28 janvier 2023
spot_img
AccueilA la uneEn Algérie, un ex-légionnaire peut être un député !

En Algérie, un ex-légionnaire peut être un député !

Apn

Un ancien soldat engagé dans la Légion étrangère élu député en Algérie ? Dans les couloirs du Parlement à Alger, c’est l’émoi après les révélations de médias locaux sur le député Mohamed Bekhadra, élu lors des dernières législatives de juin 2021 dans la circonscription de Marseille.

Selon ces médias, Mohamed Bekhadra, « aurait servi dans la Légion étrangère, combattu dans plusieurs pays d’Afrique du Sahel au nom de la France puis naturalisé en 2006 ». Pour la précision, un député doit avoir la nationalité algérienne, selon la loi, mais pas de manière exclusive, il peut donc être binational.

Un soldat médaillé

Toujours d’après les mêmes sources, ce député de la communauté algérienne en France se serait engagé dans la Légion de 2002 à 2007 « à Aubagne dans le département des Bouches-du-Rhône » avant d’être « muté au 4e régiment de la Légion étrangère basé sur la route de Pexiora à Castelnaudary dans le département de l’Aude dans le sud-est de la France ».

- Advertisement -

« Il sera détaché au sein du régiment français d’interventions au Tchad. Au terme de sa mission, il obtient une médaille de bronze. À son retour en France, il est envoyé 1er régiment étranger de génie, dans Laudun-l’Ardoise dans le sud-est de la France », détaille le quotidien Le Jeune Indépendant. Il finira avec le grade de caporal et serait « bien noté par ses supérieurs grâce à la médaille qui lui a été décernée pendant l’intervention au Tchad ».

Ces « révélations » ont poussé le Parlement, selon le quotidien El Khabar, à interdire, la semaine écoulée, à ce député l’accès à l’hémicycle de l’Assemblée nationale populaire en attendant « son exclusion » de l’assemblée. Le ministre de la Justice a également été saisi par des présidents de groupes parlementaires afin de lever l’immunité parlementaire de Mohamed Bekhadra. Une séance du Parlement statuera dans deux semaines sur son sort.

Les précisions du député

« La haute autorité de surveillance des élections chargée de collecter les candidatures ne pouvait rejeter sa candidature compte tenu du fait qu’il était détenteur de la nationalité algérienne et résidait légalement en France et remplissait les conditions exigées pour prendre part aux législatives », explique Le Jeune Indépendant et son propre parti, le Front national algérien – dont il a été exclu pour des raisons internes – s’est justifié en avançant qu’il n’avait pas les moyens pour vérifier le passé de son candidat.

Ce dernier a tenu à répondre à ces accusations dans les colonnes d’El Khabar de ce lundi 18 avril. S’il reconnaît avoir été entendu, le 12 avril dernier, par la commission juridique du Parlement, il explique qu’il avait déjà communiqué des documents sur son engagement dans la Légion aux « autorités compétentes ».

Source: Le point par Adlène Meddi

ARTICLES SIMILAIRES

5 Commentaires

Comments are closed.

Les plus lus

Atteintes répétées aux libertés : le FFS sort enfin de son silence

  LE FFS sort enfin de son silence pour dénoncer, dans un communiqué  signé par son premier  secrétaire national,  les atteintes récurrentes aux libertés publiques...

Les plus populaires

Commentaires récents