9 décembre 2022
spot_img
AccueilMondeCoup d'Etat au Burkina Faso

Coup d’Etat au Burkina Faso

Burkina Faso

Un groupe de militaires a annoncé vendredi à la télévision nationale du Burkina Faso la mise à l’écart du chef de la junte Paul-Henri Damiba, au pouvoir depuis un coup d’État en janvier.

Les militaires putschistes ont également proclamé la dissolution du gouvernement et de la Constitution, ainsi que la fermeture des frontières du pays jusqu’à nouvel ordre. Le nouvel homme fort du pays, désigné président du MPSR, est désormais le capitaine Ibrahim Traoré.

Le lieutenant-colonel Damiba ne dirige plus la transition burkinabè. Il est remplacé par le capitaine Ibrahim Traoré qui prend la tête du MPSR, le Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration, qui avait été instauré lors du précédent coup en janvier dernier et qui ne change donc pas de nom.

Les frontières terrestres et aériennes sont fermées à partir de minuit heure locale, la Constitution est suspendue et le gouvernement est dissous. Un couvre-feu est également instauré, entre 21 heures et 5 heures du matin.

- Advertisement -

Toute activité politique et de la société civile est suspendue et « les forces vives de la nation » seront bientôt convoquées pour rédiger une nouvelle charte de transition afin de désigner un nouveau président, « civil ou militaire », précisent les soldats putschistes. Bérets rouges et visage découvert pour certains, casques et masques noirs pour d’autres, ils affirment vouloir « poursuivre l’idéal commun » du peuple burkinabè, « à savoir restaurer la sécurité et l’intégrité du territoire. »

Les putschistes entendent également rassurer la communauté internationale : les engagements du Burkina seront respectés, « notamment les droits humains », selon la déclaration lue à la télévision.

RFI

ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

La Suède expulse un membre du PKK vers la Turquie

Selon l'agence officielle turque Anadolu, Mahmut Tat avait été condamné en Turquie à six ans et dix mois de prison pour appartenance au PKK,...

Les plus populaires

Commentaires récents