dans des tableaux représentant les quatre coins du pays. Voyage dans le temps avec l’invasion romaine puis enchaînement avec les expressions corporelles tels que le chouia, kabyle, targui, et autres. 

De son côté, l’enfant de la région, Houamed Farid, a lui aussi rendu une copie parfaite avec aussi  un répertoire de chants et de danses tiré du patrimoine auressien, typiquement chaoui. Il a interprété quelques chansons de l’immortel Aissa Djarmouni suivi de danses aux rythmes chaouis.

Devant des milliers de fans venus de toutes les régions limitrophes, que les gradins du théâtre de Timgad ne pouvaient contenir, l’artiste de Khenchela, Sabri les Berbères dit Bachtoula qui se produit pour la première fois à Timgad a régalé les jeunes fans de musique country, pop danse interprétée en chouia. A l’issue de la soirée, il nous a confié son bonheur devant la réaction de son public.

Cette 40 édition est 100% algérienne, apprend-on auprès de Tahar Hellisi et Lounes Gribisa, responsables de la cellule de communication du festival international de Timgad.

Auteur
Abdelmadjid Benyahia

 




LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici