8 février 2023
spot_img
Accueil360°Le journaliste Belkacem Djir acquitté après plus d'un an de prison

Le journaliste Belkacem Djir acquitté après plus d’un an de prison

ARBITRAIRE

Le journaliste Belkacem Djir acquitté après plus d’un an de prison

Le journaliste Belkacem Djir, condamné à trois ans de prison ferme dans une affaire de droit commun, a été acquitté mercredi en appel et devrait retrouver la liberté après plus d’un an de détention, selon une avocate.

« La Cour d’Alger a prononcé l’acquittement du journaliste Belkacem Djir », a annoncé Me Fatiha Rouibi sur Facebook.

M. Djir était accusé d' »usurpation de fonction » et de « chantage ». Il avait été condamné en juin dernier à trois ans de prison ferme, selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD). Aucune information n’était disponible sur les faits qui lui sont reprochés, la plupart des avocats ayant refusé d’évoquer son cas publiquement, reconnaissant en privé que « son dossier est sensible ».

Journaliste de la chaîne TV d’information privée Echourouk News, pour laquelle il réalisait et présentait des émissions politiques, Belkacem Djir, 34 ans, avait été placé en détention en juillet 2019.

- Advertisement -

Une soixantaine d’activistes pacifiques et des journalistes sont actuellement prison, dont Khaled Drareni, fondateur du site d’information en ligne Casbah Tribune et correspondant de la chaîne de télévision francophone Tv5 Monde, et Abdelkrim Zeghileche, directeur d’une radio diffusée sur internet, Radio-Sarbacane.

Ils sont poursuivis pour des motifs en lien avec le Hirak, le mouvement de dissidence antirégime né en février 2019. Khaled Drareni a été condamné en appel le 15 septembre à deux ans de prison ferme pour « incitation à attroupement » et « atteinte à l’unité nationale » et M. Zeghilèche a écopé fin août de deux ans de prison ferme pour « atteinte à l’unité nationale » et « outrage au chef de l’Etat ».

Au total, 61 personnes sont actuellement derrière les barreaux pour des faits liés au « Hirak », selon le Comité national pour la libération des détenus (CNLD), qui recense les prisonniers d’opinion en Algérie.

Auteur
Avec AFP

 




ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Camus a-t-il vraiment écrit qu’il fallait « fusiller Sartre » ?

À l’occasion de l’anniversaire de la mort d’Albert Camus (4 janvier 1960), je souhaiterais faire justice d’une mauvaise rumeur lancée il y a quelques...

Les plus populaires

Commentaires récents