4 février 2023
spot_img
AccueilIdéeLe roi d'Espagne, retour en exil

Le roi d’Espagne, retour en exil

REGARD

Le roi d’Espagne, retour en exil

L’ancien souverain d’Espagne, Juan Carlos 1er, père du roi actuel, Felipe VI, a quitté le pays pour un exil suite au dernier scandale l’éclaboussant. Nous évoquerons l’accusation pénale d’une manière très rapide car l’objectif est de replacer pédagogiquement la monarchie espagnole dans son contexte historique.

Il faut dire que le mal est fait depuis longtemps pour une monarchie qui vacille encore plus en ce moment par l’insistance des républicains à ouvrir le débat sur la modification du régime constitutionnel.

Ainsi, bien que cela n’ait été jamais vraiment abandonné par certains partis politiques, l’affaire tombe très mal pour la monarchie espagnole car ces dernières semaines la question de son existence a été remise de nouveau sur la table avec force. 

Quelle est l’histoire monarchique à partir de la fin du 19ème siècle (car la monarchie constitutionnelle date de cette époque) ? Nous y répondrons après un rapide résumé de l’affaire qui a provoqué l’exil de l’ancien roi.

- Advertisement -

Bien entendu, au-delà des faits objectifs de l’histoire l’angle critique sera le fait d’un regard personnel.

Que s’est-il passé ?

L’Espagne n’en est pas au premier scandale concernant Juan Carlos 1er. Certes, les nombreuses rumeurs sur sa vie privée étaient inévitables pour toute personnalité de ce rang, surtout lorsqu’elle est la cible préférée des médias people.

Mais lorsque le roi s’était fait photographié en safari, à la chasse d’animaux protégés dans la savane africaine, l’émoi mondial a été relayé par celui d’une population espagnole scandalisée et honteuse d’une telle image donnée par le premier représentant du pays.

Le scandale a ensuite franchi une étape supplémentaire lors du procès de son gendre pour corruption. Ce n’était pas de sa faute mais la monarchie se doit d’être exemplaire jusqu’aux membres de la famille qui sont en représentation permanente à son service et donc à celui du pays, tout simplement parce qu’ils profitent pleinement du statut, indirectement mais d’une manière certaine.

Avec l’âge et la difficulté physique motrice, le roi avait abdiqué au bénéfice de son fils, Felipe VI, et tout cela s’était apparemment tassé même si le mouvement républicain entendait toujours remettre la question de l’existence de la monarchie sur la table. 

Mais voilà qu’un autre scandale secoue la monarchie, à travers l’ancien roi, avec l’enquête judiciaire concernant une affaire présumée de corruption avec une monarchie pétrolière. 

Que le lecteur prenne bien en compte le mot « présumé » car rien, absolument rien pour le moment, ne vient confirmer les soupçons. 

Son fils, le roi actuel, fut très embarrassé et obligé de donner un signe qui l’éloignerait des soupçons sans heurter la dignité du père, encore innocent à ce stade de l’investigation. Il annonça qu’il renonce à sa part d’héritage pour éviter d’entacher son règne d’une quelconque suspicion de biens mal acquis.

Cela n’a pas été suffisant pour arrêter les investigations et encore plus impossible, pour arrêter les rumeurs et les calomnies à une période où la monarchie tangue dans la remise en cause de sa légitimité.

Juan Carlos 1er a donc décidé un exil (ou une fuite ?) qui serait, selon lui, la seule manière d’éviter à son fils la continuation de la grogne envers la famille royale et de préserver ses chances de rester sur le trône d’Espagne et, au-delà, de sauver l’institution monarchique.

L’histoire récente de la monarchie espagnole 

La réponse de beaucoup est que ce pays fut de très longue date, à travers les siècles, une monarchie et qu’il était naturel qu’elle le redevienne à la mort de Franco. La réponse n’est absolument pas fausse mais un peu trop expéditive.

La dynastie royale espagnole est la Maison des Bourbon si on traduit littéralement son nom espagnol. Elle a pour origine l’accession au trône d’Espagne du petit fils de Louis XIV, un grand-père qui fut l’un des plus illustres représentants de la lignée des Bourbons. C’est donc encore le nom des deux rois, père et fils, qui sont remontés sur le trône d’Espagne après la mort de Franco.

Nous pourrions remonter le temps indéfiniment, jusqu’aux romains et à la période Wisigothe. C’est inutile, les clés de la compréhension contemporaine se trouvent à partir de la constitution de 1876 qui installa une monarchie constitutionnelle avec un système parlementaire bicaméral (deux chambres, le Sénat et les Cortès). 

Une monarchie manipulée par les dictatures militaires

C’est la période que les historiens ont appelé « Restauration » car un coup d’état militaire du général Martinez Campos avait remis sur le trône un Bourbon, Alphonse XII. Ce qu’il faut comprendre à cette étape de l’histoire est que l’Espagne, sous le couvert d’une monarchie constitutionnelle ou, plus tard, sous le couvert d’une défense des principes de la monarchie par Franco ainsi que son projet de la seconde restauration, n’est en fait que la manipulation par des régimes autoritaires militaires et de faux républicains, dictateurs dans l’âme et dans l’objectif  politique. 

Les peuples qui souffrent n’ont pas de mémoire. L’Espagne, profondément catholique à cette époque, avait un culte pour le roi parce qu’il représentait une personne sacrée intronisée par l’Église comme représentant de la foi et son garant. C’est ainsi qu’est légitimé un roi catholique depuis le sacre de Clovis.

Et c’est là toute l’explication cachée car l’image du roi dans les consciences populaires est celle du père protecteur, représentant du pouvoir séculier et spirituel. Cette vielle obédience que vouent les peuples européens à l’image du roi est alors saisie comme une opportunité par des mouvements conservateurs qui en font le ciment de leur puissance, de leur domination et de leur richesse. 

Le souverain lui-même trouve dans cette situation de dévotion une opportunité à rester au sommet de la hiérarchie du pouvoir même s’il est parfaitement conscient qu’il était désormais, à cette époque, sous surveillance. Ne l’oublions pas, la révolution française venait de couper la tête à un Bourbon et ouvert la voie aux idées républicaines dans toute l’Europe.

Ainsi, la restauration de la couronne, après sa déchéance, fut cette opportunité. Louis XII repris le trône d’un royaume dévasté par la crise économique, sociale et politique. Les gouvernements les plus autoritaires et les plus corrompus se sont succédé et Louis XII lui-même fit preuve d’une violence autoritaire que les royalistes oublient de nous rappeler.

C’est un coup d’état militaire qui est venu à la rescousse de la royauté. Il en fut de même pour Louis XIII jusqu’à son éviction. Nous comprenons que le lien entre les dictatures militaires et la monarchie sont certains et chacun y trouve son compte.

De troubles en troubles, les mouvements anarchistes, de gauche ou séparatistes, redoublent de colère comme partout en Europe. Leurs victoires électorales successives défient alors les mouvements conservateurs et la milice d’extrême droite jusqu’au moment de l’élection de 1936 qui a vu la victoire écrasante du camp républicain. 

Nous sommes au cœur de l’histoire européenne qui a subi fortement la crise économique mondiale démarrée en 1929 aux États-Unis et dont on sait la conséquence guerrière et meurtrière entre les peuples européens.

En Espagne, encore une fois, ce sera un militaire qui sera à l’origine d’un coup de force et, au bout de quatre ans d’horreur d’une guerre civile meurtrière, prendra le pouvoir d’une main de fer. Nous connaissons alors la terrible dictature franquiste qui s’en est suivi. Les collégiens et lycéens que nous étions à cette époque s’en souviennent parfaitement dans sa dernière période qui fut tout autant brutale.

L’objectif premier était le rétablissement de la famille royale sur le trône et chasser le mouvement républicain que le général considère comme subversif et dangereux pour la foi, les valeurs conservatrices de l’Espagne et, surtout, pour le pouvoir des hommes de son rang, particulièrement du sien. 

Mais comme les dictateurs ne sont pas totalement fous, il décida que la restauration de la monarchie sera après sa mort. Le descendant légitime de l’ancien roi, en exil, le conte de Barcelone, eut alors toutes les chances d’un retour après la mort du dictateur mais ce dernier avait décidé que se sera le fils qui prendra sa succession.

Ainsi, les régimes conservateurs espagnols savaient qu’ils ne pouvaient rien sans la figure tutélaire et sacrée du Roi. Ils en ont profité pour donner d’eux-mêmes l’image des protecteurs de ce que furent les « Grand rois très catholiques », titre qui avait été donné par le Pape aux souverains d’Espagne comme il avait nommé la France « sœur aînée de l’Église ».  

Rien n’est plus fort pour maintenir les peuples dans une domination et une misère sociale des plus misérables.

Juan Carlos, fils spirituel de Franco

Franco avait donc pris sous son aile protectrice le jeune Juan Carlos et lui donna une instruction, aussi bien intellectuelle que militaire, dans des conditions, certes, de tendresse filiale mais aussi d’une rigueur spartiate.

À la mort de Franco, alors qu’il avait été désigné comme son successeur, il était évident qu’on s’attendait à une remise en cause naturelle de sa légitimité et que les républicains n’allaient pas accepter un tel fait imposé. 

Mais il s’est passé des évènements, trop longs à raconter (et sans importance pour notre propos), qui conduisent toujours les opposants à un retour aux manigances et aux disputes internes. De péripétie en péripétie, les démocrates se sont finalement aperçu que cet homme imposé par le dictateur était peut-être celui qui aurait les compétences pour établir une constitution démocratique.

Et c’est ainsi que nous arrivons à la constitution de 1978, encore en vigueur actuellement, qui va définitivement installer l’Espagne dans les rangs des grandes démocraties et faire connaître à ce pays un bond spectaculaire dans les libertés sociétales, tout cela dans une euphorie économique sans précédent. Le choix du monarque désigné par Franco s’est donc avéré être le bon. 

Mais ce roi avait-il le choix, dans un monde et, surtout, dans une Europe depuis longtemps convertie à la démocratie et les libertés ?

Il fallait encore un acte qui persuada définitivement de ce bon choix. Il vint avec un événement inattendu. Un jour, l’Espagne avait failli retomber dans les travers des coups d’état militaires lorsqu’un sergent pris en otage les députés aux Cortes, les menaçant de son revolver. Le jeune roi Juan Carlos apparut à la télévision, en tenue militaire puisqu’il était le chef des armées, et réussit à faire échouer cette tentative désespérée.

Mais les temps de la grande prospérité espagnole sont derrière nous et ce pays, bien que solide dans sa démocratie, connaît des moments difficiles dans son économie depuis la crise de 2018, amplifiée par celle du Covid-19.

Aujourd’hui, les forces de la gauche radicale sont au pouvoir, ce sont les héritiers des républicains les plus hostiles à la royauté et aux forces conservatrices. Si nous y ajoutons l’action politique des séparatistes, les forces politiques de ce pays profondément catholique et royaliste dans son passé risquent de basculer vers une république, en tout cas jamais nous en avions été si proche.

Auteur
Boumediene Sid Lakhdar

 




ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

Stratégie de roulette que vous devez connaître

La roulette est un jeu tellement populaire que même Albert Einstein a tenté de le concevoir Top Methodes Roulette de gagner, mais le fait est...

Les plus populaires

Commentaires récents