10 décembre 2022
spot_img
AccueilA la uneLa relance de l’économie ou l’échec recommencé ?

La relance de l’économie ou l’échec recommencé ?

Gaz

Etant propriétaire des gisements pétroliers et gaziers, l’Etat a donc le droit de s’approprier la rente qui l’a confortée dans la gestion de l’économie et de la société. Il a conçu la rente comme un instrument d’une modernisation sans mobilisation de la nation.

Pour ce faire, il a été conduit à affecter une part grandissante de la rente en cours de tarissement à la production et la reproduction de la base sociale c’est-à-dire à la consommation soit directement par la distribution de revenus sans contrepartie, soit indirectement par subvention, soit par les deux à la fois. Cette pratique a donné naissance à une véritable débauche des dépenses publiques et à une grande auto-complaisance en matière de politique économique et sociale.

La rente a constitué un soporifique en masquant toutes les insuffisances en matière de production et de gestion. Elle a donné lieu à des problèmes très difficiles à résoudre : le premier de ces problèmes fût posé par des investissements considérables dans les projets inutiles entrepris notamment pour des raisons de prestige ou visant à satisfaire une boulimie de consommation : le second problème résulte des gaspillages des gouvernements en matière de dépenses courantes.

Le troisième problème, le plus épineux, devenus excessivement riches à la faveur d’une embellie financière exceptionnelle, les gouvernements successifs, pris dans le tourbillon de l’argent facile et « assurés ! » de l’impunité, n’ont pas eu la sagesse et la lucidité d’adopter une politique économique saine et rationnelle en matière de dépense, de subvention, de crédit, de change etc.

- Advertisement -

Ce laxisme dans la gestion n’est pas fortuit. Il est le produit de toutes les frustrations et traumatismes accumulés. C’est l’explosion des dépenses publiques au-delà des besoins réels de la société et des capacités disponibles du pays. C’est ainsi que le train de vie de l’Etat se trouve sans freins et sans aiguillon.

Que faire pour rationaliser les dépenses pour éviter le recours à la planche à billets ou à l’endettement extérieur ? Vivant exclusivement de la rente, l’Etat peut se permettre de ne pas développer une production propre en dehors des hydrocarbures et rien ne l’empêche d’établir des relations clientélistes avec les acteurs économiques et sociaux. Partant du principe sacro-saint que tout problème politique, économique ou social a une solution budgétaire.

Comme le budget est constitué essentiellement de recettes fiscales pétrolières, l’Etat jouit d’une grande autonomie par rapport à la population puisqu’il est capable de fonctionner et de renforcer ses services sans recourir à l’impôt ordinaire.

L’essentiel du jeu économique et sociopolitique consiste donc à capturer une part toujours plus importante de cette rente et à déterminer les groupes qui vont en bénéficier.

Les revenus pétroliers et gaziers génèrent un « faux sentiment de sécurité » qui poussent les autorités à considérer le protectionnisme comme un luxe que le pays peut se permettre de ne pas investir dans le capital humain. La rente pétrolière et gazière agit comme « un chèque à blanc » donné à l’irresponsabilité, au clientélisme et au report des réformes structurelles.

Nous avons de l’argent, de l’énergie, des espaces, une jeunesse, des opportunités, une situation géostratégique en notre faveur. Mais nous manquons de courage, de lucidité et de compétence. Nous sommes ivres de l’argent du pétrole et du gaz.

Nous sommes incapables d’affronter des problèmes sans l’apport d’une expertise étrangère acquise au développement local. Nous nous entêtons à reproduire à l’infini des schémas de pensée qui ont fait la preuve de leur inefficacité. Soyons humbles et modeste, reconnaissons nos erreurs et décidons ensemble de les corriger.

Nous sommes de mauvais élèves, nous n’apprenons pas nos leçons d’histoire. Nous sommes  prisonniers d’une bureaucratie tentaculaire dont les origines remontent à l’ère ottomane (« el beylek ») cela ne date pas d’aujourd’hui. Elle a été affinée par la France coloniale, et amplifiée par l’Algérie post coloniale à la faveur d’une manne financière providentielle.

La bureaucratie a toujours servi des intérêts privés sur fonds publics. « On a tort de nommer capitalistes les « propriétaires » des grosses entreprises qui vivent de subventions étatiques, de privilèges et de subventions et qui devraient être appelés « nomenklaturistes ». Les vrais capitalistes sont tous des pauvres qui luttent pour leur survie en déployant des trésors d’imagination pour contourner les obstacles que les pouvoirs en place mettent sur leur chemin » Pascal Salin

Dr A. Boumezrag

ARTICLES SIMILAIRES

3 Commentaires

  1. Comment « relancer » ce qui n’a jamais été lancé ? On aurait pu concevoir la possibilité que tout le mal qui a été fait par ce que dit l’auteur pourrait éventuellement être réparable si certaines conditions devaient se présenter dans le futur, mais malheureusement, entre-temps il y a eu l’explosion démographique, et ça je ne vois pas comment ça pourrait être réparable, à moins que les algériens développent les moyens de vivre décemment dans le Sahara. Mais je ne pense pas que ce soit demain la veille.

    • Azul à Kichi , effectivement l’un des principaux causes et problèmes en Algérie c’est la démographie et cela est signalé des 1930 par Camus en particulier pour la Kabylie, ainsi que l’anthropologue G. Tillion. Et c’est une des raisons qui a poussé le général digoule à nous gérer de loin pour éviter à ce que ci lambeau les 2 églises ne s’appellera pas Colombay les deux mosquées.

      S’ajouté a ça l’ignorance institutionnalisée et l’abrutissement programmé de la population par la religion et la destruction de systèmes éducatifs et de l’élites.

      Tcheers

  2. A propos de démographie, dans les années quatre vingt, en plein compagne « d’espacement des naissances », dans nos mosquées, des hurluberlus à calotte s’appliquaient à s’y opposer à coup de « ma min dabatine 3ala el archi Ila wa 3ala Allah rizkouha ».traduction:  » Nulle bête sur terre que Dieu ne pourvoit en nourriture ». Bien entendu, silence assourdissant des autorités. Pleure Ō pays bien aimé.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Droits humains : Antony Blinken tacle l’Algérie

Dans une déclaration sur les libertés religieuses et les droits humains dans le monde, le secrétaire d’Etat des Etats-Unis, Antony Blinken, souligne qu’il met...

Les plus populaires

Commentaires récents