3 octobre 2022
spot_img
AccueilSociétéLe symbole mythique de Sétif défiguré par un dégénéré barbu

Le symbole mythique de Sétif défiguré par un dégénéré barbu

Aïn Fouara

Le symbole mythique de Sétif défiguré par un dégénéré barbu

Ainsi donc, la célèbre Aïn Fouara, littéralement la source jaillissante, symbole de la ville de Sétif, a subi les outrages d’un islamiste barbu qui en avait aux formes délicates féminines de la dame.

Taillé dans un bloc de marbre, Aïn Fouara représente une forme nue tenant deux cruches sur un socle daté de quatre goulots déversant une eau bien fraîche. La dame est née à Paris sous les doigts experts du sculpteurs Francis de Saint Vidal et son achèvement date très précisément du 26 février 1898. La légende indique qu’en vadrouille au musée du Louvre, le gouverneur de Sétif tomba par hasard sur la statue et en fut amoureux. Il s’adressa aux autorités pour savoir si le sculpteur n’était pas disposé à l’offrir à la ville de Sétif afin qu’elle soit au-dessus d’une fontaine monumentale sur la place Nationale, à l’entrée ouest de la ville.

L’artiste accepta tout de suite et offrit sa statue qui entreprit un beau voyage d’abord vers Marseille et, à partir de Marseille, vers Philippeville, l’ancien nom de Skikda. Arrivée enfin dans sa ville d’adoption, la statue fut fêtée en grandes pompes par l’ensemble de la population, européens et autochtones réunis. Elle a été hissé sur un socle carré duquel jaillit une eau bienfaisante de quatre goulots situés aux quatre points cardinaux. C’était en automne. Une fois mise à son emplacement définitif, les ouvriers municipaux ouvrirent les vannes et les eaux sortirent des quatre bouches avec des volutes de vapeur en réaction au froid qui avait couvert la ville. C’est à ce moment que certains habitants crièrent : « Aïn Fouara, Aïn Fouara » (la source fait de la vapeur).

- Advertisement -

Et au fil des ans, Aïn Fouara est devenue le symbole mythique de la ville de Sétif, capitale des Hauts Plateaux. Les femmes célibataires venaient prier la dame nue pour rompre leur célibat et lors des fêtes, certaines habitantes n’hésitaient pas à venir mettre du henné sur les mains de la dame en marbre.

Etant natif de Sétif, j’ai plein de souvenirs liés à Aïn Fouara. Je me rappelle surtout qu’à chaque fois que l’équipe de football locale, une des meilleures du continent africain, gagne la coupe d’Algérie, c’est d’abord vers la dame nue que les joueurs munis du trophée tant désiré se dirigent. Ils remplissent le calice de son eau et font le tour de la ville dans une décapotable pour la faire admirer à la population.

Nue, la dame l’a été depuis toujours, et depuis toujours a été le centre d’attention de tous les habitants. Au plus fort des attentats terroristes qui marquèrent la décennie des années noires en Algérie, une forte explosion secoua la fontaine et la dame vola en dizaines de morceaux. Les habitants, choqués, se dirigèrent vers la fontaine pour apporter leur soutien à la dame blessée. Malgré, ou à cause de cet attentat, de nombreux Sétifiens ont demandé la restauration de la statue qui a été effectué par les élèves de l’Ecole des Beaux-Arts.

Espérons que ces mêmes élèves puissent très rapidement venir à bout de ces nouvelles cicatrices qu’un dégénéré islamiste lui a infligées.

Auteur
Kamel Bencheikh

 




ARTICLES SIMILAIRES

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Les plus lus

Transport des étudiants : l’application MyBus lancée en octobre

Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Kamel Baddari, a annoncé lundi, à Alger le lancement, en octobre prochain, de l'application...

Les plus populaires

Commentaires récents