21 février 2024
spot_img
AccueilIdéeEst-ce dans ce monde-là où nous voulons survivre ? (V)

Est-ce dans ce monde-là où nous voulons survivre ? (V)

Grand Angle

Est-ce dans ce monde-là où nous voulons survivre ? (V)

Pollution, OGM, pesticides, l’homme court avec indifférence à son extinction.

Dans son livre, Sang pour Sang Toxique, le Pr Jean-François Narbonne, professeur en toxicologie de Bordeaux et membre de plusieurs groupes de l’UE et de l’ONU, c’est important d’énumérer les titres de celui qui écrit : «… 30 Glorieuses, période de plein-emploi et d’économie florissante, mythe qui nous est vendu aujourd’hui comme une sorte de paradis perdu, correspond en réalité à une période de pollution massive de la planète par les substances chimiques… Mais une conséquence est passée inaperçue à l’époque et peine encore aujourd’hui à être reconnue : c’est l’exposition massive des fœtus chez les femmes qui ont été enceintes au cours de cette époque, via justement la contamination du sang maternel…

On peut véritablement parler aujourd’hui de « génération sacrifiée » pour les enfants nés au cours de la période 1965 – 1995. » Il ajoute : « De plus, il y a cette fable entretenue par le corps médical, selon laquelle l’espérance de vie augmente régulièrement et donc que tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles, que la pollution de la planète n’a pas de conséquences graves sur la santé de l’homme, que les seuls facteurs altérant la santé sont liés à des mauvais comportements individuels : on mange mal, on fume, on boit de l’alcool et on ne fait pas assez de sport. Voilà les messages que l’on matraque dans les médias.

- Advertisement -

Mais rien sur les peintures aux phtalates (au contraire, on nous vante les peintures glycérophtaliques !), rien sur les détergents dont on continue tous les matins dans nos écoles à passer une bonne couche non rincée que les enfants vont respirer toute la journée, rien sur les parfums avec diffuseurs qui nous exposent toute la journée à des substances cancérigènes, rien sur les matelas en mousse traitée aux retardataires de flamme sur lesquels on dort. On continue à vaporiser des insecticides dans les maisons et même dans les chambres d’enfant (alors qu’une bonne moustiquaire règle facilement le problème), on continue à consommer de l’aspartame, les mères encouragent leur progéniture à passer aux boissons « light »plutôt qu’à l’eau, on continue à se pommader de cosmétiques aux parabènes ou de crèmes solaires aux nanoparticules dont on ne connaît pas la toxicité…pourquoi on parle beaucoup plus du réchauffement climatique que de pollution des organismes humains alors que ce phénomène est beaucoup plus inquiétant pour l’avenir de l’homme ? » Le livre a été écrit en 2010 et vendu même en Algérie.

L’Algérie qui est passée directement de la pollution bactériologique à la pollution chimique tout en étant assez riche pour se vacciner contre la première en faisant l’économie de la seconde.  Une façon de souhaiter la bienvenue à un heureux bigame, Mr Vaccin (1): « Bill Gates, enfin révélé coupable de l’épandage de « chemtrails » partout sur le globe…The Gardian et d’autres journaux nous informent que des recherches d’un coût exorbitant sont financées par le fondateur de Microsoft et partisan de la vaccination… En 2013, un large ballon dirigeable a survolé la Terre à 24000 m d’altitude au-dessus de Fort Summer au Nouveau-Mexique et répandu des sulfates dans l’atmosphère tout au long de l’année.

Le prétexte derrière ce lâcher massif de particules toxiques de sulfate est de renvoyer les rayons solaires…pour ainsi refroidir la Terre. Mais de nombreux groupes de défense de l’environnement et partisans du bon sens dénoncent la dangerosité de cette idée, qui pourrait résulter en des dommages permanents sur l’écosystème de la Terre entière. « Les impacts incluent des dégâts potentiels sur la couche ozone, l’interruption des pluies…ce qui pourrait potentiellement menacer l’approvisionnement en nourriture de milliards de personnes, » a déclaré Pat Mooney, PDG du Groupe ETC, Groupe canadien pour la protection de l’environnement. Cela ne va en rien diminuer les niveaux d’émission de gaz à effet de serre dans l’atmosphère, ni arrêter l’acidification des océans et la géo-ingénierie solaire va probablement augmenter les risques de conflits internationaux liés au climat, vu que l’évolution actuelle montre que cela présente de plus grands risques pour l’hémisphère sud. » « Épandre des particules sulfatées dans les cieux va détruire la planète plus vite que le « réchauffement climatique ne le pourra jamais… ».

Michèle Séverac, l’auteur de  « La Guerre contre les peuples », affirme, qu’au début, elle avait de la peine à y croire. Le chef indien qui l’avait alerté ne pouvait être qu’un malade mental pour accuser l’armée américaine de l’arroser comme un cafard avec toute sa tribu. De nos jours, l’habitude, c’est de les subir avec indifférence tout en évitant d’accuser la malédiction divine. Un progrès quand on pense à la facilité, notamment dans les pays musulmans, à y recourir. Il est loin 2003 où les autorités algériennes dénonçaient les cheveux nus des Algériennes d’avoir provoqués le séisme. Personne n’a eu l’idée de soupçonner les responsables qui ont détourné 9 millions de dollars que les pays arabes ont donnés à l’Algérie pour la construction d’un laboratoire d’études sismiques lors de la catastrophe d’Al Asnam.

Au Japon,  aucune construction n’est possible sans le feu vert de cet institut. En 2003, à une semaine d’intervalle, avec la même intensité et durée que celui de Boumerdes, le séisme nippon n’a fait aucune victime. Eté 2018, la presse algérienne nous signale que la canicule a tué une douzaine de Japonais.

Silence concernant les victimes du bled. Quatre possibilités : 1- elle ignore leur nombre ; 2- il n’y en a pas ; 3-il lui est interdit d’en parler ; 4- cela n’intéresse personne. 15 ans plus tard, le sol est calme, apparemment. Au-dessus tout flambe avec l’amnésie des mauvais chiffres. Au moment où les « frères » Saoudiens copient nos concerts estivaux d’antan, on se contente de nos fêtes quotidiennes avec des youyous à la chinoise, pétards et feux d’artifice garantis. Et la Régence, bonne fille, nous les importe en devises, sans chichi, afin d’égayer nos fiançailles, nos mariages et nos succès aux examens. Si elle est innocente et qu’elle les a vraiment interdits, c’est un jeu d’enfant de tarir leur commerce. Il suffit simplement de sanctionner le consommateur repérable à des kilomètres à la ronde et gommer la baraka du vendeur en noir. Nous avons un nombre suffisant de témoins et de policiers pour réussir. À moins que la règle soit : moins on est fou, plus on s’amuse. « Distraire à en mourir » à en mourir pour de vrai : « …derrière les couleurs éclatantes, c’est un cocktail de produits chimiques qui est à l’origine des feux d’artifice. À chaque couleur correspond une substance toxique et cancérigène : ainsi, le blanc est fabriqué à partir de l’aluminium, le vert du baryum, le violet, du rubidium…En explosant, la bombe libère des millions de particules de poussière très fines et du gaz. » (2) Et comme la qualité de tout ce qui s’achète au bled est plus que médiocre, on rate même la magie des couleurs.

Alors, quelle joie peut-on éprouver à faire éclater des tympans en piètre état et d’enfumer un ciel déjà gris ?! «Le rapport de l’Université de Washington explique aussi que les particules de sulfate « contribuent à des pluies acides, provoquent une irritation des poumons et sont les principaux responsables de la création de brume, qui empêche de voir clairement le Grand Canyon. »(3)  On comprend pourquoi les bêtes préfèrent crever de soif que d’y goûter. «…l’idée de recourir à la géo-ingénierie pour sauver la planète est du grand n’importe quoi. Ce n’est pas seulement que le « réchauffement climatique » est une escroquerie inventée par l’homme, mais aussi parce que, littéralement, bloquer les rayons du soleil pour la simple raison que cela renvoie la chaleur des rayons dans l’espace, n’est ni logique, ni sensé. Néanmoins, la géo-ingénierie confère à une poignée de personnes la possibilité de contrôler la météo terrestre et de manipuler l’environnement pour leur propre profit. Empêcher aux rayons du soleil d’arriver sur Terre grâce à des microparticules a un but bien plus sinistre, qui est d’empêcher les humains d’absorber les rayons ultraviolets B (UVB) du soleil, qui servent à la production de vitamine D dans le corps. »(4) On ne se pose plus la question pourquoi un pétrolier, qui habite à des milliers de kilomètres de ses puits, achète un journal en faillite. Et qu’un vendeur de plantes OGM, qui n’ont pas besoin de pluie, s’accapare les cartes du climat, etc.

D’après un cardiologue et nutritionniste, le manque de vitamine D majore le risque de cancer, des maladies cardio-vasculaires et fragilise les os. (5) Cette vitamine se trouvait dans le foie de veau, la sardine, l’œuf, le thon, le saumon…avant leur industrialisation. Pour égaler l’apport nutritif d’une pêche de l’an 1950, il faudrait, en 2018,  en avaler 25. Sans parler de la chimio-culture qui transforme le fruit en poison illico presto ou avec le temps. «…les effets sur la santé apparaissent souvent après l’exposition comme c’est le cas pour les substances cancérigènes ou neurotoxiques (toxiques pour la reproduction) … » (6) Exemple d’une mise à jour sur les toxines dans les aérosols faite en 2011 aux USA : «Les programmes illégaux de modification du temps dont on n’a jamais discuté officiellement en public. La qualité de l’air au cours des 12-15 dernières années a diminué de façon spectaculaire…Des millions de gens sont malades…Ce qui est arrivé a des implications stupéfiantes pour toute vie sur cette planète. Pourtant, malgré 2 documentaires…, malgré… les articles d’importance vitale de Clifford Carnicom, malgré les recherches de Skywatch…malgré l’« United Atmospheric Preservation Act » présentés au Congrès par le Docteur Michael Castle en 2007 et sans doute malgré des milliers d’appels et de lettres aux responsables, tous les organismes officiels américains continuent , soit d’ignorer nos réelles inquiétudes, soit de les rejeter comme si elles étaient sans fondement. Il n’y a pas eu la moindre explication ni la moindre précaution. Au lieu de cela, on nous a abreuvés de mensonges et de manipulations…Pendant combien de temps, encore, voulons-nous nous laisser empoisonner ? Un nouveau rapport émanant de Arizona Skywatch (observation du ciel en Arizona) montre l’augmentation spectaculaire des métaux lourds qui normalement ne font pas partie de l’air qui nous entoure… : Aluminium (15,8), Antimoine (63,3), Arsenic (418), Baryum (5,3), Cadmium (6), Chrome(6,4), Cuivre ( 9), Fer (43,5), Manganèse (513,8) Nickel ( 10,7), Zinc (7,5). Ces chiffres indiquent uniquement de combien ces taux dépassent la limite toxique autorisée. » (7) En 1997, Mark Purdy a reçu le prix Nobel pour ses découvertes sur le danger du « gavage » au manganèse sur la santé de l’homme, de l’animal et de l’environnement. Par exemple, il note le lien entre la modification de cet élément suite au choc des infra ondes émises par les avions à turboréacteurs et la pandémie de B.S.E (vache folle…) au Royaume-Uni. S’il n’y a pas eu la moindre explication, il y a eu par contre des « variances ». Par exemple, la délocalisation du mal vers des cieux plus cléments moins exigeants où le risque d’un procès est inimaginable.

Après la génération « dorée », on a étalé le sacrifice à la génération zombie avec l’or en moins. Il suffit de comparer l’Algérie d’avant et d’après 1995. Le pire de l’étranger s’est ajouté à la damnation locale. Hier, on accusait avec acharnement l’industrie du tabac de provoquer le cancer des poumons. Au lieu de disparaître, cette dernière a retrouvé une nouvelle et meilleure jeunesse dans les pays qui ne pèsent que par leur rente qui leur permet d’en acheter pour mieux s’empoisonner. Idem pour le gaz de schiste dont on croyait l’Algérie bien préservée. Gageons que si c’était un produit magique, bénéfique pour la santé et le bien-être, on n’aurait jamais entendu parler. Pour la simple raison qu’il serait un luxe réservé à une certaine catégorie qui le vaut bien comme l’annonce la Pub. Pour sauvegarder leur divinité, les dieux ont intérêt à ne pas partager le sésame ouvres-toi avec n’importe quel mortel. On le constate de plus en plus : le monde arabo-musulman et africain pose problème au reste du monde.

Quand on cesse d’être utile, on devient encombrant. À cet édifice à pousser Satan au suicide par jalousie, il faut ajouter le problème des médicaments et leur lot d’effets secondaires à lire au microscope, au dos de la notice et au fond de la boîte. De scandale en scandale ou de fiesta en fiesta, tel un match truqué de foot, on s’y accroche plus accro que jamais. En France, meilleur avocat de BigPharma, rien n’a bougé depuis que le Pr Philippe Even a lancé son fameux « arrêtez les statines ! » Auteur, avec le Pr Bernard Debré, du « Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux. » En une seule alerte, il réussit à convaincre des milliers de Français, y compris des toubibs, à arrêter leur traitement contre le cholestérol. Il s’explique : « … Je dois plus encore à Michel de Lorgeril, directeur de recherche au CNRS , cardiologue formé à Lyon , en Suisse et aux Etats-Unis, qui est devenu depuis 15 ans la bête noire et la cible d’une grande partie du monde cardiologique, naïvement convaincue des dangers du cholestérol et plus encore de l’efficacité des statines pour prévenir des graves complications cardio-vasculaires des maladies artérielles…Michel de Lorgeril rame à contre-courant, presque seul…scientifique de premier plan…auteur depuis 20 ans  de dizaines de publications internationales, spécialiste des relations entre nutrition et fonctionnement cardio-vasculaire, auteur de plusieurs livres… « Dites à votre médecin que le cholestérol est innocent (2007)», « Cholestérol, mensonges et propagande (2009). » (8)

Dans cet ouvrage, le spécialiste Lorgeril écrit : « Le cholestérol serait…une molécule toxique pour les artères…En l’abaissant, les statines décrasseraient les artères, au point qu’on a été jusqu’à proposer de placer plusieurs statines sur la même ordonnance, de les introduire dans le biberon des nouveau-nés, d’envisager des vaccins et, même de songer au développement de bactéries mangeuses de cholestérol etc. Il n’y a pas la moindre rationalité scientifique et pas une donnée sérieuse en faveur de cette théorie. L’histoire du cholestérol est une suite quasi ininterrompue de mensonges, orchestrée par une propagande intensive. Comment ce « cholestérol-delirium » a-t-il commencé ? Pourquoi de telles dérives ? La réponse est simple. L’industrie pharmaceutique s’y est engouffrée, car les enjeux économiques sont colossaux. Elle l’a fait au moyen des techniques les plus modernes et sophistiquées de désinformation et de conditionnement des opinions par la propagande, par le « story stelling », une sorte de machine à raconter qui prend la place des raisonnements rationnels et par la mise en fiction de la réalité et la manipulation des esprits, qui ne laissent aucune place au débat scientifique…» En plus, il faut ajouter que les statines ont des effets secondaires que ne nient pas  les fabricants. Le plus important, c’est leur impact sur les muscles qui vous donne l’impression d’avoir remporté un marathon international sans monter sur le podium.

D’après le Pr Even, il y a plus de 5 millions de Français qui luttent contre « leur » cholestérol engendrant 2 milliards d’euros par an. On s’en doute que ceux qui l’ont écouté n’en sont pas morts comme prévu. Même pas le moindre bobo pour coller un procès au coupable. Il faut signaler que l’emprise de BigPharma sur la justice française n’est plus ce qu’elle était. Il est loin le temps où elle jetait en prison le plus grand cancérologue européen de l’époque, le Dr Hamer, pour avoir guéri des cancéreux en « charlatan » expulsé de l’Ordre des médecins. Face à ce cirque qui accueille les spectateurs en gladiateurs, la règle, « tu tues ou tu es tué », se traduit par, le mal guérit le mal ou dans le doute, s’abstenir. Tout en ayant à l’esprit le mystère de nos ancêtres d’avant 1830 grands bouffeurs de gluten avec zéro allergie.

Tout en ayant à l’esprit les peuples primitifs qui continuent d’exister et de jouir d’une santé non stop comme les Hunzas qui volent la vedette à BigPharma sur le web. « … malfaiteurs…bande de maniaques, de serial ruineurs, serial pollueurs, ces gourous manipulateurs ont trouvé la meilleure planque qui se puisse imaginer : ils se cachent devant les caméras… À leur actif, entre autres crimes, ils ont fait confondre leurs méthodes d’enrichissement avec une méthode de gouvernement. Il s’en est suivi…des millions de chômeurs à travers le monde, des pays dévastés, des banlieues de grandes cités pourries de violence et de laideur commerciale, le réchauffement de la planète, les marées noires, le travail des enfants réinstitué en Angleterre, systématisé dans le tiers-monde, la culture remplacée par le football. En 30 ans , les inégalités se sont tellement creusées, au même rythme que s’élevaient leurs montagnes de dollars…une petite pièce glissée dans la main du mendiant à la sortie de la messe, voilà ce que la grande pensée libérale prévoit pour pallier les licenciements massifs de Ford, Michelin, Coca-Cola ou Moulinex. » (9)

En Algérie, durant la seule année (2017-2018) 660 000 salariés ont été liquidés sans messe et sans pièce. Plus que le nombre d’enseignants qui font régulièrement grève pour demander une augmentation de salaire (10). Donc, il ne suffit pas de manger bio, de vivre dans une maison bio, d’être entouré d’objets bios, de respirer un air bio, il faut aussi jouir, géographiquement, d’une adresse « bio ». Pour survivre, on ne sait pas si on doit commencer à surveiller l’ami ou continuer à se méfier de l’ennemi.

Combien de produits trop rentables pour garder leur diabolisation, comme la farine animale et l’amiante, sont réintroduits en catimini quitte à changer d’identité ? Y compris aux USA et en Europe :  «L’EPA (Environnement Protection Agency)…va abandonner les règles sur la pollution aux toxines…révise radicalement sa méthode pour déterminer les risques pour la santé et la sécurité associés aux produits chimiques toxiques en considérant seulement l’effet de l’exposition sur le lieu du travail et la consommation directe des toxines sans analyser l’effet à long terme de la diffusion de ces substances dans l’air, l’eau et la terre…Un article dans le New York Times…a qualifié cette décision « de grande victoire pour l’industrie chimique »…Deux des hauts fonctionnaires impliqués …proviennent directement de l’industrie chimique… Selon une analyse de l’EDF ( Environnement Defense Fund) …l’EPA va ignorer l’effet d’environ 31 millions de kilos par an d’émissions…» (11)

En Europe, profitant de l’euphorie de la coupe de foot, l’Élysée signe une loi scélérate pour accepter des déchets nucléaires venant d’Australie etc. Si la République est très étroite, ses citoyens trop grincheux,  il y a des espaces tout à côté à vol d’oiseau qui ne rêvent que de se remplir pour lui plaire.

Au détour d’un safari africain ou sous le manteau d’une tempête de sable subsaharienne..  « Si tu m’apprivoises, tu seras pour moi unique au monde.» (12) Pauvres Français qui ont applaudi leur star Hulot aux commandes de l’écologie. Ça se comprend s’il est devenu millionnaire grâce à Avéra (Philippe Jandrok). De l’autre côté de la Méditerranée, en Algérie, on n’est pas jaloux de ce que les autres ont inventé, mais de ce qu’ils n’ont pas oublié. L’Angleterre, le pays qui a industrialisé le monde n’a pas abandonné les semences naturelles. On y trouve aussi bien le fameux lait dans une bouteille en verre que les grands pâturages qui permettent de faire le brexit et de donner le choix à la riche Écosse sans états d’âme. Il faut dire que la City s’est bâti sans faire disparaitre la quiétude des villages en fleurs même si, de temps en temps, il faut commettre un petit crime pour donner un sens à la confession.

Le pirate de la Régence n’a pas le même prestige que le corsaire de la Reine. C’est grâce à cette razzia aquatique qu’Elisabeth 1ère a financé son pays pour le transformer en empire tandis que le Dey d’Alger a fait le choix de fortifier son trésor pour assurer sa fuite. Ses successeurs ont fait pareil et pour l’empire, ils somment la Régence de porter seule l’eternel fœtus. Augmentant ainsi leur stupidité qui ne laisse aucune chance à la construction d’un pays pour disserter sur son effondrement… « Le renard, le blaireau savent ce qu’ils sont, et pour autant n’errent pas à la recherche d’eux-mêmes. Pourquoi, alors, seul l’homme se perd-il dans la quête de lui-même ? Comment se fait-il que les insectes n’éprouvent jamais ni doute ni dégoût d’eux-mêmes à être insectes, que seul l’homme soit incapable d’être content ? De quand cela date-t-il ? Aussi, longtemps, que cette énigme ne sera pas résolue, il ne sera pas possible de prétendre que l’homme se connaît lui-même. » (13) Ni prétendre surpasser les animaux par des inventions aussi foireuses que mafieuses.  Dans la mer des Caraïbes, une insignifiante méduse, 5 millimètres de long au maximum, a le pouvoir, quand elle atteint la « ménopause », de donner un signal à son corps de rajeunir indéfiniment. Dans les profondeurs abyssales là où le soleil n’arrive jamais, certains poissons produisent de l’électricité gratuite et sans limite sans pollution, sans effets secondaires. Le rat-taupe nu, petit rongeur africain, vit 30 ans (600 ans à l’échelle humaine). Une santé de fer et une insensibilité à la douleur. Les chercheurs ont voulu lui inculper le cancer, en vain. Toujours jeune jusqu’à sa mort sans souffrir d’aucune dégénérescence. À abrutir n’importe quel expert en écologie qui constate que l’air des galeries où il vit est pauvre en oxygène et riche en CO2.

