1 février 2023
spot_img
AccueilCommuniquéLa guerre en Ukraine fait monter les prix des denrées alimentaires dans...

La guerre en Ukraine fait monter les prix des denrées alimentaires dans le monde 

Blé

L’Ukraine et la Russie produisent ensemble 29% du blé vendu sur les marchés mondiaux. L’impact de l’invasion russe de l’Ukraine, un pays longtemps connu comme le « grenier de l’Europe » en raison des quantités prodigieuses de blé, de maïs et d’autres céréales qu’il produit, se propagera bien au-delà de l’Europe, causant des ravages dans l’approvisionnement alimentaire sur le plan mondial. 

Choc mondial 

L’Ukraine produit 16% du maïs mondial et une grande partie de ses exportations va vers l’Afrique, le Moyen-Orient et l’Asie du Sud, et pratiquement aucune cargaison ne quitte les ports de la mer Noire de ces deux pays, et les prix des denrées alimentaires de base montent en flèche absolument partout. On ignore encore si la guerre en Ukraine nuira aux récoltes de cette année ou empêchera la plantation de cultures pour la prochaine saison. 

Crise alimentaire préexistante 

Selon le programme alimentaire mondial des Nations Unies, les prix des denrées alimentaires à l’échelle mondiale avaient atteint leur maximum 10 ans avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Depuis le 25 février 2022, le lendemain de l’invasion à grande échelle de la Russie, le marché du blé a augmenté de 40% et celui du maïs de 16%.

Étant donné que la guerre est déjà en train de perturber l’approvisionnement mondial en carburant, un problème qui empirera considérablement si les sanctions contre la Russie sont étendues pour couvrir ses exportations d’énergie, les coûts de transport plus élevés contribuent à la hausse des prix et à l’inflation générale. 

- Advertisement -

En cette période de récession économique, il faut se préparer à voir son pouvoir d’achat diminuer grandement. Certains comportements doivent être adoptés notamment en ce qui concerne les investissements. Il est préférable de placer son épargne en investissant dans les actions ou dans les futures pour placer son argent dans le but de profiter d’une liquidation rapide des marchés financiers mondiaux. 

Faim dans le monde 

C’est un nouveau conflit qui vient engendrer la faim dans le monde, et le monde ne peut tout simplement pas le supporter, a déclaré

Steve Taravella, porte-parole principal du PAM de l’ONU. Il y avait déjà des crises alimentaires au Yémen, dans le Sud du Soudan et en Afghanistan. Une quantité importante de ressources du PAM est consacrée à la lutte contre la faim causée par les conflits causés par l’homme dans le monde entier et la guerre entre la Russie et l’Ukraine ne fait qu’empirer une situation déjà grave. 

Préoccupations mondiales 

Si plusieurs pays sont confrontés à de graves pénuries alimentaires, son groupe est particulièrement préoccupé par plusieurs au Moyen-Orient et en Afrique de l’Est, qui dépendent tous des importations de l’Ukraine et de la Russie. Au Yémen, des dizaines de milliers de personnes souffrent de la faim et 16 millions d’autres font face à une crise alimentaire et sont menacées de famine. Même avant la crise actuelle, l’inflation des prix, la dépréciation de la monnaie et l’épuisement des réserves de change avaient laissé le Yémen lutter pour importer des denrées alimentaires.

De même, le Liban qui importe environ 60% de son blé d’Ukraine, éprouve des difficultés à acheter suffisamment de nourriture. Plus d’un tiers de la population souffre déjà d’insécurité alimentaire, sans compter les milliers de réfugiés déplacés par le conflit en Syrie, qui dépendent largement de l’aide humanitaire.

L’Éthiopie, actuellement prise dans une guerre civile brutale, est également confrontée à une crise de la faim que le conflit en Ukraine risque d’aggraver. Le pays dépend des importations pour environ 25% de son blé. 

L’Ukraine est le plus grand fournisseur de blé et de petits pois de l’ONU, deux aliments de base essentiels que l’organisation utilise pour nourrir les affamés dans le monde entier. Toutefois, bien que la pénurie provoquée par le conflit en Ukraine mette de plus en plus à rude épreuve la capacité de son organisation à fournir des denrées alimentaires aux plus de 135 millions de personnes qu’elle aide dans le monde, les programmes continueront de fonctionner. 

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

L’Université algérienne ou la zone de non-droit ?

Ce titre d’annonce n’est ni exagéré ni provocateur. Il reflète la réalité actuelle telle qu’elle se manifeste dans tous les campus du pays, ou...

Les plus populaires

Commentaires récents