21 juin 2024
spot_img
AccueilMondeCrise politique en France : Macron prépare le coup d'après

Crise politique en France : Macron prépare le coup d’après

Quelle suite pour ce second quinquennat ? Emmanuel Macron s’adresse aux Français ce lundi à 20h pour donner ses perspectives après la promulgation de la réforme des retraites, dans une atmosphère de crise politique persistante et avec des syndicats tournés vers le 1er mai.

Le président de la République n’a pas promulgué la réforme des retraites en direct à la télévision, comme il l’avait fait pour les premières réformes emblématiques de son premier mandat en 2017. Pour autant, Emmanuel Macron n’a pas traîné.

La publication au Journal officiel quelques heures à peine après sa validation partielle par le Conseil constitutionnel a été vécue comme une nouvelle provocation par les opposants. « Jusqu’au bout le mépris », a jugé le secrétaire général du syndicat de la CFDT, Laurent Berger.

Une manière aussi de signifier que l’allocution de lundi, retransmise sur les principales chaînes télévisées, devrait être tournée vers la suite du quinquennat. Or, pour recoller les morceaux après trois mois d’intense crise sociale, et avec un exécutif abimé par l’emploi du 49.3 –article controversé de la Constitution française permettant d’adopter un projet de loi sans vote des députés– et toujours privé de majorité à l’Assemblée, la tâche s’annonce immense.

- Advertisement -

« Le président souhaite pouvoir à cette occasion avoir un message pour les Français, alors que s’achève ce moment autour de la réforme des retraites qui sans doute laisse de la colère dans les têtes et dans les cœurs », explique-t-on dans son entourage.

Des appels des opposants à la réforme ont justement fleuri sur les réseaux sociaux pour des concerts de casseroles et des rassemblements devant mairies ou préfectures à 20H00.

Vite « échanger avec les Français »

Emmanuel Macron a transformé le pays en un champ de bataille. Une fracture béante le sépare désormais de son peuple. En lévitation depuis le début du projet de réforme des retraites, il a fait montre, lui et ses ministres, d’un mépris incompréhensible des revendications citoyennes. Alors comment faire pour faire oublier ces semaines de déni ?

Il recevra dans l’après-midi ministres et responsables de la majorité, veut devant les Français « tracer des perspectives pour les semaines et les mois à venir » et « entend esquisser les chantiers », poursuit son entourage. Il s’agit de « réaffirmer le cap qui est le sien –ordre républicain, plein emploi et réindustrialisation, progrès au quotidien– mais aussi redonner un cohérence d’ensemble à son action ».

Il devrait aussi rapidement ressortir du palais présidentiel pour « échanger avec les Français ». Un ministre expliquait la semaine dernière souhaiter « que Macron passe plus de temps sur le terrain ».

Un déplacement pourrait intervenir mercredi ou jeudi, sur le thème de l’éducation.

L’invitation lancée pour mardi aux partenaires sociaux est maintenue, malgré la fin de non-recevoir d’une intersyndicale peu disposée à coller à l’agenda présidentiel. L’heure est plutôt à tenter une démonstration de force lors du traditionnel rendez-vous du 1er mai.

« Un raz-de-marée populaire et historique », a souhaité la nouvelle secrétaire générale du syndicat de la CGT, Sophie Binet, quand son homologue de la CFDT Laurent Berger « souhaite que le 1er mai, on +casse la baraque+ en nombre de manifestants dans la rue ».

Un 1er mai unitaire serait une première depuis 2002, quelques jours après le fameux 21 avril qui avait vu un candidat de l’extrême droite –alors Jean-Marie Le Pen– accéder pour la première fois au second tour de l’élection présidentielle.

En attendant, les quatre syndicats représentatifs de la SNCF appellent à une « journée d’expression de la colère cheminote » jeudi.

« Sortir du déni »

Relancer la machine sera d’autant plus difficile que l’exécutif et la majorité ressortent ébranlés de la séquence. « Nous sommes déterminés à accélérer » tout en voulant « apaiser le pays », a déclaré samedi la Première ministre Elisabeth Borne.

« Une Première ministre totalement carbonisée, un gouvernement décrédibilisé », a jugé la leader du principal parti d’extrême droite français, Marine Le Pen, pour qui le chef de l’État a trois solutions: référendum, dissolution… ou démission.

Une coalition avec la droite, évoquée depuis la perte de la majorité absolue à l’Assemblée en juin 2022, semble toujours aussi improbable. Pareille hypothèse suppose « un programme et un leader, et LR n’a ni programme, ni leader », cingle le patron du parti présidentiel Renaissance Stéphane Séjourné.

D’autres responsables de la majorité, comme le président du parti centriste –le MoDem– François Bayrou, ont mis en garde contre tout virage « à gauche ou à droite ».

« Est-ce que l’absence de majorité absolue nous empêche de faire les réformes? Manifestement non », évacue un conseiller de l’exécutif.

Avec AFP

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents