4 décembre 2022
spot_img
AccueilChroniqueCri de désespoir : je ne partirai pas...

Cri de désespoir : je ne partirai pas…

Expulsion d'un Algérien

C’est le spectacle affligeant d’un jeune Algérien sans papiers, un harraga en train de se faire expulser (voir lien vidéo ci-dessous), difficilement maintenu par des policiers à l’intérieur d’un avion, criant, se débattant et vociférant, filmé par un passager fait le tour de la toile.

Le jeune, au français approximatif, en voie d’être expulsé de France, hurle : « Je ne partira pas, je partira pas !!! » Au ton de sa voix, à l’ampleur de ses suppliques, l’auditeur devine très vite que le jeune est terrorisé. Mais par quoi ? Tout simplement d’être reconduit dans le pays qui l’a vu naître. L’Algérie nouvelle d’Abdelmadjid Tebboune.

Lien vidéo de l’expulsion du jeune Algérien

Il a peur, il appréhende la hantise de retourner chez lui. Comme s’il retournait en enfer dont il s’était difficilement évadé. Il refuse de revenir dans cette terre riche de ses hydrocarbures, de ses ressources naturelles, de son soleil méditerranéen qui brille quasiment toute l’année, de ses 1600 km de côtes splendides, de son Sahara épique, de sa terre fertile, de son poisson et ses viandes comme nulle part ailleurs, de ses merveilleuses jeunes filles…

- Advertisement -

Notre jeune refoulé n’a pas l’air de tenir compte de tout ce que le ciel a pu donner à son pays natal : lui ne veut pas y être renvoyé, il est même en crise névrotique à l’idée qu’il y sera probablement à peine dans deux heures.

Cette image a bouleversé bon nombre d’internautes qui se sont posés la même question, celle qui taraude l’esprit de tous les parents et proches de ces marins d’infortune qui se risquent à braver la Méditerranée : quelle est ce mystère, ce secret, cette alchimie qui fait que les jeunes Algériens trouvent que demeurer dans leur pays est plus effrayant et risqué que les profondeurs de la Méditerranée ou les rues glaciales des villes européennes qui leur servent de demeures ? Comment est-ce qu’après 60 ans d’indépendance obtenue après de lourds sacrifices ces jeunes choisissent la galère dans le pays de l’ex-colonisateur à une vie souvent plus paisible chez eux ?

Soolking l’a si bien exprimé dans son tube Ya el Bahri : « Rouma Oula ntouma » (à choisir entre les  galères romaines et vous, on préfère les galères).

Que s’est-il passé dans la société pour que tout espoir d’aimer, de vivre mieux, d’avoir un projet, un avenir, de croire en une vie meilleure disparaisse de la surface dans la maison Algérie ? En est-il de même au Maroc, en Tunisie, en Afrique ? Où sont les espoirs nés des manifestations du Hirak/Tanekra ? Qui a fait de l’Algérie le cimetière de l’espoir ?

A qui la faute ? Que faut-il faire pour tenter de ressemer l’espoir dans le cœur de ces jeunes ? Quelles pourraient être les voies à explorer ?  Sociologues ethnologues psychologues et psychiatres devraient travailler sur le sujet. Les autorités qui cultivent l’illusion, le mensonge et la gouvernance par l’arbitraire y sont pour beaucoup.

Mais ce qui est sûr c’est qu’à court terme, entretemps, afin de contenir cette hémorragie, d’endiguer ce fléau,  il faut libérer les mœurs. Laisser ces jeunes s’aimer en toute quiétude et ne pas les persécuter dans les parcs, les forêts, les voitures, les hôtels, les boîtes de nuit. Permettre aux gens de vivre à leur guise. Leur laisser cette liberté fondamentale. Ce devrait être le credo de ceux qui décident.

« Je partira pas » comme « yetna7aw ga3 » du Hirak finira également avec un hashtag.

Le cri strident de ce refoulé aérien mobilisera sûrement la diaspora dans les semaines à venir pour que ceci n’arrive plus jamais. « Je  partira pas » finira peut-être avec de la chance et de la solidarité par ne pas partir ou au moins par partir dans des conditions plus humaines.

Sofiane Ayache

ARTICLES SIMILAIRES

2 Commentaires

  1. Entre un pouvoir militaro-islamiste déshumanisant en Algérie et les réseaux wantoutristes affiliés directement ou indirectement au même pouvoir dans les cités en Europe qui font tout pour donner une image hideuse des gens, la place des sans papiers est très inconfortable.

  2. Trois choses :
    Ce jeune est entré illégalement dans un pays…Il est expulsé, c’est normal !
    Cette mal vie des jeunes, des médecins et d’autres qui quittent leur pays pour une vie qu’ils espèrent meilleure ailleurs est légitime et n’est pas simple !
    Enfin il n’y a pas besoin d’être sociologue, anthropologue ou devin, le projet de société Algérien n’est pas bon ! Les jeunes en premier et les autres aussi rêvent d’une autre vie, elle a existé cette vie…Juste avant l’arrivée de l’Islamisme et L’Arabisme en tant qu’idéologie et non pas en tant que cultures. Tous les individus censés reconnaissent les problèmes de la société Algérienne…Rebobiner le film et vous verrez qu’il y a eut des jours meilleurs…1962 !
    Les jeunes clandestins, arrivés en Europe, volent, agressent, se comportent mal, vendent et consommes des drogues, se comportent mal…sur 30 individus 1 s’en sort, trouve du travail fait le maximum pour réussir son émigration…

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Mondial 2022 : un Maroc brillant se qualifie aux huitièmes de finale

Le grand jour pour le Maroc ! Les Lions de l'Atlas ont battu le Canada, déjà éliminé, jeudi 1er décembre dans le groupe E...

Les plus populaires

Commentaires récents