10 décembre 2022
spot_img
AccueilMise en avantIran : les manifestants kurdes visés par des tirs à balles réelles

Iran : les manifestants kurdes visés par des tirs à balles réelles

Les forces de sécurité iraniennes ont tiré à balles réelles lundi pour réprimer des manifestations dans les régions kurdes de l’ouest de l’Iran, a indiqué le groupe de défense des droits des Kurdes d’Iran Hengaw, basé en Norvège.

Le groupe a fait état de 13 morts en 24 heures dans ces régions mais ce chiffre n’a pu être vérifié dans l’immédiat.

Hengaw a posté des vidéos montrant selon elle les forces de l’ordre tirant à balles réelles dans les villes de Piranchahr, Marivan et Javanroud.

Des renforts ont été envoyés ces derniers jours dans les régions kurdes, l’un des foyers du mouvement de contestation déclenché le 16 septembre par la mort de Mahsa Amini, une Kurde iranienne de 22 ans arrêtée par la police des moeurs pour avoir enfreint le code vestimentaire strict imposant aux femmes de porter le voile en public.

- Advertisement -

Les manifestations s’y sont récemment intensifiées, notamment à l’occasion des funérailles des manifestants tués par les forces de sécurité.

Selon Hengaw, au moins sept personnes ont été tuées à Javanroud, quatre à Piranchahr et deux dans d’autres localités.

L’ONG Iran Human Rights (IHR), basée à Oslo, a également posté des images montrant, selon elle, les forces de sécurité tirer à balles réelles à Piranchahr et le chagrin d’une mère prostrée devant la dépouille d’un adolescent de 16 ans tué dimanche, juste avant son enterrement.

« Mère, ne pleure pas, nous allons nous venger », ont crié en kurde des personnes présentes à ses côtés, d’après l’ONG.

Internet perturbé

Une autre vidéo postée par Hengaw montre ce que le groupe présente comme des habitants de Javanroud qui tentent d’évacuer un corps dans une rue en essayant de se protéger des tirs.

D’autres images montrent des forces de sécurité lourdement armées se dirigeant de la ville de Sanandaj, la capitale de la province du Kurdistan, vers celles de Mahabad et Boukan.

L’ONG Center for Human Rights in Iran (CHRI) basée à New York a évoqué « des tirs incessants et des images de personnes en sang évacuées pour être mises à l’abri » à Javanroud.

Le site NetBlocks, qui observe les blocages d’internet à travers le monde, a signalé lundi une « importante perturbation » de l’accès à internet durant les dernières manifestations, précisant que « l’accès à l’internet mobile était coupé pour de nombreux utilisateurs ».

Le secrétaire d’Etat américain Antony Blinken s’est déclaré sur Twitter « grandement préoccupé par le fait que les autorités iraniennes accentuent la violence contre les manifestants, en particulier à Mahabad », dans la province de l’Azerbaïdjan occidental.

A Doha, les onze joueurs iraniens se sont abstenus de chanter leur hymne national avant leur premier match du Mondial-2022.

Le slogan symbole du mouvement, « Femmes Vie Liberté », est apparu avant le coup d’envoi sur une banderole dans un virage du stade occupé par les Iraniens, avant de disparaître. Des « Azadi! Azadi! » (« Liberté! Liberté! ») se sont aussi parfois élevés des tribunes.

Frappes en Irak

Les Kurdes représentent l’une des principales minorités ethniques en Iran – environ 10 millions sur 83 millions d’habitants – et adhèrent majoritairement à l’islam sunnite et non au chiisme dominant dans le pays.

Au moins 378 personnes ont été tuées dans la répression des manifestations, selon un dernier bilan de l’IHR.

Parmi elles, 255 ont péri lors des protestations liées à la mort de Mahsa Amini et 123 dans la province du Sistan-Baloutchistan (sud-est), dont plus de 90 le 30 septembre dans la capitale provinciale Zahedan, lors de manifestations contre le viol d’une adolescente imputé à un policier.

Lundi, un policier a été tué et un autre blessé par des tirs de « malfaiteurs » à Zahedan, a indiqué à l’agence Fars le général Mohammad Ghanbari, le chef de la police provinciale. Les assaillants ont pris la fuite.

Par ailleurs, les forces iraniennes ont bombardé des groupes d’opposition kurdes iraniens basés au Kurdistan d’Irak voisin, tuant un combattant de ces factions accusées d’attiser les manifestations en Iran.

C’est la deuxième fois en moins de 10 jours que les Gardiens de la Révolution, l’armée idéologique de l’Iran, lancent des attaques aux drones et missiles contre le Parti démocratique du Kurdistan d’Iran (PDKI) et le groupe nationaliste kurde iranien Komala, installés depuis des décennies dans la région du Kurdistan autonome (nord).

Avec AFP

ARTICLES SIMILAIRES

1 COMMENTAIRE

  1. Les femmes meurent en Iran pour retrouver la liberté, en Algérie elles se battent pour s’enfermer!

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Pétrodollars : «L’argent doit servir, il ne doit pas gouverner »

Au cours d'une entrevue privée avec un monarque arabe musulman à la fin des années soixante-dix, un diplomate américain aurait dit : « C'est...

Les plus populaires

Commentaires récents