Autre mystère, celui d’un poisson, le sébaste à l’œil épineux, mesurant jusqu’à 1 m et évoluant dans les profondeurs japonaises et canadiennes à 200 voire 800m, entre – 0,3° C et -4,9° C. Une espérance de vie de 205 ans et la femelle continue à pondre d’excellents œufs à 20 ans comme à 80 ans. La moule perlière, une espérance de vie jusqu’à 140 ans, ce mollusque capable de filtrer de gigantesques quantités d’eau 24h sur 24h est en voie de disparition à cause de la pollution industrielle. Elle a beau absorber non stop les impuretés de l’eau, depuis 50 ans, la multiplication des déchets chimiques a eu raison d’elle.

En Allemagne et en France, on a calculé une chute de 95 %. Encore plus performant, l’axolotl qui jouit du pouvoir de régénérer ses organes à la demande. Ce batracien long de 15 à 45 cm vit dans les lacs du Mexique. Par exemple s’il n’a plus des yeux, il en fabrique. En trois semaines au maximum, il reconstruit ce qui a été détruit. Seul problème pour les scientifiques qui l’étudient, le chlore de l’eau du robinet lui est fatal (14). Il n’est pas le seul. Dans la ville de Roseto en Pennsylvanie, les maladies cardiaques sont apparues quand on est passé de l’eau de source de la montagne à l’eau chlorée du robinet.

Durant la guerre du Viêtnam pour protéger les G.I.’s, on leur donnait une eau hyperchlorée. À l’autopsie des soldats morts, rares sont ceux qui ne présentaient pas de graves lésions artérielles. « Parler de l’eau paraît très banal …Mais tout d’abord que buvons-nous …Sur le plan de l’hygiène…elle ne contient pas de nuisance microbienne puisqu’elle est désinfectée. Soit ! Mais à quel prix… ? »(15) Grosso modo, le chlore détruit les bonnes bactéries de nos intestins et dans la foulée fragilise le système immunitaire. Une étude sur 5000 femmes révèle qu’il fait passer le risque des fausses-couches de 5,7 % à 9,5%. Il détruit les antioxydants comme la vitamine E et les acides gras essentiels…En plus de son effet cardio-vasculaire, des caillots des artères, son impact est loin d’être négligeable concernant le cancer notamment de la vessie, du rectum et on le soupçonne de perturber la fertilité masculine. On peut échapper à l’eau chlorée du robinet grâce à l’eau minérale. Mais comment faire avec celui des piscines, de la douche, du hammam, du ménage quand on nous dit qu’il se combine aux matières organiques (transpiration, urine, sang, selles, mucus et cellules de peau) pour multiplier ses dégâts ? Sans doute pour certains chanceux, il n’est plus un danger. Ils ont dû se réveiller tôt pour sauvegarder, par exemple, des moules perlières qui savent si bien purifier gratuitement de grandes quantités d’eau et récolter leurs perles en bonus. (suite)

M.M.

Notes

(1)- Chercheurs de Vérités – Source : Natural News

(2)- Feu d’artifice : quand la magie agresse la planète ( ConsoGlobe 11/07/2018)  

(3 )- Ibid (1)

(4) –Ibid (1)

(5)- La Vie et le Temps ( Dr Frédéric Saldmann)

(6)-  Sang pour Sang toxique ( Jean-François Narbonne)

(7)- Chemtrails (Docteur IIya Sandra Perlingieri , 03/02/2011) ; source ( Pandora II, Philippe A. Jandrok

(8)- La Vérité sur le Cholestérol ( Pr Philippe Even, Préface du Pr Bernard Debré)

(9)- No Problem ! ( Philippe Val)

(10)- Le Soir d’Algérie  (06/08/2018)

(11)-Patrick Martin (Mondialisation.ca, 11/06/2018 WSW.org )

(12)- André Brink

(13)- La Voie du Retour à la Nature ( Masanobu Fukuoka)

(14) Ibid (5)

(15)- La Santé Libre ( Dr Emile Plisnier)

 

Auteur
Mimi Massiva

 




LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici