22 mai 2024
spot_img
AccueilMondeDes inondations records dans plusieurs pays d'Afrique

Des inondations records dans plusieurs pays d’Afrique

L’Afrique de l’Est connaît ces dernières semaines des pluies torrentielles qui ont causé la mort d’au moins 58 personnes en Tanzanie durant la première quinzaine d’avril et de 13 autres au Kenya.

D’autres pays sont affectés : Burundi, Zambie, RDC, Congo-Brazzaville… Deux coupables bien identifiés : le réchauffement climatique accentué par le phénomène El Niño.

Dans les départements des Plateaux, de la Cuvette et de la Likouala, la décrue continue, mais à mesure que l’eau se retire, il faut évaluer les dégâts, désinfecter, réhabiliter écoles, centres de santé, sanitaires et points d’eaux. Toutes choses qui demandent du temps et d’importants moyens. « Il s’agit de rendre l’eau potable dans des situations où la malnutrition était déjà présente. Il faut pouvoir intensifier les programmes de lutte contre la malnutrition dont les cas aigus et sévères doivent être pris en charge de manière régulière et permanente », témoigne Georges Gonzales, représentant adjoint en charge des programmes de l’Unicef au Congo-Brazzaville.

Quatre mois après des inondations records qui ont affecté neuf départements sur douze, le Fonds des Nations unies pour l’Enfance (Unicef) estime que 100 000 enfants ont besoin d’une assistance humanitaire au Congo-Brazzaville. Pour 49 000 d’entre eux, la scolarité a été interrompue. L’Unicef concentre ses efforts dans les trois départements les plus durement touchés, situés dans le nord le long des fleuves Congo et Oubangui. La représentante de l’Unicef en République du Congo s’est rendue dans le district de Mpouya. Elle parle d’une situation préoccupante face à la dégradation des conditions d’apprentissage pour les enfants en âge d’être scolarisés. L’Unicef distribue des kits scolaires, installe des classes temporaires qui doivent être fonctionnelles d’ici la fin du mois.

Côté santé, les besoins sont nombreux. Comprimés pour traiter l’eau, mesures pour limiter le risque de maladies, reprises du suivi des cas de malnutrition et de la vaccination… Certaines zones sinistrées sont accessibles seulement par voie fluviale. Pour atteindre les plus reculées, il faut parfois une semaine. Selon la dernière évaluation, plus d’un demi-million de personnes ont besoin d’assistance humanitaire après ces inondations, soit un habitant sur douze. Si l’Unicef a eu les financements pour la réponse d’urgence (gouvernement du Japon, UsAid, Cerf), l’organisation s’inquiète du peu de fonds mobilisés pour le plus long terme notamment pour la reconstruction des écoles. 

- Advertisement -

Dans l’est de la RDC, la ville de Kalemie est sous l’eau depuis plusieurs semaines

La ville de Kalemie est coupée en deux, rapporte notre correspondante à Lubumbashi Denise Maheho. Les pluies abondantes ont provoqué la montée du niveau des eaux du lac Tanganyika et les dégâts matériels sont énormes. L’avenue Lumumba, principale artère qui relie le centre-ville à la commune de Lukuga, est couverte d’eau sur plus de 100 mètres. Avec, par endroits, plus de deux mètres de profondeur. Seuls quelques gros camions tentent encore d’emprunter cette avenue, mais la traversée se fait désormais en pirogue.

En plus de la montée des eaux du lac Tanganyika, les rivières environnantes ont débordé et les dégâts sont importants. Selon la société civile locale, plus de 3500 ménages sont touchés, des centaines de maisons d’habitation, de commerce et même d’infrastructures publiques sont inaccessibles. Mais ce bilan pourrait s’alourdir car chaque jour, des familles menacées par l’eau, abandonnent leurs maisons. Certaines infrastructures comme des hôtels, des écoles sont soit détruites, soit inaccessibles.

Jules Mulya, président du patronat local, explique que les activités économiques sont aussi affectées. La plupart des maisons de commerce sont inondées, même les entrepôts des marchandises. Le port de Kalemie, poumon économique de cette ville, n’est pas aussi épargné. Pour sa part, le ministre provincial des Infrastructures, John Seya, indique que la province n’a pas les moyens financiers pour faire face à ces sinistres.

Burundi appelle au secours

Les autorités ont finalement dû se résoudre à appeler à l’aide. Selon une bonne source, il y a quelques semaines, face aux pluies record, la Plateforme nationale de gestion des catastrophes et les partenaires financiers avaient préparé un document pour que le gouvernement déclare l’état de catastrophe naturelle. Selon un bon connaisseur du dossier, Bujumbura aurait d’abord refusé. Mais la pression des bailleurs de fonds a augmenté. Ces derniers disant que sans cette déclaration, l’aide financière serait plus difficile à obtenir. En parallèle, des figures connues, des politiques ou encore la protection civile, mettaient la pression sur les autorités pour qu’elles franchissent le pas et reconnaissent cette catastrophe naturelle.

Au final, dans le communiqué, l’expression n’est pas employée, mais les autorités demandent bien l’aide de la communauté internationale. Le gouvernement dit avoir fourni semences, argent, vivres, médicaments ou encore de l’eau. Malgré cela, « nous avons besoin de ressources financières pour faire face aux défis croissants », indique le texte. Des fonds destinés à financer un plan de réponse et soutenir le mécanisme national d’alerte… Le ministère de l’Intérieur, les acteurs humanitaires et le système des Nations unies au Burundi appellent les partenaires qui ne l’ont pas encore fait à contribuer pour répondre aux besoins de court terme, alléger les souffrances des communautés, mais aussi à plus long terme, renforcer les capacités du pays pour limiter les chocs liés aux phénomènes météorologiques extrêmes. 

Les autorités ne révèlent pas le nombre de victimes, mais insistent sur les « effets dévastateurs des pluies, exacerbées par El Niño ».

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Extraits du 4e tome des Mémoires de Saïd Sadi

Les éditions Frantz Fanon annoncent la sortie le 20 avril en Algérie et en France du tome IV des mémoires de Saïd Sadi, l’ancien président du Rassemblement pour...

Les derniers articles

Commentaires récents