19 juillet 2024
spot_img
Accueil360°Le lanceur d'alerte, Noureddine Tounsi, en grève de la faim

Le lanceur d’alerte, Noureddine Tounsi, en grève de la faim

Noureddine Tounsi, détenu d’opinion parmi les 300 qui croupissent en prison

Le détenu d’opinion et lanceur d’alerte, Noureddine Tounsi, a entamé le 25 avril 2023 une grève de la faim pour dénoncer l’arbitraire qu’il subit. Il se dit déterminé a poursuivre son action jusqu’à  » obtenir ses droits ou mourir, c’est l’ultime recours » a-t-il confié à ses avocats.

L’audition dans le fond à l’instant du détenu d’opinion, le lanceur d’alerte Noureddine Tounsi, par le juge d’instruction près du tribunal de Bir Mourad Raïs, alors qu’il avait lancé il y a deux jours une grève de la faim illimitée à partir de sa cellule de prison, à El Harrach, à Alger.

Noureddine Tounsi avait déjà observé une grève pour dénoncer son arrestation et son emplacement le 14 février 2023 en détention provisoire.

Sa fille ainée, adolescente, a appelé à la veille de l’Aïd à sa libération en clamant la justesse du combat de son père et qui ne faisait que son devoir de lanceur d’alerte pour dénoncer la corruption et le trafic d’influence. En vain. Tebboune et ses mentors étaient occupés ailleurs, peu soucieux d’écouter une adolescente éplorée et sans doute révoltée de ne pouvoir passer l’aïd avec son cher papa.

La chambre d’accusation près de la cour d’Alger (Ruisseau) avait confirmé le 08 mars dernier la décision du juge d’instruction près du tribunal de Bir Mourad Raïs de placer l’ex-détenu d’opinion, le lanceur d’alerte Noureddine Tounsi, sous mandat de dépôt à la prison d’El Harrach.

- Advertisement -

Le lanceur d’alerte Noureddine Tounsi a été présenté, mardi 14 février 2023 devant le procureur près du tribunal de Bir Mourad Raïs, qui a ordonné son placement à la prison d’El Harrach afin de vider le mandat d’arrêt délivré à son encontre par le juge d’instruction près du même tribunal.

Le parquet près de la cour d’Oran a requis, le 26 avril 2023, deux ans de prison ferme et 100 000 dinars d’amende à l’encontre des détenus d’opinion, Redouane Sayeh et Nacer Laoubi, ainsi que contre Mohamed Ben Hamdoud et Nahar Abd El Satar. L’affaire est mise en délibérée et le verdict sera rendu le 03 mai 2023.

A Bejaia, selon le CNLD, le parquet près de la cour de Béjaïa a requis, le 26 avril 2023, l’aggravation de peine prononcée en première instance par le tribunal d’Amizour à l’encontre de l’ex-détenu d’opinion, d’Amar Beri. L’affaire est mise en délibérée et le verdict est attendu pour le 03 mai 2023.

Le tribunal d’Amizour, wilaya de Béjaïa, avait condamné, le 7 mars, l’ex-détenu d’opinion, Amar Beri, à 6 mois de prison ferme et à une amende de 50 000 dinars.

Le parquet près de la section correctionnelle du tribunal de Boufarik, Blida, a requis 3 ans de prison ferme à l’encontre des cinq détenus d’opinion, Abdelhamid Bouziza, l’étudiant Amir Sofiane, Karim Mekhentiche, Youcef Bouchakour et Riad Hachemi Rachedi, rapporte le CNLD.

D’autres co-accusés, dont la mère de Saïd Chetouane, ont comparu libres.

Le dossier des accusés a été vidé des charges criminelles, ajoute la même source. Le verdict est attendu pour le 10 mai 2023.

A Jijel, Adlane Beli a été condamné, le 27 avril 2023, par le tribunal, à 06 mois de prison avec sursis et à 20 000 dinars d’amende, annonce le Cnld.

A Bejaia, encore, les activistes, Amar Beri, Zahir Moulaoui et Fares Bouzrata, ont été relâchés tard, dans la nuit du 27 au 28 avril 2023, alors qu’ils étaient arrêtés dans la journée, aux environs de 15 heures, à Béjaïa, par la Brigade de Recherches et d’interventions (BRI).

Le juge d’instruction près du tribunal d’Adrar a décidé hier, le 27 avril 2023, de placer L’ex-détenu d’opinion, Hassen Laroui, sous mandat de dépôt.  Hassen Laroui avait déjà emprisonné et il a quitté la prison le 19 avril 2021

L.M.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents