7 octobre 2022
spot_img
AccueilSociétéFunérailles d'Elizabeth II : Tebboune envoie Benabderahmane

Funérailles d’Elizabeth II : Tebboune envoie Benabderahmane

Reine Elizabeth II

Alors que 500 chefs d’Etat dont ceux des USA, de France, les Premiers ministres d’Espagne, d’Italie, du Canada, de nombreuses têtes couronnées de la planète… seront présents à l’enterrement de la reine Elizabeth II lundi, l’Algérie se contente d’envoyer le premier ministre Aïmène Abderahmane.

Abdelmadjid Tebboune ne sera pas à Londres au rendez-vous planétaire que constitue l’inhumation de la reine du Royaume-Uni.

C’est le Premier ministre, M. Aïmene Benabderrahmane qui  représentera l’Algérie, en lieu et place d’Abdelmadjid Tebboune, aux funérailles d’Etat de la Reine Elizabeth II, qui ont lieu à partir de ce dimanche à Londres, indique un communiqué des Services du Premier ministre, repris par l’APS.

« En sa qualité de représentant du Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, le Premier ministre, M. Aïmene Benabderrahmane, prendra part, à Londres, aux funérailles d’Etat de la Reine du Royaume-Uni, de Grande-Bretagne et l’Irlande du Nord, feu Elizabeth II, qui auront lieu à partir de ce dimanche 18 septembre 2022 », précise la même source.

- Advertisement -

De nombreux chefs d’État et de  têtes couronnées de par le monde sont attendus à  ces funérailles. Après dix jours de deuil et de recueillement, la reine britannique va rejoindre sa dernière demeure ce lundi 19 septembre 2022.

Les chefs d’États escortés dans des bus

Emmanuel Macron, le président américain Joe Biden, le Premier ministre canadien Justin Trudeau, son homologue australien Anthony Albanese, ou encore l’empereur japonais Naruhito ainsi que de nombreux autres dirigeants ont confirmé leur venue.

Sauf que dans des documents envoyés samedi 10 septembre aux ambassades, le ministère britannique des Affaires étrangères préconise aux chefs d’États de se déplacer jusqu’à l’abbaye de Westminster avec des bus affrétés pour l’occasion, plutôt que des voitures privées, en raison du « strict dispositif de sécurité et de restrictions routières ». Comme l’indique le média américain Politico qui a pu consulter ces documents, l’aéroport londonien d’Heathrow n’accueillera pas d’avions privés par mesure de sécurité, qui devront atterrir dans des « aéroports moins fréquentés », rapporte RFI.

L.M.

ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Du 5 octobre 1988 aux détenus d’opinion d’aujourd’hui, le même combat

En ce 5 octobre, mes pensées vont aux jeunes qui ont dit leur colère, leur indignation et leur rejet de la gestion de leur...

Les plus populaires

Commentaires récents