7 février 2023
spot_img
Accueil360°Le russe Gazprom réduit ses livraisons de gaz à la France

Le russe Gazprom réduit ses livraisons de gaz à la France

gaz

Les flux de gaz russes vers la France se tarissent chaque mois un peu plus. Gazprom vient à nouveau de restreindre ses livraisons à la France, et en particulier au groupe Engie. La France s’est tournée vers l’Algérie pour assurer ses approvisionnements.

Au mois de juin, Gazprom avait invoqué des raisons techniques pour justifier ses baisses de livraisons auprès d’Engie. Aujourd’hui, c’est un désaccord sur le contrat conclu avec l’énergéticien français qui est mis en avant pour expliquer les nouvelles restrictions.

Le robinet russe se ferme

Que la raison soit politique ou technique, le robinet russe se ferme de fait un peu plus. Les livraisons de gaz russe à Engie avaient déjà considérablement diminué depuis le début du conflit en Ukraine, passant récemment à seulement 1,5 TWh (térawattheure) par mois, selon Engie. Un chiffre à rapporter à des approvisionnements « totaux annuels en Europe supérieurs à 400 TWh » pour Engie, ajoute le principal fournisseur de gaz en France, dont l’État français détient près de 24%.

Mais depuis le début de l’été, le groupe français avait anticipé et fait en sorte d’être moins vulnérable au gaz russe. Sa dépendance à Gazprom n’était plus que de 4% en juillet dernier. Même en cas d’interruption des flux de Gazprom, Engie se dit aujourd’hui capable de fournir ses clients grâce à des stocks sécurisés.

Des stocks bien remplis

Les stocks français sont remplis à plus de 90%, selon les dernières données européennes fournies jeudi. L’objectif fixé est d’atteindre 100% d’ici novembre. Mais cela ne veut pas dire que la France aura suffisamment de gaz pour passer l’hiver, a prévenu lundi le porte-parole du gouvernement français, Olivier Véran.

- Advertisement -

Pour éviter toute mauvaise surprise, la France s’est rapprochée de l’Algérie pour augmenter son approvisionnement en gaz. Une augmentation de 50% des livraisons est évoquée suite à la visite de Macron accompagnée d’une délégation d’industriels en Algérie fin de la semaine dernière. Selon Europe 1, des négociations sont actuellement en cours entre Engie, dont la présidente Catherine MacGregor faisait partie de la délégation officielle en Algérie, et des responsables algériens, pour porter cette augmentation jusqu’à 50% des volumes actuels.

Plus que jamais, un hiver sans gaz russe se profile pour la France et pour l’Europe. Une perspective qui sera au cœur du conseil de défense présidé vendredi par Emmanuel Macron.

L.M./RFI

ARTICLES SIMILAIRES

Les plus lus

France : mobilisation en hausse contre la réforme des retraites

Mobilisation plus importante. Colère et détermination des syndicats, telles sont les premières constatations de cette manifestation. Si pour le ministère de l'Intérieur, il y...

Les plus populaires

Commentaires récents