21 juillet 2024
spot_img
AccueilCultureLe poète Ben Mohamed rend hommage à Hamou Cheheb

Le poète Ben Mohamed rend hommage à Hamou Cheheb

Hamou Cheheb

L’immense poète d’expression amazighe, Ben Mohamed rend ici hommage à son ami Hamou Cheheb, chanteur, décédé il y a quelques jours en France où il vivait depuis les années 70. Cheheb, peu connu en Algérie, a tiré sa révérence après une longue maladie. Ses œuvres, en kabyle et en français, sont disponibles sur Youtube.

« Un ami nous a quittés en cette triste nuit du 18 au 19 février, après une longue maladie. Contre le mal, il a pourtant lutté courageusement et sans le crier sur tous les toits. Il a même cru un moment qu’il s’en était débarrassé, mais …

Cette nuit, elle est venue chez lui, pour nous le soustraire dans son sommeil. J’ai du mal à citer son nom, car j’ai du mal à croire à la mort de ce bon vivant que j’ai connu en Hamou Cheheb.
Il est né en 1950 à Sidi-Bel-Abbès dans une famille originaire de Aït Yenni (Tizi-Ouzou). Il a été instit puis il a entamé une carrière de chanteur avec le groupe qui deviendra plus tard Raïna Raï.

Mais il s’est vite rendu compte que l’Algérie était trop étroite pour ses idées plus universelles. Il s’est installé à Paris en 1973. Il a été auteur, compositeur et chanteur dans cette langue de la révolte nourrie par Gaston Couté et Léo Ferré. Comme ses contemporains chanteurs libertaires, il a refusé d’enregistrer ses albums chez ceux qu’on appelle Les Majors. Il a préféré vivre libre et en marge du showbiz pour ne pas se soumettre à ses lois.

- Advertisement -

A côté de cette carrière artistique, à laquelle il s’est consacré par conviction, Hamou a été aussi psychothérapeute pour assurer son indépendance financière.

Après sa retraite, il s’est lancé dans un projet d’écriture d’un gros roman historique auquel il tenait beaucoup. Il s’est acharné à arriver à bout de son projet malgré cette terrible maladie qui le rongeait.

Quand il m’avait transmis son manuscrit pour avis, j’avoue que je ne comprenais pas son insistance à me faire lire rapidement ses 347 pages du premier volume sur les trois prévus.

Et c’est seulement aujourd’hui que j’ai compris les raisons de cette insistance. En fait, il ne m’avait pas parlé de sa maladie parce qu’il pensait la vaincre quand même.
Repose en paix cher ami.
Ben Mohamed

4 Commentaires

  1. « 𝑪𝒆𝒕𝒕𝒆 𝒏𝒖𝒊𝒕, 𝒆𝒍𝒍𝒆 𝒆𝒔𝒕 𝒗𝒆𝒏𝒖𝒆 𝒄𝒉𝒆𝒛 𝒍𝒖𝒊, 𝒑𝒐𝒖𝒓 𝒏𝒐𝒖𝒔 𝒍𝒆 𝒔𝒐𝒖𝒔𝒕𝒓𝒂𝒊𝒓𝒆 𝒅𝒂𝒏𝒔 𝒔𝒐𝒏 𝒔𝒐𝒎𝒎𝒆𝒊𝒍. 𝑱’𝒂𝒊 𝒅𝒖 𝒎𝒂𝒍 à 𝒄𝒊𝒕𝒆𝒓 𝒔𝒐𝒏 𝒏𝒐𝒎… » Elle est venue… « Elle », c’est la mort. Ayant dépassé un certain âge, j’ai commencé à réfléchir à ma mortalité. Pendant longtemps j’ai ressenti la mort comme une spoliation, comme un acte commis contre l’individu par « la mort », cette entité extérieure, qui « vient » vous ravir. Plus tard je me suis rendu compte que rien ne « vient » vous causer la mort, à moins d’être victime d’un meurtre. Il n’y a pas d’entité extéreure qui vient vous « prendre. » La mort est simplement l’usure de votre corps, rendu incapable de fonctionner par les années ou la maladie. C’est quelque chose qui se passe en vous, dans votre corps et personne n’est à blâmer ni ne peut se targuer de vous avoir eu. Cette idée me réconcilie avec l’inévitabilité de la mort. C’est en moi que ça se passe, je ne suis pas une victime, mes « pièces » sont tout simplement trop usées pour servir et il n’en existe pas de rechange. Ça me donne un sentiment de tranquilité devant ce qui est inévitable de toute façon.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Les derniers articles

Commentaires récents