29 septembre 2022
spot_img
AccueilIdéeHemmu Boumedine, coordinateur du RPK, convoqué par la gendarmerie

Hemmu Boumedine, coordinateur du RPK, convoqué par la gendarmerie

ARBITRAIRE

Hemmu Boumedine, coordinateur du RPK, convoqué par la gendarmerie

Ḥemmu Boumeddine coordinateur du Rassemblement pour la Kabylie (RPK) est convoqué pour aujourd’hui (26/06/21) par la brigade de recherche de la gendarmerie de Tizi-Ouzou.

Ḥemmu Boumedine est né le 05 mars 1969 à Ouacif. Il est diplômé d’ingéniorat à l’Université Mouloud Mammeri de Tizi-Ouzou. Il est cadre supérieur en gestion des ressources humaines

Biographie politique

1980 :

- Advertisement -

Jeune écolier à l’école Khodja Khaled, alors qu’i n’avait que 11 ans, il est tabassé par son enseignant d’arabe pour avoir osé écrire en tifinagh en classe.

1985 :

Collegien, au CEM SUD de Tizi-Ouzou , il engage avec trois de ses camardes les frères Dris et Aziz Hallata une action de dénonciation de l’arrestation des détenus des droits de 1985, ce qui a faillit leur valoir l’exclusion des études.

1988 :

• Lycèen, au lycée de Boukhalfa, il engage en avril avec son ami Ramdane Bouadi, une grève de 10 jours et des manifestations publiques en créant une coordination de tous les lycées de Tizi-Ouzou pour protester contre l’exclusion des lycéens de Sidi Aich pour avoir fêté le printemps berbère de 80. Premier contact avec l’université avec les étudiants Mehdi Siam et Sadek Akrour.

• Nouveau bachelier, il rejoint le camping politique de Sidi Khelifa à Azeffoun dirigé par Mahiou Faredj et Mustapha Bacha.

• Début des activités en sein des comités autonomes de l’université de Tizi-Ouzou

1989 -1991 :

Il participe à la création du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie dont il devient un membre actif au sein de l’université. Acteur, en vue, il est le rédacteur du projet des statuts du Syndicat des étudiants démocrates (SED).

1992-1995 : (premiers écrits sur l’autonomie de la Kabylie)

Après avoir quitté le RCD en janvier 1992 pour des considérations politiques, il se redéploye dans les activités au sein des commissions nationales du MCB. En 1994, il fait partie de la commission permanente de la gestion du Boycott scolaire.

Le 28 mai 1995 à la maison de culture de Mouloud Mammeri, il anime une conférence sous le thème « le MCB, quels enjeux ? » dans laquelle, il invite à reconsidérer la stratégie du mouvement et plaide pour l’idée « d’un nouveau contrat d’unité nationale »

En 1996, il anime une conférence à l’université de Oued Aissi sous le thème : « Pour une meilleure compréhension du particularisme Kabyle». Taxé de « kabyliste », c’est grâce à son ami Kamel Aoudjhane, et contre l’avis de son parti le FFS, alors majoritaire dans le comité de cité de oued Aissi, que la rencontre a eu lieu.

19 avril 2001

Il anime, avec Abdeslam Abdenour, une conférence, organisée par la Fondation Matoub au théâtre communal de Tizi-Ouzou, où il plaide pour l’ouverture d’un débat au sein du MCB sur les idées de l’autonomie de la Kabylie.

25 Avril 2001

Dans le feu des événements du printemps noir, à l‘hôpital Nedir Mohamed en concertation avec Ahmed Ait Bachir et Abdeslam Abdenour, ils décident la création du MKL. Il est le rédacteur sa première déclaration sous le titre « Appel au peuple kabyle ».

En mai 2001 :

Il fait adopter, dans son quartier « CNEP de Tizi-Ouzou » une motion « pour l’autonomie de la Kabylie » en vue de la réunion des délégués du mouvement citoyen. La seule du genre enregistrée à travers toute la Kabylie.

En juin 2001 :

Il est membre fondateur du Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie .

Sous sa direction est créé le CUTAK, le comité universitaire de Tizi-Ouzou pour l’autonomie de la Kabyle

En mai 2002

Un des artisans de l’organisation de la conférence d’Icherâiouene (Tizi-Rached) du MAK dans lequel a été explicité le projet du MAK

En 2007 :

Après avoir participé au congrès d’Ighil Ali, il quitte organiquement le MAK sur divergence politique sur l’idée de « la nation kabyle ».

En 2011 :

Il signe, avec Ahmed Ait Bachir et Sofiane Adjelane, une tribune dans laquelle il se démarque de la création du GPK.

En 2014 :

Un des rédacteurs du manifeste pour la reconnaissance constitutionnelle d’un statut particulier politique de la Kabylie

En 2017 :

24 février

Membre fondateur du Rassemblement Pour la Kabylie (RPK), il est désigné Coordinateur du Mouvement.

J’apporte toute ma solidarité et mon soutien indéfectible à Ḥemmu Bumeddin.

Auteur
Ahmed Aït Bachir

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Déclaration de politique générale d’Aïmene Benabderrahmane

La Déclaration de politique générale du Gouvernement qui sera présentée, début octobre, à l'Assemblée populaire nationale (APN) par le Premier ministre, M. Aïmene Benabderrahmane,...

Les plus populaires

Commentaires récents