29 septembre 2022
spot_img
AccueilIdéeFaut-il dire la vérité aux Algériens ?

Faut-il dire la vérité aux Algériens ?

REGARD

Faut-il dire la vérité aux Algériens ?

L’école algérienne est devenue une fabrique de croyants bigots. Un lieu d’endoctrinement.

Faut-il dire la vérité ? La vérité par exemple sur une école sinistrée par le bâclage longtemps commandé par la tutelle d’une part et le laisser-aller exigé pour accéder aux rangs de la hiérarchie éducative.

Puisque on ne peut jamais bâtir une nation par le truchement du mensonge ni fonder un État fort par le biais de l’imposture, je dois, en ma qualité d’enseignant, transmettre un message aux autorités concernées sous forme d’une chronique qui pourrait peut-être éveiller en elles la volonté de changer l’état de notre école, cette usine d’esprits en manque de qualité et en mal d’éthique.

Depuis plus d’une décennie, notre société a perdu ses repères et notre jeunesse sa ferveur culturelle héritée des années d’or de l’époque post-indépendance.

- Advertisement -

Même si les causes sont tangibles, et même si l’irruption de l’année 2018 nous est insignifiante, notre école demeure otage de conceptions rétrogrades imposées par des lobbys tantôt orientaux  qui visent le sommeil voire le suicide de l’intelligence algérienne, et tantôt occidentaux qui refusent toute révolution qui peut émaner des milieux scolaires.

La récente réforme lancée sous les ordres du président de la République et qui porte toujours  les stigmates d’une continuité dans la bêtise, a rendu l’accès de notre école à l’universalité un rêve impossible, le classement mondial de nos universités atteste  d’ailleurs du gâchis de notre système éducatif.

Nos étudiants qui se comptent en milliers et  qui quittent leurs facultés munis plutôt ornés de diplômes de licence, d’attestations de  master se retrouvent incapables même de résoudre un simple problème mathématique ni de rédiger une modique missive tant la tumeur de la médiocrité a atteint leur moelle spirituelle.

L’échec de la réforme éducative algérienne est si  flagrant qu’il est très impératif pour les responsables de ce secteur si capital de revoir leur feuille de route puisque le danger venant de l’école, en cas de faillite, est plus dévastateur qu’une arme  de  destruction massive. Madame la ministre est interpellée, en sa qualité du premier responsable du secteur, pour arrêter l’avancée périlleuse de la bêtise.

Le droit à la qualité de l’instruction de l’enfant algérien est en passe de devenir un souci insensé face d’une part  au silence des partis politiques censés être les veilleurs sur tous intérêts nationaux en général et du peuple en particulier et à la lâche démission de nos intellectuels qui applaudissent au naufrage de la jeunesse algérienne d’autre part.

Auteur
Rachid Chekri

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Déclaration de politique générale d’Aïmene Benabderrahmane

La Déclaration de politique générale du Gouvernement qui sera présentée, début octobre, à l'Assemblée populaire nationale (APN) par le Premier ministre, M. Aïmene Benabderrahmane,...

Les plus populaires

Commentaires récents