29 novembre 2023
spot_img
AccueilA la uneLe journaliste Saad Bouakba condamné à un an de prison

Le journaliste Saad Bouakba condamné à un an de prison

Des journalistes condamnés à la prison ferme

Le tribunal de Dar El Beida a condamné le journaliste et chroniqueur, Saad Bouakba (78 ans), à une année de prison dont 6 mois avec sursis assortie d’une amende. Injuste. Arbitraire. 

Le tribunal de Dar El Beida s’illustre tristement encore une fois. Des journalistes sont lourdement condamnés. Dont Saad Bouakba, un doyen de la presse. D’autres journalistes cités dans le dossier en lien avec le support dans lequel Saad Bouakba a publié sa chronique incriminée, ont été condamnés à des lourdes peines.

Les journalistes, Salim Salhi et Adel Laazizi, à 3 ans de prison ferme et une amende. Le journaliste Zoubir Fadel est lui condamné à une année de prison ferme et une amende.

Tous ces trois journalistes sont à l’étranger et ils dirigent le site Madar TV. Les accusations : « incitation à la haine et au racisme » et « publications de nature à nuire à l’intérêt national ».

Le chroniqueur Saad Bouakba a été arrêté et placé en garde à vue le 04 février 2023, au commissariat central d’Alger. Cet impertinent chroniqueur a été embastillé suites aux plaintes déposées par des soi-disant représentants de la société civile et le Conseil Supérieur de la Jeunesse de la wilaya de Djelfa. Ces individus sans hauteur ni compréhension des écrits de ce sémillant chroniqueur ont été actionnés pour faire taire l’auteur.

Halte à la guerre déclarée contre le peuple algérien

- Advertisement -

Les juges ne tremblent pas devant l’arbitraire dont ils sont devenus les mains noires. L’Etat de droit a depuis longtemps vécu en Algérie. Déjà deux journalistes, El Kadi Ihsane et Mustapha Bendjama croupissent en prison pour de fallacieuses accusations. On remarquera que la corporation a abdiqué depuis plusieurs mois, même le très peu représentatif Syndicat national des journalistes ne pipe pas un mot sur ces condamnations. C’est pour dire que la presse algérienne mange son pain noir sous le duo Tebboune-Chanegriha qui n’hésite pas pour la convoquer afin de relayer les moindres de leurs déclarations.

Yacine K. 

ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Report de la remise en liberté de Mustapha Bendjama

Le pôle pénal spécialisé près le tribunal de Constantine se déclare "incompétent" quand à la demande de remise en liberté du journaliste Mustapha Bendjama,...

Les plus populaires

Commentaires récents