28 janvier 2023
spot_img
AccueilPolitiqueConseil national du RCD : le refus déguisé de la wilaya d'Alger 

Conseil national du RCD : le refus déguisé de la wilaya d’Alger 

Réunion RCD
Image RCD.

A quelques heures de la tenue de son conseil national, le RCD est toujours dans l’attente de l’autorisation de la wilaya d’Algérie. Un quitus nécessaire pour l’organisation  de ce rendez-vous  organique prévu ce vendredi 2 décembre au Nadi El Moudjahid d’Alger qui a été dûment  réservé  par le parti. 

Jusqu’à 18h dans la soirée de jeudi 1er décembre, les dirigeants du RCD n’ont reçu aucune réponse à la demande qu’ils ont déposée « il y’a 10 jours » auprès des services concernés  de la wilaya d’Alger

« Dix jours après le dépôt de notre demande avec avis favorable de la réservation de la salle, les autorités de la wilaya d’Alger n’arrivent toujours pas à décider de l’octroi ou non de l’autorisation au motif qu’aucune instruction ne leur est parvenue », déplore le RCD dans un communiqué  diffusé au courant de  la soirée de ce jeudi.

Pour le  RCD, il s’agit tout simplement  d’un refus déguisé. Tout « en prenant  acte de cette fuite en avant et des entraves à l’activité d’un parti légal », le parti dirigé par Atmane Mazouz « informe les membres du Conseil national et la presse qu’en l’absence d’autorisation, la tenue de notre rencontre est maintenue pour demain, 2 décembre 2022 à 09h00 au siège d’El-Biar, Alger ».

Rappelons qu’en l’espace d’un peu plus d’un mois, le RCD a essuyé un deuxième refus  de la part de l’administration qui a déjà bloqué  la tenue de son université d’été que le parti devait organiser à Azeffoun, à la fin  du mois d’octobre dernier.

- Advertisement -

Des associations comme des partis sont dissouts. D’autres sont réduits à une présence symbolique sans possibilité d’actions. Toutes les manifestations publiques sont systématiquement interdites. La neutralisation de l’espace démocratique participe d’une volonté autoritaire de prise en main de la société toute entière.

Depuis au moins deux ans, le régime a fermé les derniers espaces d’expression pour les partis, les associations et partant les citoyens. Le pays entier est placé sous cloche avec une surveillance de toute activité qui ne rentre pas dans la ligne de conduite du pouvoir en place. L’heure de l’Algérie démocratique qui faisait pâlir de jalousie bien des pays du sud de la Méditerranée est enterrée par Tebboune-Chanegriha.

Samia Naït Iqbal

ARTICLES SIMILAIRES

4 Commentaires

Comments are closed.

Les plus lus

Didouche Mourad ou le sacrifice de la part algérienne de l’amazighité

L'auteure de l'article qui relate les hautes faits de guerre du militant nationaliste Didouche Mourad a bien fait de rappeler quelques éléments biographiques de...

Les plus populaires

Commentaires récents