27 janvier 2023
spot_img
AccueilChroniqueComment quitter les chemins de l'indifférence ?

Comment quitter les chemins de l’indifférence ?

REGARD

Comment quitter les chemins de l’indifférence ?

Chacun est pris dans son monde, avec ses rêves, ses rancœurs, ses envies, ses dépits, ses désirs et l’angoisse de mourir. Vendre du rêve fait la fortune de ceux qui savent manœuvrer les désirs.

L’idéal du rêve politique c’est de le voir se réaliser de son vivant. Pour de nombreux Algériens, l’Etat de droit est le rêve, alors que les gouvernants continuent à leur vendre du rêve. Après tant d’années plombées, comment consacrer ce rêve sans une révolution des esprits et des comportements.

Que de comportements néfastes à bannir ! Que d’attitudes figées à transformer ! Que de règles non écrites à extirper ! Que de mises à niveau pour gérer les hommes !

Chacun mène un combat avec ses valeurs et ses choix. Mais le combat est commun. Cessons d’aller dans tous les sens, de combattre futilement, nous contredire inutilement. Travaillons avec la mémoire et sur le temps long.

- Advertisement -

La Chine donne l’exemple de qui sait s’allier au temps. « Le temps est un grand maître », disait Confucius. Chez nous, les maîtres se sont éteints. Ne sachant pas s’allier au temps, on en a beaucoup perdu. Trop d’argent a été dilapidé, et beaucoup d’espoirs se sont envolés. Sans maîtres, plus de culture, plus de passions. Seule la passion de l’argent continue à fabriquer des « petits monstres », avides de réussite rapide, oubliant que la valeur s’inscrit dans le temps.

Le temps pour faire un homme, le temps pour fabriquer une économie, le temps de défricher, semer, planter, le temps pour moissonner, et le temps pour former et éduquer. Si les maîtres se sont éteints sans nous laisser le temps d’assurer leur relève, c’est que nous avons été de mauvais élèves. Nous n’avons pas compris leurs leçons. On a seulement appris que « Saber Inal ». Nos nouveaux maîtres poursuivent la même mauvaise classe avec les mêmes mauvaises leçons et les mêmes mauvais élèves. Ainsi, ils nous ont divisé et éparpillé.

Partis avec des maîtres incompétents, qui nous assomment avec leurs sérénades sur des horizons radieux, nous prenons le chemin d’une école des cancres où les plus mauvais gagnent toujours. Nos pères dans leurs tombes souffrent de ne pas nous avoir punis à recopier cent fois le mot « méfiance ». Leurs pères leur avaient pourtant appris qu’ils devaient se méfier du « Hakem ». C’était la nuit coloniale. C’était l’école en sous-sol.

Il est encore temps de se réconcilier avec la simplicité, avec l’essentiel, avec ce qui unit. L’histoire de l’homme c’est de se rassurer. La vie nous apprend que la vérité est la seule chose importante. Quant au rêve ad postem, il permet seulement de figurer dans les manuels d’Histoire. Alors ne perdons plus de temps à nous enliser dans nos contradictions.

Les combats d’arrière-garde épuisent. L’aventure humaine c’est regarder devant soi, les pieds au sol, pour ne pas devenir n’importe quoi, et se réapproprier enfin une autonomie de pensée.

O.B

Auteur
Omar Benbekhti

 




ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Algérie : « Réveilles-toi, c’est l’heure d’aller se coucher » (*)

Pour qu’un Etat puisse exister concrètement sur le terrain, il faut le doter d’un bras c'est-à-dire d’une administration. Une administration protégée par un droit...

Les plus populaires

Commentaires récents