20 janvier 2022
spot_img
AccueilMondeKazakhstan : des dizaines de manifestants tués

Kazakhstan : des dizaines de manifestants tués

Kazakhstan

Le pouvoir a décrété l’état d’urgence sur l’ensemble du Kazakhstan, mercredi 5 janvier au soir, ainsi qu’un couvre-feu. L’armée est intervenue tuant des dizaines de manifestants. La Russie a envoyé 3000 soldats au Kazakhstan.

Mercredi, les manifestants se sont emparés, dans le chaos, de bâtiments administratifs et de sièges des forces de l’ordre, plusieurs ont été tués. Déclenché le 2 janvier après le doublement du prix d’un gaz pour véhicules, le mouvement de protestation s’est vite transformé en critique d’un régime autoritaire et corrompu.

Au moins 18 membres des forces de sécurité ont été tués au Kazakhstan et 748 blessés, ont annoncé, les agences de presse russes citant le ministère kazakh de l’Intérieur. Et ce jeudi 6 janvier, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a demandé à son homologue Mukhtar Tileuberdi une « résolution pacifique » de la crise.

Sur les places de certaines grandes villes du pays, on voit des véhicules blindés, rapporte notre correspondant pour l’Asie centrale, Régis Genté. Mercredi soir, une opération dite « antiterroriste » a été lancée par la police, notamment à Almaty, la capitale économique du pays.

En réalité, il s’est agi de mettre fin au mouvement de protestation et aux pillages, comme dans les magasins vendant de la high tech. Mais les informations manquent, car l’Internet a été coupé longtemps mercredi 5 janvier et qu’un certain nombre de médias ne fonctionnent plus.

Le gouvernement démis de ses fonctions

Une ambiance de chute du régime régnait mercredi au Kazakhstan. De fait, le régime a vacillé. L’État a semblé impuissant à contrôler la situation.

Et d’une certaine façon, il a chuté, puisque l’ancien président, qui a dirigé le pays d’une main de fer depuis 1991, Noursoultan Nazarbaïev, 81 ans, a perdu le contrôle du pays.

En mars 2019, il avait quitté le fauteuil de chef de l’État pour le laisser à Kassym-Jomart Tokaïev, mais il avait en fait conservé l’essentiel des pouvoirs à la tête du Conseil de sécurité national. Mais mercredi, le président Tokaïev a affirmé assumer désormais les fonctions de chef dudit Conseil de sécurité.

Les hommes de Nazarbaïev ont été démis de leurs fonctions, notamment le Premier ministre Askar Mamine ou le puissant chef des services de sécurité, Karim Massimov.

Dans la soirée, Kassym-Jomart Tokaïev avait appelé ses alliés à l’aide « contre des gangs terroristes internationaux ». L’Organisation du traité de sécurité collective (OSTC), une alliance militaire régionale de facto dirigée par la Russie, a été appelée à la rescousse par le président Tokaïev. Ce sera la première fois que cette organisation mènera une telle mission.

À travers l’OSTC, l’intervention de Moscou

Formellement, l’annonce a été faite par le Premier ministre arménien qui préside actuellement cette organisation régionale, mais ce sont bien les soldats russes qui constituent le noyau de ces forces dites de « maintien de la paix », rappelle notre correspondante à Moscou, Anissa el Jabri. Elles resteront « jusqu’à ce que la situation se stabilise ». Leur mandat : assurer la sécurité des infrastructures.

C’est la première fois que l’OTSC décide d’envoyer des troupes pour soutenir l’un de ses membres. La dernière demande avait été faite par l’Arménie lors du conflit avec l’Azerbaïdjan au Haut-Karabakh mais elle avait été déclinée après trois mois de discussions. Mercredi, la réponse a été presque immédiate après l’appel à l’aide du président kazakhstanais.

« L’opération de nettoyage », dit le président de la Douma d’État russe sur les affaires régionales, « sera faite par les forces locales ». Ce choix reflète la position de Moscou : d’un côté officiellement via le ministère des Affaires étrangères, on appelle au calme et à la modération, de l’autre depuis mercredi le narratif de certains médias officiels pointe la responsabilité de l’Ouest. « Des émeutes dues aux services de renseignement occidentaux », affirme un expert dans les pages de la Komsomolskaia Pravda. Mais alors que les soldats russes du contingent de l’alliance régionale étaient sur le sol kazakhstanais depuis à peine quelques heures, le ministère des Affaires étrangères a changé de ton. Fini le profil bas et modéré, retour à la rhétorique classique utilisée en cas de contestation sociale et politique dans ce que Moscou considère comme sa sphère d’influence. Il s’agit là d’une « tentative, inspirée de l’extérieur, de saper la sécurité et l’intégrité de l’État par la force ».

« Ingérence extérieure »

Du reste, l’OSTC intervient officiellement pour le motif d’« ingérence extérieure ». Il est pourtant difficile de prouver ces allégations. Le soulèvement populaire a été déclenché par la hausse du prix du gaz et reprend des revendications politiques et sociales portées depuis des années par une population fatiguée du régime autoritaire vieux de trente ans.

Il faut dire que l’annonce du départ de l’ancien président Nazarbaïev a eu un écho historique dans la région. C’est le vétéran des régimes mis en place à la chute de l’URSS. Le voir soudainement écarté du pouvoir par la force du peuple inquiète aussi bien Moscou que Minsk. Le président biélorusse a lui-même fait face à d’importantes manifestations après son élection à un sixième mandat en mai 2020 .

Avant les pourparlers russo-américains qui débutent dans quelques jours, la Russie tient à montrer qu’elle sait gérer l’instabilité sur plusieurs fronts. Avec RFI

ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

CAN 2022 : le Maroc bat les Comores et passe en huitièmes

Deuxième victoire en deux matches pour les Lions de l’Atlas. Le Maroc s’est imposé face aux Comores (2-0), vendredi 14 janvier, dans le cadre...

Les plus populaires

Commentaires récents