https://linebetslots.com/en/mobile
4 mars 2024
spot_img
AccueilCommuniquéLa LADDH revient sur la répression qui a émaillé le procès de...

La LADDH revient sur la répression qui a émaillé le procès de Merzoug Touati

Bejaia

La LADDH revient sur la répression qui a émaillé le procès de Merzoug Touati

La Laddh a rendu public le communiqué suivant sur le procès en appel de Merzoug Touati

« Une journée très tendue, qui est entamée aujourd’hui,  tôt le matin à 08h00,  par le rassemblement pacifique qui n’a pas pu se tenir comme prévu, empêché dès le matin au alentours du palais de la justice, après moultes discussions avec les services de sécurité, présent en masse sur les lieux,  il a eu lieu finalement sur le trottoir d’en face loin du palais de justice tout en veillant à laisser la voie et  l’accès libres au palais, des centaines de citoyen-ne-s, militants, défenseurs des droits humains et élus locaux venus de plusieurs localités et wilayas étaient au rendez-vous,  en réponse à l’appel à la solidarité lancé par le comité pour la libération de Touati Merzoug, soutenu par la LADDH.

Au moment où le procès du blogueur se déroulait normalement à l’intérieur de la salle d’audience déjà pleine, des membres de la famille Touati, des journalistes, des avocats, des observateurs de procès et des citoyen-nes  et du collectif d’avocats de qualité; composé de 06 avocats dont Me Hamaili, Me Debouz, déjà constitué en première instance et renforcé par Me Ait Larbi, Me Saheb, Me Benyoub… 

- Advertisement -

À l’extérieur sur les trottoirs, la BRI, Brigade de Recherches et d’interventions à vite dispersée le rassemblement pacifique. « La BRI  intervient brutalement à la place et sous les yeux des agents de maintien de l’ordre et anti émeutes » , dès que les manifestants ont tentés de s’approcher de la Sonelgaz sur l’autre côté en face du palais de la justice, Une intervention musclée, disproportionnée est opérée avec  l’arrestation de plusieurs dizaines de manifestant-e-s y compris des élus locaux APW et un maire.

Des députés de la wilaya, et des responsables de la LADDH  sont intervenus auprès des services de sécurité pour la libération de l’ensemble des manifestant-e-s. 

Les élus locaux n’ont pas tardé à être libérés. Les autres manifestant-e-s ont été soumis à l’audition pour des P. V. ils n’ont été relâchés que vers la fin de journée.

A l’intérieur de l’audience, après lecture d’un long rapport d’audience et du renvoie, des questions-réponses entre le juge et le blogueur, après son réquisitoire, le procureur, à requis la prison à vie, sur ce,  la séance a  été interrompue pour une heure de pause. 

À 13h30, à la reprise, Me Ait Larbi au nom de la défense à tenu a demander la suspension de l’audience pour 05 mn pour permettre aux citoyen-ne-s empêchés d’entrer au palais pour assister à l’audience publique ce qui fut fait pour reprendre l’audience.

La plaidoirie de la défense est entamée par Me Aït Larbi, suivi par les cinq avocats tour à tour,  qui ont pris tout le temps pour disséquer magistralement le dossier et démonter toutes  les accusations pour plaider l’acquittement du blogueur.

Le jury s’est retiré vers la fin de la journée et le palais complètement évacué de l’assistance, qui a été  râpellée après pour assister à l’annonce publique du  verdict vers 18h.  

07 ans de prison ferme à l’encontre du blogueur, au moment où nous attendions le dénouement, Le verdict bien qu’il à réduit la peine de 10 ans en première instance à 07 ans,  à surpris plus d’un, la maman de Touati Merzoug effondrée, l’assistance abasourdie.

La LADDH tout en saluant d’une part, le collectif des avocats pour leurs engagements et leurs dévouement pour le droit et d’autre part la population pour sa large mobilisation pacifique  et sans faille, déclare réitérer encore une fois,  sa solidarité avec le blogueur Touati Merzoug et sa famille.

Bien que la justice est souveraine dans ses décisions, la LADDH qui n’a ménagé aucun effort; pour soutenir Touati Merzoug dès le début en janvier 2017,  et lui garantir un procès équitable, conformément à son mandat, prendra le temps de se concerter en interne, avec nos organisations partenaires, avec les avocats de la défense et sa famille en prenant compte de l’avis de Touati Merzoug lui même et toujours de son intérêt suprême,  pour décider dans le cadre du droit et des garanties consacrées par la loi, des suites à réserver à cette affaire, le recours à la cour suprême y compris.

Ensemble, restons solidaires,  mobilisés et vigilants pour le respect des libertés individuelles et des droits humains.

P/la LADDH

Le bureau national.

Saïd Salhi,vice-président.

 




LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici