8 août 2022
spot_img
AccueilA la uneComment les Américains ont tué Ayman al-Zawahiri ?

Comment les Américains ont tué Ayman al-Zawahiri ?

Ayman al-Zawahiri

L’aube s’est déjà levée sur Kaboul dimanche 31 juillet 2022, un drone américain survole la capitale afghane et Ayman al-Zawahiri se tient sur le balcon de sa maison. Sur décision de Joe Biden et après des années de traque, deux missiles sont tirés, le chef d’Al-Qaida est mort. Les talibans

Autour de la maison où vivent sa femme, sa fille et ses petits-enfants, les traces d’une frappe sont minimes, aucune explosion ne semble s’être produite, aucune autre victime n’est connue.

C’est le résultat d’une traque de plusieurs années avec surveillance et collectes d’informations sur la nébuleuse proche d’Al Zawahiri. De mois de repérage et d’une frappe aérienne dans un ciel d’été.

Recherché depuis des années par les services secrets américains, et plus encore depuis la mort en 2011 d’Oussama Ben Laden à qui il a succédé à la tête de l’organisation terroriste, Ayman al-Zawahiri semblait se terrer entre le Pakistan et l’Afghanistan.

- Advertisement -

Selon un haut responsable américain, Washington repère en 2022 sa famille dans une maison servant de cache dans la capitale afghane – d’où l’armée américaine s’était retirée en catastrophe en août dernier face à la prise de pouvoir des talibans.

Un travail de renseignement confirme dans les mois qui suivent la présence de Ayman al-Zawahiri lui-même sur place. Les Américains étudient la structure de la maison, les risques pour les civils, son mode de vie : il ne sort jamais.

Maquette présentée à la Maison Blanche

« Nous avons identifié Zawahiri à de nombreuses reprises, et pour de longs moments, sur son balcon, là où il a finalement été abattu », a expliqué lundi soir un haut responsable américain, tandis que Joe Biden annonçait la nouvelle depuis la Maison Blanche.

Pendant la préparation, en mai et juin, seule une poignée de responsables américains sont tenus dans la confidence.

Le 1er juillet, un projet d’opération est présenté au président démocrate dans la « Situation Room », pièce ultra-sécurisée de la Maison Blanche où, selon une photo devenue célèbre, Barack Obama suivait en direct l’assaut contre Ben Laden en 2011, Joe Biden, alors vice-président, à ses côtés. À la suite de cette présentation, on amène même au président une maquette de la maison.

Le 25 juillet, le président – positif au Covid-19 – rassemble ses principaux conseillers et « cherche à en savoir plus sur l’organisation des pièces derrière la porte et la fenêtre du troisième étage ». Il demande l’avis de tous puis « autorise une frappe aérienne précise et sur-mesure » toujours selon un haut responsable américain ayant requis l’anonymat.

Missile secret

À 6 h 18 dimanche matin, heure de Kaboul, il fait environ 17 °C, le soleil s’est levé depuis une heure environ, le chef d’Al-Qaida est levé.

« La frappe a finalement été menée […] par un aéronef sans pilote. Deux missiles Hellfire (sont tirés sur) Ayman al-Zawahiri, qui est tué », a raconté un haut responsable américain. « Il a été tué sur le balcon. »

Il ajoute que, « selon de multiples sources de renseignement », c’est bien lui qui est mort, et lui seul.

Pas ses proches vivant à quelques mètres, pas de civil. Les talibans, qui contrôlent le pays, disent alors à l’AFP qu’une roquette a touché une maison vide dans le quartier résidentiel aisé de Sherpur sans faire de victime.

Selon Washington, l’opération, menée par la CIA, n’a nécessité aucun effectif militaire au sol à Kaboul.

Comment ? Ces multiples éléments suggèrent l’utilisation, par les États-Unis, d’une arme dont l’existence même n’a jamais été confirmée : les missiles Hellfire R9X « flying ginsu », du nom d’une marque américaine de couteaux inspirés du Japon.

Cette version modifiée du missile américain serait dépourvue de charge explosive mais dotée de six lames qui se déploient avant l’impact pour découper sa cible sans effet de souffle.

Une photo de la voiture d’une cible supposée en Syrie en 2017 montre un énorme trou sur le toit du véhicule, l’intérieur déchiqueté, mais l’avant et l’arrière intacts.

Si les responsables américains ont bien évoqué l’utilisation de « missiles Hellfire », ces derniers – Hellfire AGM-114 précisément – sont connus pour leurs puissantes explosions et, souvent, les dommages collatéraux qu’ils engendraient. Les indices laissés après la frappe américaine sur la maison d’Ayman Al-Zawahiri laissent donc penser, comme le souligne dans un tweet un ancien journaliste d’investigation américain, Jay Hanckock, que la CIA a fait usage d’un autre type de missile, dérivé du AGM-114, le Hellfire R9X.

Le R9X, également appelé la « bombe ninja », aurait été développé sous l’administration Obama et serait dépourvu de charge explosive. Equipé de six lames qui se déploient avant l’impact, il découpe sa cible sans effet de souffle.

L’utilisation du R9X n’a jamais été officiellement reconnue par le Pentagone ou la CIA, les deux entités américaines responsables des assassinats ciblés de leaders extrémistes. Cette arme mystérieuse a été baptisée « Flying Ginsu » (le « Ginsu volant »), d’après une célèbre publicité télévisée des années 1980 pour des couteaux de cuisine de marque Ginsu, qui pouvaient couper proprement à travers des canettes en aluminium et restaient parfaitement tranchants.

Des précédents, mais jamais de confirmation

L’existence d’un tel missile avait été évoquée pour la première fois en mars 2017, quand un haut dirigeant d’Al-Qaida, Abou Kheir Al-Masri, avait été tué par une frappe de drone alors qu’il se déplaçait dans une voiture en Syrie. Les photos montraient un large trou à travers le toit de la voiture. L’intérieur du véhicule et ses occupants avaient été déchiquetés, mais l’avant et l’arrière de la voiture semblaient complètement intacts.

L.M./AFP

 

ARTICLES SIMILAIRES

2 Commentaires

  1. Cet article commence comme un roman ! Le hic c’est que même le dernier des ignares ne croit plus à ce genre fabulation! Alors epargnez-nous ça s’il vous plaît ! Zawhairi était un golem américain ! Le but US était de s’emparer des richesses pétrolières du proches Orient et de remodeler les frontières à leurs avantage mais l’aventure a tourné en eau de boudin!

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Chantage et immobilisme

  Un historien géographe avait décrit l’Algérie comme un « gros ventre et une petite tête ». Le gros ventre est l’immense poche saharienne. La...

Les plus populaires

Commentaires récents