28 septembre 2022
spot_img
AccueilSociétéLe gouvernement veut l'argent des expatriés algériens (Vidéo)

Le gouvernement veut l’argent des expatriés algériens (Vidéo)

Tout pour les séduire : logement, emploi de jeunes et investissement

Le gouvernement veut l’argent des expatriés algériens (Vidéo)

La communauté algérienne établie en France devra désormais bénéficier d’avantages très concrets, au même titre que les compatriotes en Algérie, dans le domaine du logement, de l’emploi de jeunes et de l’investissement. Les membres de la communauté ont accueilli favorablement, en cette fin de l’année 2017, les mesures tant attendues depuis leur annonce faite à Paris par le Premier ministre Ahmed Ouyahia, le 7 décembre dernier, devant quelques-uns de leur représentants au siège de l’ambassade d’Algérie à Paris.

Les jeunes de la communauté algérienne en France, qui souhaitent s’installer en Algérie, pourront en effet bénéficier des dispositifs d’aide à la création de micro-entreprises. Ces dispositifs accompagnent les jeunes de 18 à 35 ans dans plusieurs activités, depuis l’agriculture ou la production de biens et de services, jusqu’à l’ouverture de cabinets de médecins ou de bureaux d’architectes.

Les Algériens de France qui souhaitent investir en Algérie pourront bénéficier de tous les régimes d’avantages ouverts aux investisseurs nationaux résidents. Une autre mesure importante, très revendiquée par cette communauté, concerne l’acquisition de logement en Algérie. Elle donnera désormais, à ces membres, la possibilité d’accéder aux différents dispositifs de promotion immobilière, y compris ceux qui relèvent des pouvoirs publics. L’ouverture en 2018 de cinq agences en France de la Banque extérieure d’Algérie (BEA) a été aussi favorablement accueillie. Cette banque assurera ses services au profit des ressortissants algériens qui désirent en être clients, et aux opérateurs économiques qui activent entre l’Algérie et la France.

- Advertisement -

Encourager la diaspora à investir

Les opérateurs économiques membres de la Chambre algérienne de commerce et d’industrie en France (CACI France), réunis vendredi dernier à Paris dans leur Assemblée générale ordinaire (AGO), ont noté avec «satisfaction» les mesures en faveur des membres de la communauté prises par le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et annoncées par le Premier ministre. Le président de la CACI, Mohamed Laïd Benamor, qui a exprimé sa satisfaction, les a qualifié de «bénéfiques».

Pour lui, elles «vont nécessairement encourager la diaspora algérienne à investir en Algérie», estimant que l’ouverture d’une banque algérienne en France sera «très utile» pour la communauté algérienne en matière de crédits et d’accompagnements.

Dans ce cadre, et à l’occasion d’une réunion qu’il a tenue à Paris avec l’ambassadeur d’Algérie en France, Abdelkader Mesdoua, et les 18 chefs de poste consulaire en France, le ministre des Affaires étrangères, Abdelkader Messahel, avait souligné qu’il était «évident et important» que «nous soyons à l’écoute de notre communauté».

Tout en considérant que ces actions en direction de la communauté  «sont des mesures très concrètes», le ministre des Affaires étrangères a précisé qu’elles s’inscrivent dans le cadre d’une politique menée par l’État afin d’être «à l’écoute de la communauté et faire en sorte de capter tout ce potentiel existant». M. Messahel a affirmé que la nouvelle génération de la communauté algérienne en France, notamment les élites, «peuvent être très utiles au développement du pays dans le contexte actuel».
Par ailleurs, les membres de la communauté algérienne ont apprécié également le geste de l’État algérien pour le rapatriement de dépouilles mortelles des personnes nécessiteuses.

Même si la mesure ne concerne que les personnes «nécessiteuses» ou qui se trouvent dans une situation de «précarité avérée», la prise en charge du rapatriement des dépouilles mortelles de leurs concitoyens est considérée par les ressortissants algériens de France comme un «premier pas» «très encourageant» franchi par les autorités algériennes. Longtemps revendiquée par les membres de la communauté algérienne vivant à l’étranger, la loi de finances de 2015 (article 136) a inclus le transfert vers l’Algérie des ressortissants décédés à l’étranger, dans le cadre du compte d’affectation spéciale Fonds de solidarité nationale, sans pour autant donner des précisions sur les modalités de la prise en charge ni promulguer un texte d’application.

Pour sa part, la loi de finances de 2016 a modifié l’article 136 de la LF-2015, pour spécifier que la prise en charge du rapatriement ne concerne que les personnes nécessiteuses parmi la communauté algérienne établie à l’étranger.

Un compte d’affectation a été ouvert à cet effet intitulé «Fonds de solidarité pour la communauté algérienne», qui doit être alimenté, entre autres, par droit versé par tout ressortissant établi à l’étranger, de manière régulière, pour la délivrance d’une carte consulaire ou son renouvellement.

Le montant de ce droit devait être déterminé par le ministère des Affaires étrangères. Mais, pour les personnes qui ne sont pas dans la catégorie des nécessiteux, elles peuvent souscrire à une Assurance Obsèques auprès de la Société algérienne des assurances (SAA) ou de la société française d’assurances (SAP de Niort), pour un montant de 25 euros par an. Pour les familles nombreuses, le montant ne saurait dépasser 100 euros pour tous les membres

Auteur
Avec APS

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

L’université de Djelfa interdit la mixité : info ou intox ?

« Toutes les étudiantes sont avisées que si elles sont vues avec un homme, même un étudiant dans une salle, le couloir ou n’importe...

Les plus populaires

Commentaires récents