21 février 2024
spot_img
AccueilChroniqueISTN : Rendez-vous avec la mort (12)

ISTN : Rendez-vous avec la mort (12)

Passeport ISTN

– Je ne sais pas encore à Nna Aldjia… mes trois enfants bossent durs…

– Mais, mais…

Elle n’ose pas lui demander pourquoi il avait décidé de rester aussi longtemps. Son regard triste ne présageait rien de bon.

– Oui je sais ce que tu penses, mais c’est contre ma volonté que je suis contraint de rester, lui dit-il, avant de lui raconter ses déboires à l’aéroport.

- Advertisement -

Compatissante, Aldjia ne retient pas ses larmes tout en poussant un cri d’indignation :

A amxix iw ! (Quel malheur !) s’exclame-t-elle. En tout cas, si tu as besoin de quoi que ce soit, n’hésite pas à tous nous solliciter. Nous n’oublions pas ce que tu as fait pour nous, à la disparition de ton frère. Mes enfants te considèrent comme leur père, tu le sais bien.

ISTN : Rendez-vous avec la mort (11)

Trois jours sont passés. Rattrapé par ses problèmes d’insomnie, il n’a pas réussi à fermer l’œil depuis ce matin funeste à l’aéroport. L’air de la montagne n’y a rien changé.

La peur de sombrer dans une dépression fatale le fait réagir. Il sollicite Omar, un neveu, pour l’emmener consulter le médecin le plus proche, à Larbaâ.

– Je connais mon traitement, docteur. J’ai gardé une ancienne ordonnance sur mon iPhone. La voici !

Le médecin la consulte attentivement.

– La plupart de ces médicaments n’existent pas en Algérie, assène-t-il, se dépêchant de le rassurer : – « mais je peux vous prescrire des équivalents ».

– C’est vous qui savez docteur.

– En revanche, je sais qu’ils ne sont pas disponibles à Larbaâ. Il faut descendre à Tizi ou Alger.

Omar propose tout de go de s’en occuper.

– Ok, je viens avec toi. Peut-être réussirai-je à m’assoupir un peu avec le bercement de la voiture.

Une demi-heure plus tard, c’est la tournée des pharmaciens de Tizi. Aucune ne possède les traitements en question. Ils peuvent bien les commander mais sachant que c’est la veille du week-end, ils ne les recevraient pas avant cinq, voire six jours, leur a-t-on dit.

Il se fait tard, mais à Alger, il y a toujours des pharmacies de garde. Omar prend l’initiative :

– On y va à Dada !

Il est 21 h. Pour trouver ces pharmacies, il n’y a pas d’autre choix que de faire le tour des rues de la capitale, à la recherche du sigle vert clignotant. La recherche sur Google n’indique rien… (à suivre).

Kacem Madani

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici