2 février 2023
spot_img
AccueilPolitiqueDesertec : pourquoi Chitour dit "ne pas être dans le secret des dieux"...

Desertec : pourquoi Chitour dit « ne pas être dans le secret des dieux » (I)   

DEBAT

Desertec : pourquoi Chitour dit « ne pas être dans le secret des dieux » (I)   

Dimanche 13 septembre, le professeur Chems Eddine Chitour, (01) ex- ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique et depuis fin juin responsable de la transition énergétique et des énergies renouvelables a été l’invité de LSA Direct. 

De nombreux dossiers relatifs à ce secteur ont été passés en revue comme la voiture électrique, les énergies renouvelables, le gaz de schiste, le coût de l’énergie, une future loi dédiée aux énergies renouvelables etc.

Mais l’animateur en journaliste averti n’a pas manqué cette occasion pour lui poser « a bonne question » sur le projet de Desertec annoncé par son collègue de l’énergie comme définitivement « à oublier ». Il faut reconnaître, ce qui est de l’avis de plusieurs experts  qui se sont exprimés sur la toile ou à travers les cercles spécialisés comme Mourad Preure, Tawfiq Hasni, Nasro Kazi Tani, Hocine Benssaâd, l’activiste Sabrina Rahmani et on aurait probablement raté d’autres qui ont commenté son passage très médiatisé qu’ils félicitent d’ailleurs pour «la constance de sa position sur tous ces sujets » parfois très controversés.

Il a montré aussi un courage de dire la vérité même si cette dernière choque à la question de l’animateur «votre collègue de l’énergie Abdelmadjid Attar a annoncé lors de son passage il y a de cela deux semaines, la fin du projet Desertec. On s’attendait ajoute l’animateur de cette émission  que le ministre des Energies renouvelables que vous êtes, nous explique cette  décision de dire on arrête ou on fait une pause ? » Il s’est montré  très embarrassé mais répond, probablement le cœur plein «à ma grande honte je ne sais pas, je ne suis pas dans le secret des dieux. Il y a peut-être des secrets et il y a peut-être des dieux… »

1- Rappel de l’offensive médiatique du ministre de l’Energie 

- Advertisement -

Dans son offensive médiatique ces dernières semaines Abdelmadjid Attar, ministre de l’Energie, n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour s’exprimer sur deux sujets sensibles, pourtant tranchés dans le cadre du programme d’action du gouvernement Djerad et la feuille de route tracée par le chef de l’Etat. Il s’agit de deux sujets qui rentrent dans le volet énergétique : celui du gaz de schiste et l’énergie solaire avec le projet Desertec dont un mémorandum d’entente (MoU) devait être signé depuis avril dernier avec l’Allemand Dii.

C’est du moins ce qu’avait annoncé son prédécesseur Mohamed Arkab qui avait déclaré avoir présenté les grands axes dans un des conseils des ministres(02). Dans le sujet du gaz de schiste, invité au Soir d’Algérie Direct (LSA Direct) chez Hakim Laâlam le dimanche 30 août dernier, il a carrément été catégorique sur son exploitation «   S’il le faut, on va recourir au gaz de schiste », auparavant il disait « pourquoi pas aller au gaz de schiste ».

Pourtant, dans le programme du gouvernement qu’Abdelmadjid Attar vient de rejoindre, disponible dans le portail du premier ministre (03) à page 26 il est écrit noir sur blanc « s’agissant des hydrocarbures non conventionnels, le gouvernement, tout en intensifiant les efforts d’identification du potentiel que recèle notre sous-sol, engagera les études appropriées sur l’impact de l’exploitation de cette richesse au plan économique, social et environnemental, en veillant à ce que toute exploitation envisagée préserve la santé du citoyen, les écosystèmes et, en particulier, les ressources hydriques. »

En termes simples, c’est toutes ces évaluations et ces études qui pourraient prendre encore plusieurs années qui permettront de prendre une décision d’exploiter ce genre de ressources ou pas et donc pour le moment en parler est hors de question et surtout cela n’a rien à voir avec la nouvelle feuille de route que vient de dicter le président aux deux ministres concernés par le volet énergétique lors du conseil des ministres du dimanche 12 juillet S’exprimer de la sorte sur un sujet controversé, très sensible pourrait être considéré comme un débat de trop qui n’apporte aucune valeur ajoutée pour le plan d’action que compte entreprendre le gouvernement pour un sauvetage immédiat de l’économie nationale         

2-Sur le projet Desertec et le développement des énergies renouvelables

Dans ce volet, Abdelmadjid Attar est monté d’un cran adoptant un langage verbeux en répondant le lundi 31 août au journaliste de la chaîne national arabophone 1 «le projet Desertec est dépassé. Il faut qu’on l’oublie ! », il continue de marteler : «Il est dépassé » arguant  que les investisseurs allemands voulaient à travers ce projet datant d’avant 2010 «vendre à l’Algérie les équipements et la technologie pour l’exploitation des énergies renouvelables, en contrepartie, du gaz algérien», (04) le présentant ainsi comme une arnaque.

Non seulement il a fait de l’ombre à son collègue Chems Eddine Chitour qu’il héberge au Val-d’Hydra mais montre une certaine arrogance envers le gouvernement qui l’a  inscrit dans son programme, la commission économique de l’APN qui l’a examinéet l’hémicycle de l’APN qui l’ont approuvé.

Pourtant on y lit dans le programme du gouvernement (05) adopté par tous les organes constitutionnels que «la production photovoltaïque, constitue pour le gouvernement une action «prioritaire » dans ce domaine. Aussi, la mise à niveau de la réglementation d’encouragement de la production d’électricité à partir de sources renouvelables afin d’y intégrer des mécanismes adaptés à l’auto production par les résidentiels, sera rapidement mise en œuvre. »

Le même programme a opté pour une capacité de 15 000 MW à l’horizon 2035 dont 4000 MW à achever dont les 4 ans à venir. Ce n’est donc pas l’éclairage public ou l’installation des plaques photovoltaïques dans les maisonnettes qui réaliseront un tel projet d’envergure. A suivre

Rabah Reghis

Renvois 

(01)-https://l.facebook.com/l.php?u=https%3A%2F%2Fwww.lesoirdalgerie.com%2Factualites%2Ffin-du-diesel-voiture-electrique-loi-sur-les-energies-renouvelables-48083%3Ffbclid%3DIwAR1cluFt_FPKQko48hehID6EbbwnYj9LjlziPXHAbTqP_ID9xyVARXSslRk&h=AT2nofIKBUFhDnBxIgSJFSVvN03BMHZoRPQX46XM_f3znwgWW_Heumen5eSSkMp0C8vGV3gEgdNwMs7YibU1IbwkTYkGGCT0qeU8H5HtThOT1OCMNUlyRbUAsXHbz7im_RYc 

02)-https://www.facebook.com/algerialivee/videos/243396140203360/

(03)-http://www.premier-ministre.gov.dz/fr/documents/textes-de-references/plans-d-actions   page  27

(04)-https://www.facebook.com/elbilad/videos/313001713101565 (05)-Op.cit. Page 26                                                                                                                                                          

Auteur
Rabah Reghis

 




ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Mme Veuve Zahra Khider s’est éteinte

Madame Zahra Fetta Toudert, née le 1er août 1930 à Taka (Kabylie Algérie) est décédée ce matin à Rabat, que Dieu la garde en...

Les plus populaires

Commentaires récents