1 octobre 2022
spot_img
AccueilSociétéLe général à la retraite, Mohamed Attaïlia est mort

Le général à la retraite, Mohamed Attaïlia est mort

Il était l’un des artisans de la répression  d’octobre 1988

Le général à la retraite, Mohamed Attaïlia est mort

Le général à la retraite, Mohamed Attaïlia est décédé samedi à l’hôpital militaire de Ain Naadja (Alger) à l’âge de 86 ans des suites d’une longue maladie, rapporte l’agence officielle APS.

Mohamed Attaïlia, surnommé également « l’ami des GIA » est l’un de ceux qui avaient appelé en 2000 à amnistier les sanguinaires terroristes des GIA. « C’est la seule manière de nous en sortir et de clore définitivement le dossier sécuritaire », avait déclaré à El Hayat (journal arabophone paraissant à Londres) le sulfureux général. À l’époque, il considérait que ceux qui sont encore au maquis, « que ce soit ceux du groupe Hattab ou des autres, ont besoin de garanties que seul le président de la République est en mesure de donner. Je ne pense pas qu’un élément armé puisse prendre des risques s’il n’a pas de garanties concrètes et réalistes qui lui permettent de se réinsérer dans la société ». Résultat ? L’Algérie se retrouve avec d’anciens terroristes qui courent les rues et font des affaires au grand désespoir des nombreuses victimes des GIA.

Le « rouget » est également l’un des artisans de la grande répression  d’octobre 1988, contre les jeunes Algériens. Diverses sources parlent de 500 morts et des centaines de personnes torturées en ces jours de grande colère populaire. 

- Advertisement -

Il est aussi responsable de la répression à Annaba des manifestants qui dénonçaient le coup d’Etat du 19 juin 1965. « Il a ordonné de tirer sur la foule qui protestait contre le renversement du président Ben Bella par Houari Boumedienne. », écrivait le journaliste Hassan Zerrouky dans le journal français l’Humanité.

Le général Attaïlia est l’un des fervents soutiens de Abdelaziz Bouteflika, et s’est convertie en businessman à son arrivée au pouvoir en 1999. Le président lui a d’ailleurs rendu un vibrant hommage.

Le militaire de carrière qui s’était retiré de la vie politique depuis 20 ans, était devenu un milliardaire à la tête d’un empire de l’agroalimentaire, de l’import-import et des alcools notamment. Ses fils Ataïlia Chahreddine et Atailia Salah sont d’ailleurs surnommés les “rois de l’alcool et des liqueurs”, révèle le journal électronique Algériepart.

Né le 7 octobre 1931 à Guelma, Mohamed Atailia avait occupé plusieurs postes au sein de l’Armée nationale populaire (ANP), dont celui de chef de la 4e région militaire (1969-1979) puis de la 1ére région militaire (1979-1988).
 

Auteur
La rédaction

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

L’Algérie peut-elle intégrer le groupe des BRICS ?

Abdelmadjid Tebboune ne cache plus son intention de rejoindre le groupe des pays émergents aux côtés du Brésil, de la Russie, l’Inde, la Chine...

Les plus populaires

Commentaires récents