21 juin 2024
spot_img
AccueilIdée"La haine comme rivale" de Saïd Sadi : la politique entre raison et...

« La haine comme rivale » de Saïd Sadi : la politique entre raison et passion (I)

Saïd Sadi
Said Sadi

Saïd Sadi, l’auteur du livre La haine comme rival n’est plus une personne à présenter ; il est l’un des acteurs politiques les plus connus en Algérie. Saïd Sadi est un homme politique, acteur des évènements du printemps berbère et membre fondateur d’un grand parti, le Rassemblement pour la Culture et la démocratie (RCD) en l’occurrence.

Ces deux faits représentent deux étapes importantes de la vie de l’homme politique ; ce sont eux qui l’ont conduit là où il est aujourd’hui. Il a dirigé le RCD depuis sa création en 1989 jusqu’en 2012. C’est un homme politique très actif intellectuellement. On n’exagère pas si l’on dit que c’est un homme politique et un intellectuel à la fois. D’ailleurs, il est l’un des rares hommes politiques algériens à écrire des livres et des articles sur la politique, l’histoire de l’Algérie, l’art et la culture berbère. Il écrit en deux langues : en tamazight et en français. Son écriture est un acte engagé qui a une utilité politique, morale et didactique. Il n’écrit pas juste pour écrire.

Saïd Sadi participe publiquement depuis l’ouverture de l’Algérie au pluralisme politique aux débats politiques sur des questions très sensibles comme la relation de la religion à la politique, l’identité et la culture et l’égalité homme/femme. En fait, c’est un homme politique qui refuse de se taire. Ses opinions ne laissent pas ses adversaires idéologiques indifférents. En effet, sur le plan idéologique, soit on partage ses positions, soit on est contre.

Sur le plan sentimental, soit on l’aime soit on ne l’aime pas. Pour certains, du moins concernant la décennie noire, Saïd Sadi est l’un des sauveurs de la république contre l’islamisme, alors que pour d’autres, il est l’un des sauveurs du militarisme contre la démocratie. Tout le monde se rappelle son fameux « on ne vous laissera pas passer » qu’il a lancé à la face du numéro un du FIS, Abassi Madani en l’occurrence, lors d’un débat télévisé. En démissionnant du RCD, après vingt-cinq années de présidence, Saïd Sadi ne s’est pas retiré définitivement de la scène politique; il s’est gardé le droit d’exercer sa citoyenneté en intervenant avec des articles, dans des émissions de télévision ou sur sa page Facebook pour commenter l’actualité politique à chaque fois qu’il juge cela opportun. Il n’a pas pris sa retraite, il est toujours actif. Souvent, Saïd Sadi est victime de ce qu’on dit de lui et non pas de ce qu’il est réellement.

Il est victime de ce qu’on croit qu’il a fait ou pas et non pas de ce qu’il a fait ou ne pas fait réellement. L’opinion publique a une image altérée de lui. Il est détesté par les islamistes, les nationalistes, les arabistes ainsi que les kabylistes. Ce qui est indiscutable est que Saïd Sadi a montré par son engagement politique et militantisme qu’il est un grand défenseur de la démocratie, de la laïcité et de la culture berbère, trois éléments essentiels du projet de société que le RCD défend depuis sa création. Ses mémoires sont une occasion pour lui de déconstruire les raccourcis et les caricatures véhiculés sur lui et ses actions par le discours de ses adversaires.

- Advertisement -

Ma réflexion sur le livre de Saïd Sadi, La Haine comme rival, est orientée par des interrogations simples que n’importe quel lecteur poserait. Après plus d’une semaine de lecture que reste-t-il dans ma tête comme informations ? Quelle est l’utilité de ce livre pour l’auteur et pour le lecteur ? À qui l’auteur s’adresse-t-il ?

I- Saïd Sadi en mémorialiste

Le volume du livre et la richesse des informations qu’il contient rend toute tentative de cerner la pensée de son auteur dans un article une entreprise difficile à réaliser. Ce livre est riche en souvenirs, anecdotes, événements, informations et aussi en analyses pertinentes.

L’auteur ne raconte pas sa vie, ce n’est pas une autobiographie, il s’agit de mémoires. Said Sadi a choisi ce genre littéraire pour livrer aux lecteurs des témoignages et des analyses à propos de grands et de petits événements politiques que l’Algérie a vécus entre 1987 et 1997 dont il était témoin ou un des acteurs. Il procède dans ce livre par une sorte de restitution des évènements qu’il a vécus et aussi par des mises en situation facilitant au lecteur la compréhension de ses actions et réactions par rapport à ces événements. Certainement, dans la rédaction de ses mémoires, l’auteur ne s’est pas basé seulement sur sa mémoire, il s’est appuyé principalement sur des notes qu’il a prises pour lui ou pour son parti sur des événements juste après leurs productions ; car il sait que la mémoire est une faculté qui oublie et qui a tendance à ne pas enregistrer tout ce dont elle a été témoin. En effet, « La mémoire se perd ; mais l’écriture demeure » comme le souligne le proverbe oriental. Ce qui explique, à notre avis, la précision dans ses descriptions d’événements et la tendance à rapporter les détails. En fait, l’auteur nous renseigne plus d’une époque qu’il a vécue, marquée par des évènements importants, que de sa vie privée.

Il invite le lecteur à faire un voyage dans le temps aux entrailles de la fabrication de l’action politique de l’opposition. Il ne faut pas se décourager à cause du volume du livre, c’est un voyage qui en vaut la peine. Il nous relate l’une des périodes les plus importantes de l’histoire récente de l’Algérie. Sans doute, l’auteur a-t-il le sentiment d’avoir vécu des faits politiques exceptionnels qui méritent d’être racontés aux autres et gardés dans un écrit pour les futures générations.

Entre 1987 à 1997, l’histoire récente de l’Algérie a connu sur le plan politique une accélération remarquable et rarissime. Cette décennie est marquée essentiellement, à notre avis, par deux bouleversements politiques : l’un s’est fait vers la lumière, l’autre malheureusement s’est opéré vers les ténèbres. Le premier, c’était le passage d’une réalité politique contrôlée par un État fondé sur la pensée unique vers une réalité politique ouverte au multipartisme et à la diversité d’opinions.

En fait, c’est une ascension vers la démocratie et le pluralisme politique et une tentative de sortie de l’autoritarisme. Le deuxième bouleversement, nous pensons que c’est plus une dérive politique qu’une voie choisie ; il s’agit du passage de l’apprentissage du pluralisme politique et de la démocratie pacifiquement vers l’expression violente de la politique. En fait, c’est la chute et la décadence. Mais entre les deux, on ne peut pas ignorer que l’Algérie a gouté un petit peu aux effets positifs de la démocratie avant que celle-ci libère la haine dont Saïd Sadi parle dans ce livre.

Saïd Sadi, comme tout auteur de ses propres mémoires, fait le point sur sa vie politique, c’est-à-dire sur sa vie en tant que citoyen engagé et en tant que responsable politique qu’on ne peut pas dissocier de l’humain (mari, père de famille, ami…). L’auteur est en même temps un citoyen engagé et un responsable politique. On peut dire que pour lui, ces mémoires sont une sorte d’inventaire ou de bilan de ce qu’il a fait dans sa vie politique. Généralement, cet exercice permet à son auteur de trouver le fil conducteur de sa vie politique ; un fil qui n’était probablement pas aussi clair pour lui lorsqu’il était dans l’action, car il était trop absorbé par les évènements. Il n’écrit pas ses mémoires pour souligner son abnégation et sa persévérance malgré les difficultés qu’il a rencontrées que l’expression haine comme rivale résume, ou régler des comptes avec ses adversaires politiques.

En fait, il le fait, à notre avis, pour les autres, en grande partie par devoir de mémoire pour toutes les victimes de la violence islamiste et en hommage à ses compagnons de lutte pour la culture et la démocratie. C’est ce qui se dégage comme sentiment fort à la lecture de ce livre. L’auteur veut partager avec les autres son expérience et les enseignements politiques qu’il a appris dans la pratique.

Il invite le lecteur à apprendre de ses réussites et de ses échecs. Ce genre d’exercice est marqué par un élan de générosité et d’altruisme qui n’est pas étranger à tout engagement politique sincère. En fait, ces mémoires, elles-mêmes, sont une action politique, un produit d’un acteur politique. C’est incontestable que ce genre de mémoires contient des enseignements utiles pour un simple militant comme pour un responsable politique.

Par ailleurs, cet exercice intellectuel n’est pas facile pour l’auteur, car il l’expose à des critiques, voire à des attaques tous azimuts. Il peut être, à notre avis, la cible de trois catégories d’adversaires : la première est celle des personnes qui se sentent écorchées en les citant dans ses mémoires ; la deuxième catégorie est celle des personnes qui auraient aimé que l’auteur ne parle pas d’elles, surtout de ce qu’elles auraient dit ou fait dans les coulisses ;  enfin la troisième catégorie, c’est celle des personnes proches ou sympathisantes des hommes ou des femmes qui ne sont plus en vie que l’auteur a cités et surtout à qui il a attribué des faits et des actions qui n’ont jamais été rendus publics, mais qui sont susceptibles de donner une image négative d’eux ou une image différente de celle que l’opinion publique a d’eux.

Un tel livre n’est pas à l’abri de polémiques entre les partisans et les opposants de Said Sadi. Il contient des affirmations et des interprétations qui peuvent donner encore de l’huile au feu de la haine que l’auteur a identifiée. La haine d’aujourd’hui peut avoir une autre dimension et un autre support pour se propager. Effectivement, les réseaux sociaux offrent à cette haine un médium redoutable pour s’exprimer qui risque d’amplifier son effet plus que ce que les médias traditionnels offraient auparavant. Les réseaux sociaux sont un espace favorable au développement de discours haineux. Tout usager de Facebook par exemple est capable d’écrire ce qu’il veut de l’auteur et de son livre, sans avoir même lu une page de ses mémoires.

L’auteur invite le lecteur à rentrer directement dans le vif du sujet qu’il a choisi de traiter dans ce tome trois de ses mémoires. En effet, le titre du livre annonce d’emblée la nature du combat politique que Saïd Sadi, l’homme politique, a mené dans l’une des périodes les plus cruciales et tourmentées de l’histoire récente de l’Algérie. On peut diviser cette période en trois étapes.

La première étape englobe le contexte d’avant l’expérience démocratique, précisément lorsque la politique formelle était la chasse gardée du parti unique. Dans cette étape, l’auteur s’est concentré sur la création d’un nouveau courant politique. Dans ce tome, Said Sadi lève le voile sur les coulisses de la création du RCD. Il nous explique pourquoi il a choisi avec ses camarades politiques de passer d’un mouvement culturel à un mouvement politique et il nous présente les valeurs que ce nouveau mouvement politique défend. Il n’a pas raté l’occasion de démentir les rumeurs circulant sur la création du RCD et d’expliquer la rapidité suspecte aux yeux de ses détracteurs du passage de ce mouvement pour la démocratie de la clandestinité à la légalité.

En tant que lecteur, cette partie du livre est de loin la plus importante des trois étapes de la vie politique de Saïd Sadi et de la formation politique à laquelle il a participé grandement à sa fondation. L’auteur montre avec des faits au lecteur que le RCD n’est pas né du néant et que surtout, ce parti n’est pas une création du pouvoir dans le but de limiter l’influence du FFS en Kabylie comme ses adversaires les plus hostiles l’allèguent.

Le RCD selon Saïd Sadi est un aboutissement logique d’un militantisme politique et d’un processus qui s’explique par le contexte politique, social et culturel de l’époque. Sa naissance, comme l’auteur le souligne, coïncide avec les nouvelles conditions sociales et politiques qui étaient derrière les évènements d’octobre 1988 et l’avènement de l’ouverture démocratique.

A suivre

Ali Kaidi, docteur en philosophie politique

 

7 Commentaires

  1. bou, bou boubou, je n’ai pas été jusqu’au bout de la lecture, mais, à vous lire, on croirait que, hormis vous, tous les ôt détestent Saïd Saadi. C’est pas un peu xigéré! Non! Il est critiqué sur son action politique; c’est bien normal Non! En revanche, il possède encore une aura intellectuelle que vous semblez ignorer ou feindre d’ignorer! Ne serait-ce que par sa fameuse conclusion de son bilan politique : « Je me suis trompé de société »; une vraie pépite, non! On peut égalema, mettre à son crédit son retrait du commandement du parti qu’il a fondé; ce qui le distingue camime drastiquement des autres responsables politiques algériens de tous bords acquis au zaimisme et à l’ivresse du pouv-war. Bref…

  2. Son ancrage philos-politique est dans ce triptyque, arabité, islamité, amazighité. Mélanger les genres pour amplifier la confusion, ce qui profite au régime. Écrire son histoire pour occuper les pages de l’histoire a été toujours cet organe manqué dont ont rêvé tous les leaders, de Kim à Kadafi en passant par MAo.

  3. Quand je lis des textes comme celui-ci je me demande comment je dois m’y mettre , mais faisant toujours confiance à ma susceptibilité je fonce dans le tas avec ma mikhraieuse et balance les mots comme il me montent des tripes au cerveau.

    Putain ! J’étais là et j »ai vu moua aussi ! Et ni Spinoza ni Hobbes n’y étaient eux ! Alors we3lec tetmenyikou bina ?

    C’est kamim lui et pas Spinoza qui a it : je ne permettrai à personne de dire qu’il est plus musulman que moua ?

    Je ne dirais pas que concernant les sorties de Sadi qu’il y a comme un conflit d’intérêt quand il nous parle de la situation politique du pays. Mais lui qui est psy le comprendra bien :il y a kamim un biais cognitif. Et comment s’arrangerait-il avec sa propre subjectivité? Son placard à est plus effrayant que celui d’Yves Montand dans  » Le cercle rouge ». Brrr!

    Ma mémoire aléatoire attribue à Camus cette réflexion que les intellectuels déçus , je dirais déchus, finissent par devenir furieux et inconsolables.Il me semble donc que le sujet de la haine chez Sadi relève moins de l’analyse que de la confession. Sauf que le Dr Sadi loge chez Spinoza et chez sa propre situation pour que nul n’aille l’interroger sur sa propre responsabilité. Cette méthode , je dirais cette manie qui consiste à vous envoyer vous faire une culture livresque d’érudit pour que vous n’allier pas chercher les lézards et les casseroles planquées n’est pas d’une grande honnêteté intellectuelle car elle consiste à désarmer le sceptique devant l’armada de références littéraires et académiques comme si leurs auteurs avaient coécrit ou étaient ses compagnons.

    J’eusse aimé qu’au lieu qu’on nous mine l’histoire avec des arguments scientifiques ou littéraires inattaquables pour qu’on n’ose pas s’y mettre que Mas Sadi, nous parle de sa propre haine. Sauf s’il prétend que lui était un saint dans l’arène.

    Quid donc de l’amour que se vouaient le FFS et le RCD. L’un préférait à l’autre les tangos tandis que l’autre lui préférait le pouvoir.

  4. Quand on a un adversaire , qui voit « solta » comme sa seule raison de vivre, l’équation admet une multitude de solutions, c’est à dire de la passience à la haine ! Notre adversaire, à tous, s’appelle « prèt à tous pour rester au pouvoir », quelque soit la souffrance des citoyens, leurs condamnations à tors, leur exil forcé, allant même jusqu’à payer de leurs vies!!!!!
    Cependant, certaines personnes, voient les choses autrement : Parce qu’ on pense à ses intérets en Algérie, et on ignore la souffrance d’une grande partie de nos soeurs et frères, pris au piège d’une dictature des plus atroce de tous les temps!

  5. Said Sadi, ayḥlili: ziɣ mazal, aken is yenna wina iṭef laz yiwen wass: “ayaḥlili ččiɣ taverkukest”.

    Le philosophe politique agi, id ufiɣ imaniw ḥeṣlaɣ, ma niɣ-ak tarwiḍ-yi!

    Ce qui m’a pousser à commenter, est la cassette encore et encore, envoyer les gens à lire toutes ses déclarations , ses livres et ses articles de journaux, si par malheur quelqu’un ose le contrarier ou lui poser une question qui n’est pas à son goût.

    Premièrement , sans couper un cheveux par 4.
    Il n’y aucun démocrate en Algérie, personne mais vraiment personne n’est en mesure de s’identifier comme tel. Vous êtes des tyrans comme tous vous êtes. Votre comportement avec votre environnement (milieu de vie, famille, travail, loisir, divertissement..) avec les humains les animaux, les plantes, le sol , l’air et l’eau vous n’épargnez rien mais absolument rien, vous écrasez tout, tout et tout.

    2 eme , culture vous y connaissez rien, “barkaw tmenyik”, nous avons une culture d’intimidation, d’humiliation, de ségrégation, de sexisme et misogynie, violence, brutalité…
    Un pays, là où le peuple ne produit rien mais rien du tout: peinture, musique, poésie, littérature , théâtre, cinéma, danse, l’architecture … c’est quoi la culture pour vous?

    En suite, j’arrive et je finis avec la philosophie, il faut garder une petite gêne, sérieusement quand on parle de philosophie.
    Ramadan vient de finir justement, chaque quartier chaque village avec sa mosquée, je ne crois pas que vous êtes en mesure de comprendre le sens même de la philosophie.
    On ne peut pas parler de philosophie ou d’esprit libre, de réflexion ou d’intelligence quand ton GPS est orienté en direction de la Mecque.
    Laisse moi un peu patience à lire autre chose, ça m’étouffe.

    Référence documentation:
    Est ce que quelqu’un a déjà vu Sadi avec sa mère, sa sœur, sa femme, ou sa fille?

  6. Je n’irai pas jusqu’à lire les articles relatant ses turpitudes en fin de vie (qui se la coule douce), encore moins ses mémoires, c’est une insulte aux combats et aux engagements d’une jeunesse sacrifiée sur l’autel des visées personnelles d’un individu.
    On aurait aimé qu’il disparaisse du champs visuel pour ne plus avoir à nous rappeler ses trahisons et ses connivences avec les cercles influents du pouvoir.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents