29 septembre 2022
spot_img
AccueilMondeDes conversations secrètes entre Riyad et Israël piratées par des hackers

Des conversations secrètes entre Riyad et Israël piratées par des hackers

ESPIONNAGE

Des conversations secrètes entre Riyad et Israël piratées par des hackers

Selon le quotidien américain The New York Times, des pirates informatiques sont parvenus à s’infiltrer dans le réseau de communication diplomatique de l’Union européenne, et ce pendant au moins trois ans.

Ils ont téléchargé des milliers de câbles qui reflètent les inquiétudes des Européens face au monde actuel. L’armée chinoise est pointée du doigt par ceux qui sont à l’origine de ces révélations. À Bruxelles, les réactions des institutions européennes sont aussi maigres que la gêne que suscitent ces révélations est grande.

Dans le lot, il y a des mémos rapportant des conversations des services diplomatiques européens avec – entre autres – les dirigeants d’Arabie saoudite et d’Israël, mémos ensuite partagés par les Vingt-Huit.

La cybersécurité européenne est mise à mal. Sérieusement. La société de cybersécurité Area 1, basée à Redwood City, en Californie, est à l’origine de cette révélation. L’entreprise a fourni plus de 1 100 câbles au New York Times après avoir découvert l’intrusion.

- Advertisement -

Les enquêteurs d’Area 1 sont convaincus que ces hackers étaient employés par l’Armée populaire de libération, l’armée chinoise. Quoi qu’ils soient, pendant au moins trois ans, ils sont parvenus à entrer dans le réseau de communication diplomatique de l’Union européenne, téléchargeant des milliers de câbles.

Ces écrits reflètent l’inquiétude des Européens face à l’imprévisibilité de Donald Trump, à la difficulté de traiter avec la Russie ou la Chine, ou au risque de voir l’Iran relancer son programme nucléaire.

L’un de ces câbles évoque par exemple le « succès (au moins pour Poutine) » d’un sommet organisé à Helsinki en juillet dernier, entre le président russe et son homologue américain Donald Trump. Un autre, écrit après cette rencontre, fait état d’une conversation entre des responsables de l’UE et le président chinois Xi Jinping, qui compare les manœuvres d’intimidation de Donald Trump envers Pékin à un «combat de boxe où tous les coups sont permis ».

Rendus publics également, de nombreux rapports sur manœuvres de la Russie en Ukraine. Avec cette mise en garde du 8 février dernier concernant la Crimée annexée il y a quatre ans par Moscou, et devenue « une zone sensible où des têtes nucléaires pourraient avoir été déployées ».

Les câbles piratés n’ont pas un niveau de confidentialité élevé, rapporte le journal américain. Les hackers ont également infiltré les réseaux des Nations unies, du syndicat américain AFL-CIO et plusieurs ministères des Affaires étrangères et des Finances à travers le monde.

Bruxelles a réagi très timidement à ces révélations

Tout le monde aura imaginer l’atmosphère à Bruxelles après ces informations. Les hackers y sont allés au chalut. Et personne n’y a vu que du feu. 

La Commission européenne a été la première à réagir au piratage, mais on sent bien qu’elle est gênée aux entournures et qu’elle répond uniquement parce qu’elle ne peut pas éluder la question, rapporte notre correspondant à Bruxelles, Pierre Benazet. Les commentaires européens ne portent d’ailleurs pas sur le fond du dossier ni même sur sa gravité, signe supplémentaire du profond embarras dans lequel la fuite de ces documents confidentiels plonge les institutions européennes.

Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission européenne affirme que l’UE prend « évidemment extrêmement au sérieux tout rapport faisant état d’allégation de piratage des systèmes de communications de l’UE. Mais en même temps, il est impossible de commenter des fuites. Ce qui est clair, c’est qu’aucun pays ou institution n’est immunisé contre ce type d’attaques  tout système de communication a des vulnérabilités donc nous nous occupons constamment de ce défi en améliorant nos systèmes de communication pour répondre aux menaces. »

Et le commissaire conclut rapidement en soulignant que le responsable des systèmes de communication est le Conseil de l’Union européenne, qui représente les États membres. De son côté, ce dernier ne commente pas plus sur le fond de l’affaire, se contentant d’affirmer qu’il « enquête activement ».

Auteur
Avec RFI

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Administration : clanisme, népotisme et servitude

L’accélération des évènements politiques en Algérie continue d’entretenir la confusion et l’inquiétude. Les regrettables voltefaces des uns et des autres contribuent gravement à accentuer...

Les plus populaires

Commentaires récents